A la Une

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Soutien improductif

Soutien improductif

La République démocratique du Congo est en train de sombrer. La crise politique ne fait que...

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

La tenue d’élections étant exclue cette année, l’après-décembre 2017 reste un mystère. Raison...

Imprimer

Le ministre Affaires foncières exige 7 millions USD pour renouveler les titres des concessions Bralloy Inc

Écrit par Amédée MK, vendredi le . Publié dans Faits divers

Après l’affaire des passeports semi-biométriques, voici un autre dossier sale qui va ternir davantage l’image du gouvernement Tshibala. Le ministre des Affaires foncières, foulant au pied toutes les lois de la République, a déclaré les concessions Bralloy Inc un « bien sans maître » avant de les verser dans le domaine privé de l’État pour enfin les céder à un quidam. Pire, le ministre des Affaires foncières exige à cette société de droit américain 7 millions Usd avant de renouveler ses titres immobiliers. Un scandale de plus dont le gouvernement Tshibala pouvait se passer juste après la tenue du Forum sur le climat des affaires.

Imprimer

Kintambo : des inciviques pillent une famille et blessent grièvement un jeune homme

Écrit par Lucie Ngusi M., publié mercredi 30 aout 2017 le . Publié dans Faits divers

David Mudiayi, un jeune homme de 27 ans, vient d’allonger la liste des victimes de l’insécurité grandissante dans la commune de Kintambo. Dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 août, pendant que toute la famille dormait, les malfaiteurs ont pénétré dans la résidence familiale. David raconte : « À peine avais-je fermé les yeux que j’ai entendu des mouvements suspects dans la maison. Cherchant à aller voir ce qui se passait, j’ai ouvert la porte de ma chambre. Que vois-je ? J’ai de la visite ! Et quelle visite !»

Articles récents

S’alignant presque sur la ligne de la Majorité présidentielle (MP), la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a laissé entendre que les élections reportées « au plus tard en décembre » auront...