A la Une

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Soutien improductif

Soutien improductif

La République démocratique du Congo est en train de sombrer. La crise politique ne fait que...

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

La tenue d’élections étant exclue cette année, l’après-décembre 2017 reste un mystère. Raison...

Imprimer

Lubumbashi : destruction des constructions anarchiques au cimetière de Kamasaka

Écrit par Rédaction le . Publié dans Brèves

Des maisons ont été construites anarchiquement au cimetière de Kamasaka, au quartier Luwowoshi, dans la commune Annexe à Lubumbashi par des personnes sans foi ni loi qui ont procédé à la profanation des tombes en détruisant plusieurs croix, même celles qui datent du mois de décembre 2016.

Aussitôt informé de cette situation, le bourgmestre de la commune Annexe Kahozi, Bin Malisawa, s’est rendu sur les lieux pour le constat et a ordonné à la destruction de ces maisons, œuvre des hors-la-loi qui n’ont aucune notion de respect dû aux morts.

Il a lancé une sévère mise en garde contre toute personne qui s’hasarderait à occuper une portion de terre dans le cimetière.

Le cimetière de Kamasaka est toujours opérationnel et quelques personnes de la ville de Lubumbashi continuent d’inhumer les leurs et la profanation des tombes est une infraction passible des peines de servitude pénale allant de six mois à cinq ans, rappelle-t-on.

Imprimer

N’djili : une jeune fille fauchée par un taxi-moto

Écrit par Rédaction le . Publié dans Brèves

Une jeune fille a été, mercredi 11 janvier 2017, renversée par un conducteur d’un taxi-moto communément appelé ‘‘Wewa’’ sur le boulevard Lumumba. Les faits se sont passés aux environs de 20 heures au quartier 12, dans la commune de N’djili. Selon un témoin de la scène, cette victime était en train de traverser le Boulevard. Subitement le conducteur de cet engin l’a fauchée. Heureusement qu’elle n’a pas trouvé la mort. Mais la pauvre fille a été grièvement blessée au niveau de son visage. Voyant l’état critique de la fille, les personnes animées de bonne volonté l’ont amenée à l’hôpital pour des soins appropriés. Et le conducteur a été maîtrisé par la population de ce quartier. Approchée, une maman qui a requis l’anonymat, impute la faute au conducteur du taxi-moto. Car, il conduisait à une vive allure. 

Imprimer

Entre les deux Congo, un énorme puits de carbone exploré

Écrit par Rédaction le . Publié dans Brèves

La transformation de ce carbone à des fins agricoles, pétrolières ou minières aurait des conséquences environnementales très lourdes, ont alerté les auteurs d'une étude publiée dans la revue Nature mercredi. 30 milliards de tonnes de dioxyde de carbone équivalant à 20 années d’émissions aux États-Unis, c’est la quantité colossale de carbone piégée dans une tourbière dont l’ampleur a été découverte puis précisée par des images satellites et des expéditions sur le terrain, a fait savoir l’équipe scientifique internationale dans un article publié dans la revue Nature. Le puits en question s’étend sous la région dite de la Cuvette centrale, en plein Bassin du Congo, le deuxième massif forestier du monde à cheval entre plusieurs pays d’Afrique centrale, du fleuve Congo au Congo-Brazzaville, jusque dans l’ouest de la République démocratique du Congo voisine. La zone humide, écologiquement si précieuse, car formée par la décomposition de végétaux sur une période de plusieurs milliers d’années, s’étend sur 55 000 mètres carrés et est d’une profondeur de six mètres. La plupart des tourbières, qui recouvrent environ 3% des superficies terrestres émergées, sont situées dans le nord du globe, en Sibérie, au Canada ou en Alaska, par exemple.

Imprimer

La compagnie Vector Ressources acquiert 70% de participation dans le projet aurifère du Maniema

Écrit par Rédaction le . Publié dans Brèves

La transaction Vector ressources a acquit en septembre dernier 70% de participation dans le projet aurifère Maniema en RDC selon laquelle la Compagnie Vector Ressources acquerrait 70% de participation dans le projet aurifère Maniema en RDC pour  un montant de deux milliards de dollars, a indiqué jeudi à l’ACP, Gary Castledine, président de cette compagnie. « Nous sommes heureux d’avoir été en mesure d’avancer de manière aussi efficace vers la finalisation de l’acquisition de notre participation de 70% dans le projet aurifère Maniema », a déclaré M. Castledine. Il a fait savoir que la compagnie compte renforcer dans les semaines avenirs les capacités  de son équipe de gestion afin  de mettre en œuvre son programme d’exploration aurifère planifié à Maniema, dont le démarrage est prévu pour ce mois de janvier. Le projet aurifère Maniema compte sept permis d’exploration couvrant une superficie de 500 Km2. Il est situé  dans une région qui héberge également les projets Namoya et Twangiza  de Banrocorp ainsi que la mine Kibali de Randgold Ressources et Ashanti Gold, informe-t-on.

Articles récents

Félix Tshisekedi entame une tournée de sensibilisation des populations à travers la RDC. Ce, en vue d’amener le peuple congolais à vaincre la peur et se tenir debout pour résister à l’imposture....