A la Une

Lettre d’Etienne Tshisekedi : la Cenco clôt le débat

Lettre d’Etienne Tshisekedi : la Cenco clôt le débat

Existe-il une lettre qu’Etienne Tshisekedi a signée de sa propre main, avant sa mort, désignant...

Bannir la politique du ventre

Bannir la politique du ventre

Le sommeil dans lequel est plongé la RDC semble prendre plus de temps que prévu. L’Accord de la...

Approvisionnement en carburant : la BCC vend 20 millions USD aux pétroliers

Approvisionnement en carburant : la BCC vend 20 millions USD aux pétroliers

Le problème de devises ne se pose pas quant à l’importation des produits pétroliers. La BCC...

Sort de Moïse Katumbi : silence de la Cenco

Sort de Moïse Katumbi : silence de la Cenco

En confiant le sort de Moïse Katumbi à la Cenco, l’Accord politique du 31 décembre 2016 n’a pas...

Lettre de Tshisekedi à la CENCO : Pierre Lumbi éventre le boa

Lettre de Tshisekedi à la CENCO : Pierre Lumbi éventre le boa

Est-ce qu’avant sa mort inopinée, le 1er février 2017 à Bruxelles, Etienne Tshisekedi avait...

  • Lettre d’Etienne Tshisekedi : la Cenco clôt le débat

    Lettre d’Etienne Tshisekedi : la Cenco clôt le débat

    samedi 25 février 2017 13:16
  • Bannir la politique du ventre

    Bannir la politique du ventre

    samedi 25 février 2017 13:00
  • Approvisionnement en carburant : la BCC vend 20 millions USD aux pétroliers

    Approvisionnement en carburant : la BCC vend 20 millions USD aux pétroliers

    samedi 25 février 2017 12:30
  • Sort de Moïse Katumbi : silence de la Cenco

    Sort de Moïse Katumbi : silence de la Cenco

    samedi 25 février 2017 12:00
  • Lettre de Tshisekedi à la CENCO : Pierre Lumbi éventre le boa

    Lettre de Tshisekedi à la CENCO : Pierre Lumbi éventre le boa

    vendredi 24 février 2017 15:50
Imprimer

Falsificateurs, les revoici

Écrit par RICH NGAPI. Publié dans Apostrophe

Les falsificateurs de l’histoire du Congo-Zaïre peuvent encore compter sur leurs nouveau-nés.  Ils n’ont pas désarmé. Pour se blanchir la conscience, ils ont « fabriqué » un étonnant procès de soi-disant « présumés suspects » dans l’assassinat du premier Premier ministre du Congo indépendant. Nous reprenons ici un large extrait d’un texte publié le lundi 15 juillet par notre confrère Le Phare, pour les besoins de la vérité historique. Il a soulevé des questions intéressantes.

Imprimer

Opposition du ventre

Écrit par RICH NGAPI. Publié dans Apostrophe

Le 26 juin 2013, le président de la République a pris une ordonnance portant création, organisation et fonctionnement des concertations nationales. Depuis, c’est l’agitation au sein de l’Opposition politique. On s’empoigne comme au beau vieux temps des gladiateurs romains. La guerre de leadership, les ambitions démesurées, la mégalomanie, la soif des honneurs, (on me souffle aussi que le long tube digestif), mettent dos-à-dos des «frères ennemis» qui se réclament pourtant d’un même clan politique : l’Opposition.

Imprimer

Une nouvelle race de dirigeants.

Écrit par LE POTENTIEL. Publié dans Apostrophe

Après avoir suivi, en temps réel l’évolution des manifestations du peuple égyptien, jusqu’à la fuite du président Mohamed Morsi, j’ai beaucoup réfléchi sur l’avenir de l’Afrique. Ce mien continent qui souffre de l’irresponsabilité de ses propres filles et fils transformés en « rapaces » du pouvoir. Mon voisin de gauche m’a soufflé à l’oreille, la mort dans l’âme, qu’il nous faut une nouvelle race de dirigeants.

Imprimer

Une nouvelle race

Écrit par RICH NGAPI. Publié dans Apostrophe

Après avoir suivi, en temps réel l’évolution des manifestations du peuple égyptien, jusqu’à la fuite du président Mohamed Morsi, j’ai beaucoup réfléchi sur l’avenir de l’Afrique. Ce mien continent qui souffre de l’irresponsabilité de ses propres filles et fils transformés en « rapaces » du pouvoir. Mon voisin de gauche m’a soufflé à l’oreille, la mort dans l’âme, qu’il nous faut une nouvelle race de dirigeants.

Imprimer

le peuple africain a besoin d’une nouvelle race de dirigeants

Écrit par LE POTENTIEL. Publié dans Apostrophe

Après avoir suivi, en temps réel l’évolution des manifestations du peuple égyptien, jusqu’à la fuite du président Mohamed Morsi, j’ai beaucoup réfléchi sur l’avenir de l’Afrique. Ce mien continent qui souffre de l’irresponsabilité de ses propres filles et fils tr    ansformés en « rapaces » du pouvoir. Mon voisin de gauche m’a soufflé à l’oreille, la mort dans l’âme, qu’il nous faut une nouvelle race de dirigeants.