A la Une

Mgr Ambongo : « L’interdiction des marches est anticonstitutionnelle »

Mgr Ambongo : « L’interdiction des marches est anticonstitutionnelle »

Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et évêque coadjuteur...

Cuisine interne

Cuisine interne

Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), parti phare de la Majorité...

ASF-RDC appelle les congolais à l’éthique et la considération de l'autre

ASF-RDC appelle les congolais à l’éthique et la considération de l'autre

L’Ong ASF invite la presse à cultiver le caractère sacré de la patrie pour « barrer la route à...

RDV du 23 décembre : la décrispation bat de l’aile

RDV du 23 décembre : la décrispation bat de l’aile

Entre l’Opposition, appuyée par les forces vives, et le pouvoir des divergences majeures...

Emboiter le pas

Emboiter le pas

Pendant qu’on l’attend sur le terrain, à côté du peuple qui réclame l’application intégrale de...

Imprimer

Des zones d’ombre

Écrit par (Le Potentiel) le . Publié dans A la Une

L’arrivée des bovidés, en décembre dernier, dans les provinces du Kwilu et Kwango, continue de défrayer la chronique. Chaque Congolais y va de son commentaire, faute d’information officielle sur la question.

D’aucuns spéculent sur la présence insolite de ces vaches venues d’on ne sait où. Spéculation confortée par les réseaux sociaux où une vidéo a fait le tour du monde, montrant ces éleveurs étrangers envahissant une bourgade du Kwango en compagnie de leur bétail. Sans oublier des images qui montrent cette transhumance peu ordinaire des vaches traversant plusieurs localités de la région du Kasaï.

Si les autorités du pays ne fixent pas l’opinion, il est difficile de croire que ces éleveurs ont effectué de longues distances à pied, en dépit de l’état des routes, de l’absence de ponts, et l’insécurité dans les zones traversées. Au regard de la situation sur le terrain, il est quasiment impossible de partir d’Uvira, au Sud-Kivu, à la tête d’un cheptel de plus de 300 vaches jusque dans le Bandundu en traversant toutes ces régions hostiles. Les régions du Kivu et du Kasaï étant en proie à des scènes de violence et d’insécurité qui ne donnent aucune chance à une transhumance ! Nous ne croyons pas à la génération spontanée, raison pour laquelle toute la lumière doit être faite sur ce sujet qui fâche.

Le mutisme de plus en plus intriguant des gouvernements tant provincial que national suscite beaucoup d’interrogations sans réponse. Car, à ce jour, aucun officiel ne s’est exprimé sur ces éleveurs qui traversent le pays de part en part, à la tête de leurs troupeaux.

Par ailleurs, une endémie mystérieuse s’attaque aux bovins qui meurent brutalement. D’où ce questionnement : les services vétérinaires ont-ils mené des investigations pour savoir de quoi sont morts ces bovidés ? N’y a-t-il pas risque de contamination de la population et des races  locales ? Pourquoi ce mutisme de Kinshasa sur la mystérieuse transhumance des vaches ?

Aux dirigeants de faire toute la lumière sur le sujet afin d’éclairer la lanterne de l’opinion aussi bien nationale que provinciale.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et évêque coadjuteur de l’archidiocèse de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, revient sur la dernière déclaration de l’assemblée plénière...
More inA la Une  Société  A la Une  Sports  A la Une  

Facebook FanBox