A la Une

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Soutien improductif

Soutien improductif

La République démocratique du Congo est en train de sombrer. La crise politique ne fait que...

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

La tenue d’élections étant exclue cette année, l’après-décembre 2017 reste un mystère. Raison...

Imprimer

Enrôlement des électeurs : l’arme par laquelle la Céni reporte infiniment les élections

Écrit par LP, samedi le . Publié dans Online Dépêches

La Céni a trouvé, dans l’extension des opérations d’enrôlement des électeurs, un bel alibi pour prolonger le plus possible le cycle électoral. Jusqu’où ira-t-elle ? Le plus évident est que la Céni ne cessera jamais d’innover, tant que l’autorité morale de la MP n’aura pas trouvé son compte dans les prochains scrutins.

Imprimer

Réactions de quelques ténors du Rassemblement

Écrit par LP, samedi le . Publié dans Online Dépêches

Jean-Bertrand Ewanga (Alternance pour la République) : « Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution…, cette disposition de l’article 64 de la Constitution est la solution ultime parce que la souveraineté nationale appartient au peuple. Les faits, gestes, actes, discours et décisions de la Majorité démontrent à suffisance que tout est mis en œuvre pour que les élections n’aient pas lieu afin qu’un groupe d’individus continue d’exercer le pouvoir en violation de la Constitution. Ainsi, l’idée d’une transition sans Kabila repose sur l’article 64. La tâche incombera ainsi aux forces sociales et politiques d’appliquer cette disposition. Le mécanisme sera simple. Un consensus pour désigner l’autorité de la transition. Et personne ne saura résister à la détermination du peuple »

Claudel-André Lubaya (Dynamique de l’Opposition) : « A notre niveau, la réponse est simple. Joseph Kabila comme tout le monde aujourd’hui, tient sa légitimité de l’Accord du 31 décembre 2016. Et cet accord n’a pas prévu de mécanisme de sa prolongation. Cela veut dire que l’accord a une durée d’une année. Et les institutions qui en sont issues, dont l’institution président de la République, ont également une durabilité limitée à une année. Et à l’expiration de cet accord, l’institution président de la République qui a déjà perdu aussi sa légitimité à cause de toutes les entorses dans la mise en œuvre de l’accord, perdra non seulement la légitimité mais aussi cessera de fonctionner.

De deux, nous considérons que l’institution président de la République avait déjà un mandat qui courait de 2006 à 2011. Elle avait la possibilité de poursuivre le cycle électoral mais ne l’a pas poursuivi en gardant les élections au niveau des provinciales simplement. Et que de 2011 à 2016, il a maintenu ce cycle toujours bloqué à la présidentielle et aux législatives. Et 2016, non seulement il n’a pas pu aider à ce que cela ait lieu, mais il s’est maintenant imposé en obstacle majeur à toute aspiration électorale du peuple congolais, violant de ce fait l’article 5 de la Constitution qui reconnaît au peuple congolais le droit de se choisir ses représentants. Devenu obstacle, l’institution président de la République issu de l’Accord du 31 décembre 2016 ne peut plus rester là dans le cadre d’une élection et qu’il faut donc que les forces politiques et sociales se concertent et désignent une autorité de transition ne mettant pas la Constitution entre parenthèses, plutôt en mettant en place une charte destinée à régir la période allant du 1er janvier au 31 juillet 2018, pour que pendant cette période, le mécanisme de transition prépare les élections, les organise et nous permette de rentrer paisiblement à l’ordre constitutionnel issu de référendum de 2006. Tant que Joseph Kabila sera là et nous considérons à la fois comme problème et source de problème, il ne peut plus nous garantir la tenue d’élections. La preuve, c’est que maintenant avec la Céni, ils viennent de renvoyer les élections aux calendes kabilistes, même pas les calendes grecques qui sont quand même limitées dans le temps. Il faut que les forces politiques et sociales mobilisent le peuple pour faire partir Kabila et instaurer une transition démocratique, courte, à même de nous préparer à revenir à l’ordre constitutionnel issu du pacte républicain. Les animateurs de cette transition ne seront pas candidats ».

Mohindo Nzangi (G7) : « A mon avis, il doit y avoir un mécanisme au niveau interne et externe. Au niveau interne, il faut que le peuple montre effectivement qu’il est dans ce schéma de désaccord avec la continuation du travail de Kabila et Nangaa. C’est donc la mobilisation des forces politiques et sociales qui va déclencher le mécanisme externe. Et à ce niveau, puisque l’Accord du 31 décembre 2016 a été avalisé par une résolution du Conseil de sécurité. Il faut que le Conseil de sécurité vote une résolution pour constater que c’est Kabila qui est le blocage à l’application de l’Accord ».

Un autre cadre du G7, Dr Molisho, est plus tranchant : « Pour nous, tant que le président Kabila est là, il n’y aura pas d’élections. Or, le peuple ne demande qu’une seule chose, participer aux élections pour choisir librement ses dirigeants. La seule solution qui nous reste, c’est faire partir Kabila. S’il y a un dialogue, il doit se tenir après le départ de Kabila, pas avant ».

 

Imprimer

Faute de preuve, la Cour a classé sans suite l’Affaire Musete

Écrit par Stanislas Ntambwe, vendredi le . Publié dans Online Dépêches

A l’issue de plusieurs mois d’enquête, le 06 octobre 2017, le Procureur général Près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe a classé sans suite, l’accusation de détournement des fonds publics, mettant en cause l’ancien Directeur général de la Société congolaise des Postes et télécommunications (SCPT), Didier Musete Lekan.

Articles récents

S’alignant presque sur la ligne de la Majorité présidentielle (MP), la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a laissé entendre que les élections reportées « au plus tard en décembre » auront...