A la Une

RDC: le jeu double de la Majorité présidentielleP

RDC: le jeu double de la Majorité présidentielleP

Les mesures de décrispation souffrent d’application. La Cenco impliquée dans la résolution...

Gouvernement de transition : un Premier ministre, 37 ministres et 9 vice-ministres

Gouvernement de transition : un Premier ministre, 37 ministres et 9 vice-ministres

Entre la Majorité présidentielle (MP) qui préférait un gouvernement le plus large possible et...

Grand Kasaï/le phénomène Kamwina Nsapu : mythe ou réalité ?

Grand Kasaï/le phénomène Kamwina Nsapu : mythe ou réalité ?

Cette interrogation fait partie de la question d’actualité posée au vice-Premier ministre,...

CAN 2017 : Gabon – Guinée-Bissau, en ouverture ce samedi

CAN 2017 : Gabon – Guinée-Bissau, en ouverture ce samedi

La CAN 2017 s’ouvre ce samedi 14 janvier au Gabon avec deux affiches. Le Gabon (pays hôte)...

RDC: Consensus autour du format du gouvernement

RDC: Consensus autour du format du gouvernement

Un consensus a pu être dégagé, jeudi au Centre interdiocésain, entre la MP et le Rassemblement...

  • RDC: le jeu double de la Majorité présidentielleP

    RDC: le jeu double de la Majorité présidentielleP

    samedi 14 janvier 2017 11:06
  • Gouvernement de transition : un Premier ministre, 37 ministres et 9 vice-ministres

    Gouvernement de transition : un Premier ministre, 37 ministres et 9 vice-ministres

    samedi 14 janvier 2017 10:00
  • Grand Kasaï/le phénomène Kamwina Nsapu : mythe ou réalité ?

    Grand Kasaï/le phénomène Kamwina Nsapu : mythe ou réalité ?

    samedi 14 janvier 2017 09:30
  • CAN 2017 : Gabon – Guinée-Bissau, en ouverture ce samedi

    CAN 2017 : Gabon – Guinée-Bissau, en ouverture ce samedi

    samedi 14 janvier 2017 08:47
  • RDC: Consensus autour du format du gouvernement

    RDC: Consensus autour du format du gouvernement

    vendredi 13 janvier 2017 11:00
Imprimer

Mines : Burey Gold devient Amani Gold

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

Burey Gold, compagnie minière active sur le projet aurifère Giro, en RD Congo, a changé son nom en «Amani Gold». Le changement de nom a pris effet le 30 décembre 2016, date à partir de laquelle les actions de la société ont commencé à être négociées sous le nouveau symbole «ANL», sur la bourse ASX. En novembre dernier, la compagnie a conclu un accord avec la société émiratie Medidoc FZE, pour acquérir une participation de 60% dans le projet Tendao. Cette transaction lui permet de renforcer sa présence dans la ceinture de roches vertes de Kilo-Moto où se situe le projet Giro. Le projet Tendao comprend cinq permis d'exploration couvrant au total 1 456 km2 au Nord-est de la RD Congo. Quant au projet Giro, il est situé à seulement 30 km du projet aurifère de classe mondiale Kibali, propriété de Randgold Resources et porteur d’une ressource de l'ordre de 17 millions d’onces d'or.

Imprimer

Un diamant de 87 carats produit par la MIBA

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

La société Minière de Bakwanga (MIBA), une entreprise mixte belgo-congolaise implantée à Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï Oriental, a produit une gemme de plus de 87 carats, d’une valeur estimée à plus de 6.000.000 de dollars, annonce l’Agence congolaise de presse (ACP) qui ne précise cependant pas la date exacte à laquelle cette pierre a été découverte. Cette gemme, appellation précise d’une pierre précieuse ou d’un diamant blanc, est issue d’un tamisage de kimberlite à la Nouvelle laverie de kimberlite (NLK) de la MIBA. Certains géologues de cette société ont affirmé que cette pièce fabuleuse serait d’une grande valeur par rapport à la précédente de 146,80 carats produite au mois de décembre dernier, à partir des rejets par le service de traitement d’échantillon géologique de la MIBA. Grâce au produit de vente de ces deux pierres précieuses, la MIBA peut, petit à petit, se relancer avec l’achat d’outils de production et le paiement de son personnel avant l’intervention des bailleurs de fonds, estime-t-on.

Imprimer

Kananga : 1 398 enfants sur 10 609 en âge scolaire n’ont pas fréquenté l’école

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

Près de 1 398 enfants, représentant 13% de 10 609 en âge scolaire, ne fréquentent pas l’école dans la ville de Kananga et certaines localités environnantes. C’est le résultat d’une enquête menée par un groupe d’étudiants parmi lesquels ceux de l’Université Notre-Dame du Kasayi (UKA) et certains instituts supérieurs de la place sous la direction de Anaclet Tshimbalanga, expert, renseigne l’Agence congolaise de presse (ACP).

Dans cette étude, poursuit la source,  10 609 enfants sont dénombrés dans trois mille ménages ciblés. En outre, sur 543 enseignants identifiés pour un échantillon de 56 écoles primaires ciblées, 43 dont 10 femmes sont détenteurs d’un certificat d’aptitude pédagogique, 105 dont 24 femmes de niveau d’étude de 4 ans post-primaires, 391 dont 95 femmes détenteurs d’un diplôme d’Etat, 4 dont zéro femme de niveau de graduat et 2 dont zéro femme licenciés.

Imprimer

Tshopo : pénurie d’eau potable à Bangboka

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

Les habitants de la localité de Bangboka dans la province de la Tshopo éprouvent d'énormes difficultés pour s’approvisionner en eau potable. Les femmes parcourent environ 17 km à pieds en pleine forêt pour atteindre les sources d’eau dont l’accès n’est pas toujours facile en cette saison de pluie. Arrivées aux sources, il faut plusieurs heures pour pouvoir se procurer une denrée devenue précieuse.

Selon Roger Mokonda, infirmier à Bangboka, la consommation de l’eau puisée dans des sources non aménagées favorise des maladies d’origine hydrique surtout chez les enfants. Il affirme qu’environ 7 enfants de moins de 5 ans souffrant de diarrhée sont admis chaque semaine dans son centre de santé. D’autres sont soignés avec des méthodes traditionnelles. Ce qui occasionnerait des décès. Les habitants de Bangboka sollicitent l’adduction d’eau potable dans leur village.

Imprimer

Les ex-travailleurs de la SENGAMINES réclament leurs décomptes finals

Écrit par L.P.. Publié dans Brèves

Plus de mille ex-travailleurs de la SENGAMINES à Mbuji-Mayi (Kasaï-Oriental) continuent de réclamer le versement de leurs décomptes finaux. Ils affirment que leurs créances, validées depuis 2010, s’élèvent à environ 4 millions de dollars américains. Mais ils ne comprennent pas pourquoi ils ne sont toujours pas payés.

« Nous demandons que [nous puissions] toucher nos dus. On en a marre. Il y a quelques-uns parmi nous qui sont déjà [morts]. Nos enfants n’étudient pas », a affirmé le président des ex-travailleurs de la SENGAMINES, Théodore Lukusa.