A la Une

Des charniers de plus

Des charniers de plus

Chaque jour qui passe, le drame du Grand Kasaï délivre un secret de plus. Après les huit...

Mafia à la CENI : détournement du contrat « Sitele »

Mafia à la CENI : détournement du contrat « Sitele »

Dans ses investigations sur la gestion à la Commission électorale nationale indépendante,...

Phénomène Kamuina Nsapu : la désillusion du gouvernement Badibanga

Phénomène Kamuina Nsapu : la désillusion du gouvernement Badibanga

Les populations de l’espace Kasaï ne connaissent pas encore la paix et la sécurité. Même à...

Répartition des postes entre composantes: les ministères régaliens posent problème

Répartition des postes entre composantes: les ministères régaliens posent problème

Intérieur, Défense, Justice, Finances et Affaires étrangères Une fois de plus, la plénière...

Conseil de sécurité : She Okitundu dans le déni de la réalité

Conseil de sécurité : She Okitundu dans le déni de la réalité

«Il n’existe aucune manœuvre pour retarder la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre...

Imprimer

Entre les deux Congo, un énorme puits de carbone exploré

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

La transformation de ce carbone à des fins agricoles, pétrolières ou minières aurait des conséquences environnementales très lourdes, ont alerté les auteurs d'une étude publiée dans la revue Nature mercredi. 30 milliards de tonnes de dioxyde de carbone équivalant à 20 années d’émissions aux États-Unis, c’est la quantité colossale de carbone piégée dans une tourbière dont l’ampleur a été découverte puis précisée par des images satellites et des expéditions sur le terrain, a fait savoir l’équipe scientifique internationale dans un article publié dans la revue Nature. Le puits en question s’étend sous la région dite de la Cuvette centrale, en plein Bassin du Congo, le deuxième massif forestier du monde à cheval entre plusieurs pays d’Afrique centrale, du fleuve Congo au Congo-Brazzaville, jusque dans l’ouest de la République démocratique du Congo voisine. La zone humide, écologiquement si précieuse, car formée par la décomposition de végétaux sur une période de plusieurs milliers d’années, s’étend sur 55 000 mètres carrés et est d’une profondeur de six mètres. La plupart des tourbières, qui recouvrent environ 3% des superficies terrestres émergées, sont situées dans le nord du globe, en Sibérie, au Canada ou en Alaska, par exemple.

Imprimer

La compagnie Vector Ressources acquiert 70% de participation dans le projet aurifère du Maniema

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

La transaction Vector ressources a acquit en septembre dernier 70% de participation dans le projet aurifère Maniema en RDC selon laquelle la Compagnie Vector Ressources acquerrait 70% de participation dans le projet aurifère Maniema en RDC pour  un montant de deux milliards de dollars, a indiqué jeudi à l’ACP, Gary Castledine, président de cette compagnie. « Nous sommes heureux d’avoir été en mesure d’avancer de manière aussi efficace vers la finalisation de l’acquisition de notre participation de 70% dans le projet aurifère Maniema », a déclaré M. Castledine. Il a fait savoir que la compagnie compte renforcer dans les semaines avenirs les capacités  de son équipe de gestion afin  de mettre en œuvre son programme d’exploration aurifère planifié à Maniema, dont le démarrage est prévu pour ce mois de janvier. Le projet aurifère Maniema compte sept permis d’exploration couvrant une superficie de 500 Km2. Il est situé  dans une région qui héberge également les projets Namoya et Twangiza  de Banrocorp ainsi que la mine Kibali de Randgold Ressources et Ashanti Gold, informe-t-on.

Imprimer

Les sites miniers des territoires de Shabunda, Fizi et Mwenga prioritaires dans la validation et la qualification en 2017

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

Les sites miniers des territoires de Shabunda, Fizi et Mwenga sont prioritaires dans la validation et la qualification au cours de cette année 2017. Cette décision a été prise, mardi 10 janvier, au cours d’une réunion que le ministre provincial des Mines, Apollinaire Bulindi, a présidée à l’attention des services étatiques sous sa tutelle avec le partenaire du secteur minier, OIM. Au cours de cette réunion, il a été question d’évaluer les activités réalisées en 2016 visant à qualifier les sites miniers. Le responsable du projet Mine à l’OIM a promis que son organisation, en collaboration avec la coopération allemande BGR, qualifieront plusieurs sites miniers au cours de cette année 2017. Le ministre des Mines a dit qu’il est nécessaire de mettre l’accent sur les territoires de Mwenga, Shabunda et Fizi et qu’un protocole d’accord sera signé  avec la société KAZA MINING pour canaliser l’OR de Misisi et de la rivière ULINDI. Le ministre a évoqué la construction d’un barrage hydroélectrique par la société BANRO à Mwenga et le traitement des déchets par les exploitants à Misisi dans le territoire de Fizi. 

Imprimer

Les factures d’électricité baissent de 25% à Kalemie

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

La Société nationale d’électricité (SNEL) et ses abonnés se sont accordés, mardi 10 janvier, pour baisser de 25%  les factures de consommation d’électricité dans la ville de Kalemie (Tanganyika). Les factures du mois de décembre 2016, par exemple, viennent de baisser de 20 000 francs congolais (environ 15 USD)  à 15 400 francs congolais (environ 12.5), a indiqué Rogatien Kitenge, le coordonnateur de la Nouvelle société civile de Kalemie. Le directeur de la SNEL dans le Tanganyika, Sagali Kahite, a parlé «d’un réajustement dû au programme de délestage […]. On a trouvé une moyenne de 22 jours par mois. Et nous avons fait nos calculs en fonction de cette réalité». Rogatien Kitenge a salué une décision «juste», expliquant que la SNEL facturait auparavant ses abonnés sans tenir compte des jours de délestage. Sur les onze mille abonnés que compte la SNEL à Kalemie, environ 90% parmi eux ne possèdent pas de compteurs électriques. La société recourait à la facturation forfaitaire.  Ce qui, selon lui, exposait les abonnés aux risques de surfacturation. De son côté, le porte-parole des abonnés de la SNEL à Kalemie, Me Akilimali Nazer, a promis de poursuivre les efforts pour la mise en place des mécanismes pouvant épargner les abonnés des risques de surfacturation. 

Imprimer

Nigeria: ouverture du procès d'un leader Pro-Biafra

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE

/* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm; mso-para-margin-bottom:10.0pt; mso-para-margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri",sans-serif; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-fareast-language:EN-US;} Le procès du leader indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu s'est ouvert mardi à Abuja, capitale du Nigeria, avant d'être immédiatement ajourné en attendant de nouvelles requêtes de la défense contre l'accusation.Chef du mouvement pour le Peuple Indigène du Biafra (IPOB), Nnamdi Kanu, est en détention depuis octobre 2015, une situation qui suscite la colère et des protestations de ses partisans dans le sud-est du pays.

Il est accusé, avec trois autres membres du mouvement, de rassemblements illégaux, de trahison et de conspiration contre l'Etat, et de terrorisme.Les velléités séparatistes parmi les Igbo, majoritaires dans le sud-est du Nigeria, ont pris de l'ampleur après l'arrestation de Kanu et ont provoqué des affrontements sanglants avec les forces de sécurité.

La sécession du Biafra, sept ans après l'indépendance du Nigeria, avait débouché sur un conflit féroce de trois ans (1967-70) et la mort d'environ un million de personnes, beaucoup ayant succombé à la maladie et à la famine.

Articles récents

Le deal a quitté les salons huppés où elle a été négociée en secret pour se retrouver fort malheureusement dans la presse. À titre indicatif « Le Journal », quotidien paraissant à Kinshasa lui...