A la Une

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Plus que jamais soudé derrière le tandem Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, le Rassemblement des...

Le refrain habituel

Le refrain habituel

La République démocratique du Congo a payé un lourd tribut de sa dépendance dans son industrie...

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

Au terme de son sommet, qui s’est clôturé dimanche en Afrique du Sud, la SADC (Communauté pour...

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

La résistance s’organise

La résistance s’organise

Une stratégie commune pour obtenir le départ du régime de Kinshasa avant la fin de l’année, voilà...

Imprimer

La compagnie Vector Ressources acquiert 70% de participation dans le projet aurifère du Maniema

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

La transaction Vector ressources a acquit en septembre dernier 70% de participation dans le projet aurifère Maniema en RDC selon laquelle la Compagnie Vector Ressources acquerrait 70% de participation dans le projet aurifère Maniema en RDC pour  un montant de deux milliards de dollars, a indiqué jeudi à l’ACP, Gary Castledine, président de cette compagnie. « Nous sommes heureux d’avoir été en mesure d’avancer de manière aussi efficace vers la finalisation de l’acquisition de notre participation de 70% dans le projet aurifère Maniema », a déclaré M. Castledine. Il a fait savoir que la compagnie compte renforcer dans les semaines avenirs les capacités  de son équipe de gestion afin  de mettre en œuvre son programme d’exploration aurifère planifié à Maniema, dont le démarrage est prévu pour ce mois de janvier. Le projet aurifère Maniema compte sept permis d’exploration couvrant une superficie de 500 Km2. Il est situé  dans une région qui héberge également les projets Namoya et Twangiza  de Banrocorp ainsi que la mine Kibali de Randgold Ressources et Ashanti Gold, informe-t-on.

Imprimer

Les sites miniers des territoires de Shabunda, Fizi et Mwenga prioritaires dans la validation et la qualification en 2017

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

Les sites miniers des territoires de Shabunda, Fizi et Mwenga sont prioritaires dans la validation et la qualification au cours de cette année 2017. Cette décision a été prise, mardi 10 janvier, au cours d’une réunion que le ministre provincial des Mines, Apollinaire Bulindi, a présidée à l’attention des services étatiques sous sa tutelle avec le partenaire du secteur minier, OIM. Au cours de cette réunion, il a été question d’évaluer les activités réalisées en 2016 visant à qualifier les sites miniers. Le responsable du projet Mine à l’OIM a promis que son organisation, en collaboration avec la coopération allemande BGR, qualifieront plusieurs sites miniers au cours de cette année 2017. Le ministre des Mines a dit qu’il est nécessaire de mettre l’accent sur les territoires de Mwenga, Shabunda et Fizi et qu’un protocole d’accord sera signé  avec la société KAZA MINING pour canaliser l’OR de Misisi et de la rivière ULINDI. Le ministre a évoqué la construction d’un barrage hydroélectrique par la société BANRO à Mwenga et le traitement des déchets par les exploitants à Misisi dans le territoire de Fizi. 

Imprimer

Les factures d’électricité baissent de 25% à Kalemie

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

La Société nationale d’électricité (SNEL) et ses abonnés se sont accordés, mardi 10 janvier, pour baisser de 25%  les factures de consommation d’électricité dans la ville de Kalemie (Tanganyika). Les factures du mois de décembre 2016, par exemple, viennent de baisser de 20 000 francs congolais (environ 15 USD)  à 15 400 francs congolais (environ 12.5), a indiqué Rogatien Kitenge, le coordonnateur de la Nouvelle société civile de Kalemie. Le directeur de la SNEL dans le Tanganyika, Sagali Kahite, a parlé «d’un réajustement dû au programme de délestage […]. On a trouvé une moyenne de 22 jours par mois. Et nous avons fait nos calculs en fonction de cette réalité». Rogatien Kitenge a salué une décision «juste», expliquant que la SNEL facturait auparavant ses abonnés sans tenir compte des jours de délestage. Sur les onze mille abonnés que compte la SNEL à Kalemie, environ 90% parmi eux ne possèdent pas de compteurs électriques. La société recourait à la facturation forfaitaire.  Ce qui, selon lui, exposait les abonnés aux risques de surfacturation. De son côté, le porte-parole des abonnés de la SNEL à Kalemie, Me Akilimali Nazer, a promis de poursuivre les efforts pour la mise en place des mécanismes pouvant épargner les abonnés des risques de surfacturation. 

Imprimer

Nigeria: ouverture du procès d'un leader Pro-Biafra

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE

/* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm; mso-para-margin-bottom:10.0pt; mso-para-margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri",sans-serif; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-fareast-language:EN-US;} Le procès du leader indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu s'est ouvert mardi à Abuja, capitale du Nigeria, avant d'être immédiatement ajourné en attendant de nouvelles requêtes de la défense contre l'accusation.Chef du mouvement pour le Peuple Indigène du Biafra (IPOB), Nnamdi Kanu, est en détention depuis octobre 2015, une situation qui suscite la colère et des protestations de ses partisans dans le sud-est du pays.

Il est accusé, avec trois autres membres du mouvement, de rassemblements illégaux, de trahison et de conspiration contre l'Etat, et de terrorisme.Les velléités séparatistes parmi les Igbo, majoritaires dans le sud-est du Nigeria, ont pris de l'ampleur après l'arrestation de Kanu et ont provoqué des affrontements sanglants avec les forces de sécurité.

La sécession du Biafra, sept ans après l'indépendance du Nigeria, avait débouché sur un conflit féroce de trois ans (1967-70) et la mort d'environ un million de personnes, beaucoup ayant succombé à la maladie et à la famine.

Imprimer

Le Rwanda vise une couverture de l'Internet 4G de 92% en 2017

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

Le Rwanda vise une couverture de 92% du réseau de la 4G cette année, a déclaré dimanche le ministère de la Jeunesse et des TIC. Jean Philbert Nsengimana, ministre rwandais de la Jeunesse et des TIC, a indiqué aux journalistes que le pays voulait faire en sorte que la 4G atteigne les zones rurales, contrairement au réseau d'aujourd'hui qui est concentré dans la capitale Kigali et quelques autres endroits. Le petit pays d'Afrique centrale fait partie des quelques pays d'Afrique à avoir déroulé un réseau Internet haut débit d'une vitesse de téléchargement allant jusqu'à 100 mégaoctets par seconde. La vitesse d'Internet est pratiquement trois fois plus rapide que celle qui était jusqu'alors disponible dans le pays comme la 3G et la 2G, d'après les experts.  La fibre optique posée en 2010 tend à renforcer l'accès aux différents services Internet, y compris les applications comme la gouvernance électronique, la banque en ligne, l'éducation en ligne, afin que le Rwanda atteigne sont but, à savoir devenir un pays à revenus moyens d'ici 2020. Depuis son lancement au Rwanda en septembre 2013 et son lancement commercial en novembre 2014, Korea Telecom (KT) a signé un accord avec le Rwanda pour déployer la technologie LTE (Long terme Evolution) 4G dans tout le pays. KT Rwanda Networks (KTRN) a depuis implanté la 4G dans le pays et a atteint 30% de couverture.

 

Articles récents

La première victime de Luzolo est là. Elle s’appelle Anatole Kikwa, ancien directeur général de l’Ogefrem. Il doit répondre vendredi prochain à une convocation du cabinet du Procureur général de la...