A la Une

Bruits des bottes

La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et...

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Tenir les élections à fin 2017 est le credo entonné à l’unanimité par l’ensemble des Congolais...

Nouvelles preuves

Nouvelles preuves

Au-delà du fait que les tueries du Kasaï constituent une perte pour la nation, d’aucuns pensent...

Alexis Thambwe Mwamba:

Alexis Thambwe Mwamba: "Moïse Katumbi peut rentrer, mais…"

A quoi jouent les autorités de la RDC face au dossier Moïse Katumbi ? Dans une conférence de...

Ingérence extérieure ?

Ingérence extérieure ?

Un sit-in des Congolais, mobilisés autour de la Nouvelle classe politique et sociale (NCPS), a...

Imprimer

Affaire perdiem

Écrit par LE POTENTIEL. Publié dans Apostrophe

- « Monsieur le concertateur, comment vous retrouvez-vous ici maintenant alors que les travaux se poursuivent dans des états généraux ? » - « Eza likambo ya likonda » (se traduit de Lingala : c’est une affaire d’argent). – « Une affaire d’argent ? » - « Oui, le présidium nous prend pour des gamins alors que les délégués de Kampala sont bien traités ». Cette conversation se passe entre un confrère et un concertateur venu de l’intérieur du pays.

Imprimer

Nouvelle race de dirigeants

Écrit par RICH NGAPI. Publié dans Apostrophe

Après avoir suivi, en temps réel l’évolution des manifestations du peuple égyptien, jusqu’à la fuite du président Mohamed Morsi, j’ai beaucoup réfléchi sur l’avenir de l’Afrique. Ce mien continent qui souffre de l’irresponsabilité de ses propres filles et fils transformés en « rapaces » du pouvoir. Mon voisin de gauche m’a soufflé à l’oreille, la mort dans l’âme, qu’il nous faut une nouvelle race de dirigeants.

Imprimer

Kin-Brazza

Écrit par RICH NGAPI. Publié dans Apostrophe


L’axe Kinshasa-Brazzaville est en effervescence. Les relations sont au beau fixe entre les deux capitales les plus proches du monde. D’ailleurs, un musiciens brazzavillois n’avait-il pas chanté, il y a des décennies, « Ebale ya Congo, ezali lopango te, kasi ezali nzela » (Le fleuve Congo n’est pas  un mur, mais un chemin) !

Imprimer

Prénoms imprononçables

Écrit par RICH NGAPI. Publié dans Apostrophe

Il semble que le nom, chaque nom, a une signification. Bien plus, il a un pouvoir multidimensionnel et plurivoque. Un nom peut posséder le pouvoir de séduction, d’élévation, de malédiction ou de bénédiction, de domination ou d’oppression… Donc, depuis la nuit des temps, donner un nom à un enfant ne relevait jamais de la gratuité. Le nom signifiait toujours, et devrait signifier encore, quelque chose.

Articles récents

Bruits des bottes
vendredi 23 juin 2017
La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et particulièrement dans les deux Kivu.  Cette partie du Congo Kinshasa est décidément, sous le régime du...