A la Une

Mgr Ambongo : « L’interdiction des marches est anticonstitutionnelle »

Mgr Ambongo : « L’interdiction des marches est anticonstitutionnelle »

Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et évêque coadjuteur...

Cuisine interne

Cuisine interne

Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), parti phare de la Majorité...

ASF-RDC appelle les congolais à l’éthique et la considération de l'autre

ASF-RDC appelle les congolais à l’éthique et la considération de l'autre

L’Ong ASF invite la presse à cultiver le caractère sacré de la patrie pour « barrer la route à...

RDV du 23 décembre : la décrispation bat de l’aile

RDV du 23 décembre : la décrispation bat de l’aile

Entre l’Opposition, appuyée par les forces vives, et le pouvoir des divergences majeures...

Emboiter le pas

Emboiter le pas

Pendant qu’on l’attend sur le terrain, à côté du peuple qui réclame l’application intégrale de...

Imprimer

Transport aérien : 2018, échéance pour l’atteinte de l’équilibre financier à Congo Airways

Écrit par Olivier Kaforo le . Publié dans Economie

Après des performances réalisées en 2017, la compagnie aérienne de l’Etat congolais, Congo Airways se fixe, parmi les objectifs à atteindre en 2018, l’atteinte de l’équilibre financier. C’est le pari lancé le mardi 23 janvier à Kinshasa par la présidente du Conseil d’administration de cette entreprise, Louise Mayuma Kasende, à l’occasion de la cérémonie d’échange de vœux entre le Conseil d’administration, le comité de gestion et les autres agents de Congo Airways. Cérémonie qui a eu lieu au salon Virunga de l’hôtel Memling, à Gombe.

Fière de réalisations de l’entreprise depuis sa création, Louise Mayuma Kasende a invité l’ensemble du personnel à s’activer davantage pour que Congo Airways aille de progrès en progrès.

« Le Conseil d’administration se réjouit du travail abattu par chacun de vous. Grâce à votre travail, Congo Airways est compté parmi les grandes sociétés d’aviation en Afrique, parce que chacun de vous a mis le sérieux. C’est un motif de fierté pour tous les Congolais. Congo Airways évolue à pas de géant vers son émergence tant souhaitée », a-t-elle déclaré.

Pour sa part, le directeur général de Congo Airways, Désiré Balazire Bantu, a évoqué des statistiques encourageantes déjà réalisées. Pour lui, c’est une entreprise qui excelle. Une raison de plus pour Désiré Balazire, la protéger de manière précieuse.

« Il ne faut que des personnes mal intentionnées puissent briser le rêve de tout un peuple. C’est avec les autres collègues que nous réalisons des progrès très remarquables. Congo Airways est l’une des compagnies d’aviation les mieux gérées en Afrique », s’est-il réjoui.

Quant aux projections, il a indiqué que les projections de la compagnie aérienne tablent sur plus de 400 000 passagers et 99 millions USD de revenus en 2018. Pour lui, cette société qui est la seule à utiliser des avions de plus de 150 places, ne fait que consolider sa performance et son expansion depuis 2016.

Ambitions

Congo Airways a transporté 365.000 passagers en 2017 contre 208.000 en 2016, pour des revenus respectifs de 77 millions USD (environ 64 millions d’euros) de chiffre d’affaires escompté et 36 millions d’euros.

L’entreprise prévoit d’être rentable à la mi-2019. « Certes, le marché intérieur du pays où Congo Airways dessert dix villes, est naturellement porteur. Une population de 80 millions d’habitants sur l’un des territoires d’Afrique les plus vastes et les plus enclavés, où les airs constituent la route la plus pratique pour se déplacer. Jusque-là, les passagers passaient par Nairobi ou Addis-Abeba pour se rendre de Kinshasa, à Lubumbashi ou à Goma ».

En deux ans, cette compagnie publique s’est imposée au niveau national. Cette année, elle affirme se lancer sur le marché régional. Ce qui est, d’après son directeur général, un motif d’encouragement et de fierté pour ce Léopard volant.

La compagnie compte ouvrir, dans un premier temps, une ligne vers Johannesburg et entend être présente d’ici à la fin de 2019 au Cap, à Lusaka, Harare, Dar-es-Salaam, Bujumbura, Nairobi, Addis-Abeba, Bangui, Douala, Cotonou, Abidjan, Pointe-Noire et Luanda. Il y aura ensuite l’ouverture de liaisons intercontinentales vers Paris, Dubaï ou Canton, en 2020.

Pour servir ces ambitions, la flotte de Congo Airways comprendra au total dix appareils.  Propriétaire de deux A320 et de deux bombardiers Q400, le transporteur national entend louer quatre A320 et deux Dreamlener neufs, ainsi que de petits modules pour de courtes liaisons. Et pour atteindre cet objectif, il lui faut convaincre les loueurs, donc les banques, de sa solidité financière.

Pour réaliser les objectifs qu’il s’est assignés, le directeur général a indiqué que Congo Airways signera un contrat avec la compagnie tunisienne privée Nouvel Air pour la location d’une durée de cinq mois d’un A320. Cette dernière lui fournit déjà pilotes, instructeurs et chefs personnels navigants commerciaux.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et évêque coadjuteur de l’archidiocèse de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, revient sur la dernière déclaration de l’assemblée plénière...
More inA la Une  Société  A la Une  Sports  A la Une