A la Une

Bruits des bottes

La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et...

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Tenir les élections à fin 2017 est le credo entonné à l’unanimité par l’ensemble des Congolais...

Nouvelles preuves

Nouvelles preuves

Au-delà du fait que les tueries du Kasaï constituent une perte pour la nation, d’aucuns pensent...

Alexis Thambwe Mwamba:

Alexis Thambwe Mwamba: "Moïse Katumbi peut rentrer, mais…"

A quoi jouent les autorités de la RDC face au dossier Moïse Katumbi ? Dans une conférence de...

Ingérence extérieure ?

Ingérence extérieure ?

Un sit-in des Congolais, mobilisés autour de la Nouvelle classe politique et sociale (NCPS), a...

Imprimer

Cinq questions à Me Emmanuel Altit (*)

Écrit par Tirées de www.jeunafrique.com. Publié dans 5 Questions à...

 

1. Quelle est votre interprétation de la décision des juges de la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (CPI)?

Les juges ont considéré que le procureur n’apportait aucun élément probant, que ceux-ci étaient contradictoires, non vérifiables et n’atteignaient pas le seuil de crédibilité exigé pour être pris en considération et justifier la tenue d'un procès. La chambre, suivant nos arguments, note « avec grande inquiétude que le procureur s’est surtout appuyé sur des rapports d’ONG et des articles de presse (...) et que de tels éléments ne peuvent en aucun cas être présentés comme le fruit d'une véritable enquête ».  Cela a une conséquence capitale puisque son argumentation n’est, d’une certaine manière, que la reprise sous forme juridique du « narratif » politique ayant permis de diaboliser le président Gbagbo pour légitimer la prise de pouvoir d’Alassane Ouattara. Cette version de l’histoire de la Côte d’Ivoire, fabriquée pour les besoins de la cause par les représentants de certaines grandes puissances, est donc remise en question.

Imprimer

Cinq question à Michel Galy (*)

Écrit par Afrik.com. Publié dans 5 Questions à...

1. L’Union Africaine (UA) a célébré, le samedi 25 mai dernier, son 50ème anniversaire. Qu’est-ce qu’il y a à retenir du sommet de 50 ans de cette organisation panafricaine ?

Rien de novateur. La décision de créer une brigade d’intervention rapide, une fonction jadis exercée par les corps étrangers en particulier la France (au Mali, par exemple), est le fait marquant de ce sommet. C’est, a priori, une bonne idée car l’Afrique n’aura plus recours à l’appui des forces extérieures, occidentales, françaises et britanniques en particulier.

Imprimer

Cinq questions à Agamaka Baza-Mata (*)

Écrit par LE POTENTIEL. Publié dans 5 Questions à...

1.    Quel bilan dressez-vous du cinquantenaire de l’Union africaine ?

Cinquante ans après, le continent africain se retrouve avec, à sa tête, une absence totale de visées hégémoniques par manque de connaissance des références essentielles de l’histoire récente de notre continent. A titre de rappel, la conférence coloniale de Berlin de 1885 dont le but principal était de pérenniser la mainmise du système Occidental sur le peuple et les terres africains, s’est caractérisée, pendant la période coloniale, par le pillage systématique de sol et du sous-sol, la dépravation des mœurs et l’abrutissement des populations par la religion.

Imprimer

Cinq questions à Michel Djotodia

Écrit par Tirées de l’Internet . Publié dans 5 Questions à...

1.    Votre pays a été suspendu du processus de Kimberley (système international de certification des diamants bruts). Comment réagissez-vous?

C'est avec beaucoup de peine que nous avons appris la suspension temporaire, le 23 mai, de la RCA du processus de Kimberley (...) Je ne peux pas imaginer qu'elle s'inscrive dans la durée. Ce serait extrêmement grave pour l'avenir économique du pays et de sa population. L'industrie du diamant fait vivre aujourd'hui plus de 900 000 concitoyens - soit près d'un cinquième de la population (5 millions habitants) - qui vont être les premières victimes de la suspension.

Articles récents

Bruits des bottes
vendredi 23 juin 2017
La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et particulièrement dans les deux Kivu.  Cette partie du Congo Kinshasa est décidément, sous le régime du...