A la Une

Mgr Ambongo : « L’interdiction des marches est anticonstitutionnelle »

Mgr Ambongo : « L’interdiction des marches est anticonstitutionnelle »

Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et évêque coadjuteur...

Cuisine interne

Cuisine interne

Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), parti phare de la Majorité...

ASF-RDC appelle les congolais à l’éthique et la considération de l'autre

ASF-RDC appelle les congolais à l’éthique et la considération de l'autre

L’Ong ASF invite la presse à cultiver le caractère sacré de la patrie pour « barrer la route à...

RDV du 23 décembre : la décrispation bat de l’aile

RDV du 23 décembre : la décrispation bat de l’aile

Entre l’Opposition, appuyée par les forces vives, et le pouvoir des divergences majeures...

Emboiter le pas

Emboiter le pas

Pendant qu’on l’attend sur le terrain, à côté du peuple qui réclame l’application intégrale de...

Imprimer

Du 26 au 27 février à Limeté – Kinshasa : L’UDPS en congrès pour élire un nouveau président

Écrit par Le Potentiel le .

C’est désormais chose faite, du 26 au 27 février, l’UDPS organise son Congrès extraordinaire au siège du parti à la 10ème rue Limeté à Kinshasa, a annoncé hier jeudi 8 février son Secrétaire général, Jean-Marc Kabund. Plus de 600 participants sont attendus dans la capitale, en provenance tant de 26 provinces que des pays étrangers. Le budget de cette rencontre est chiffré à 167 000 Usd. A cet effet, le secrétaire général de l’UPDS a lancé un appel de fonds à tous les membres pour contribuer financièrement et matériellement au succès de ce congrès.

Un criterium a d’ores et déjà été fixé pour les candidats à la présidence de l’UDPS. Chaque récipiendaire devra satisfaire obligatoirement aux 9 conditions, dont la principale est  qu’il faille avoir œuvré pendant 20 ans au sein du parti.

Ce congrès arrive au moment où la République démocratique du Congo vit une de ses pires crises politiques née de l’absence d’élections dans les délais constitutionnels en  2016. La RDC est dirigée par un président hors mandats depuis le 20 décembre 2016. Pire, la majorité au pouvoir refuse de mettre en œuvre l’accord politique du 31 décembre 2016 conclu avec l’Opposition pour une transition apaisée devant débouchée sur la tenue des élections démocratiques, transparentes et crédibles.

Un challenge pour l’UDPS

En tant que fille ainée de l’Opposition, l’UDPS a la lourde charge de continuer le combat qu’Etienne Tshisekedi  a mené. Le parti devra continuer à exiger l’application de l’accord de la Saint Sylvestre, seule feuille de route susceptible de favoriser la tenue des élections dans un climat apaisé. Tout aussi, le parti doit continuer la lutte pour l’avènement d’un Etat des droits. Un Congo où l’Etat des droits est de mise a toujours été le leitmotiv du combat du sphinx de Limeté.

Aujourd’hui, l’UDPS est face à un challenge : trouver une personnalité, homme ou femme, susceptible de pérenniser le combat pour un Etat des droits en RDC. Le prochain président de l’UDPS doit impulser une nouvelle dynamique pour propulser le parti au diapason des défis de l’heure.  Il s’agira, d’abord, de résister face aux velléités dictatoriales que le régime en place à Kinshasa tente d’imposer au peuple Congolais en violation de la constitution. Ensuite, il faudra placer l’UDPS en ordre utile pour les prochaines élections devant renouveler les animateurs des institutions de la République du sommet de l’Etat à la base.

Pour un tel challenge, le prochain président de l’UDPS devra être un rassembleur. Il devra fédérer tous les membres autour des idéaux du parti. Dès lors, le prochain leader de l’UDPS doit être un homme de rigueur mais pas rigide. Il doit être constant et non voué au vagabondage politique comme c’est le cas présentement avec certains cadres de l’UDPS qui ont tout été débauchés par le pouvoir, compromettant même la lutte du parti de trois décennies. Ce président du parti devra être un visionnaire pour un Etat des droits ; un homme de vérité et non de la ruse ; un défenseur de la souveraineté de la RDC et non un chantre du souverainisme.

Les membres de l’UDPS ont donc l’opportunité de propulser à ce poste de président du parti quelqu’un qui peut pérenniser « l’Esprit Tshitshi ». L’UDPS ne devra pas chercher à créer un autre Ya Tshitshi. Tout homme est unique. Etienne Tshisekedi était unique. Dès lors, l’UDPS a besoin de se doter d’un leader qui se rapproche du modèle du leader maximo.

F. Tshisekedi candidat à la présidence de l’UDPS

Cette communication officielle de la tenue du Congrès extraordinaire en vue de la désignation du successeur d’Etienne Tshisekedi à la présidence du parti ouvre automatiquement la voie aux candidatures. A ce jour, aucune candidature n’a été enregistrée de manière officielle au niveau du parti au poste de la présidence de l’UDPS. Le Secrétaire général de l’UDPS, Jean Marc Kabund s’est déclaré non partant pour une quelconque candidature à ce poste.

En revanche, Jean Marc Kabund laissé entendre que Félix Tshisekedi Tshilombo est candidat à la succession de son défunt père. « Vous devez savoir que Félix Tshisekedi est candidat », a dit le secrétaire général de l’UDPS, répondant à une question d’un journaliste.

Jusque-là secrétaire général adjoint chargé de la politique extérieure au sein de l’UDPS, Félix Tshisekedi est aussi le président du Rassemblement des forces politiques et sociales du changement, plateforme à laquelle fait partie l’UDPS en tant que partie phare.

Absent de la République démocratique du Congo, lors de l’annonce de l’organisation de ce congrès extraordinaire, Félix Tshisekedi devra fixer l’opinion dans les tout prochains jours sur sa candidature à la présidence de l’UDPS.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et évêque coadjuteur de l’archidiocèse de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, revient sur la dernière déclaration de l’assemblée plénière...
More inA la Une  Société  A la Une  Sports  A la Une