A la Une

Mgr Ambongo : « L’interdiction des marches est anticonstitutionnelle »

Mgr Ambongo : « L’interdiction des marches est anticonstitutionnelle »

Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et évêque coadjuteur...

Cuisine interne

Cuisine interne

Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), parti phare de la Majorité...

ASF-RDC appelle les congolais à l’éthique et la considération de l'autre

ASF-RDC appelle les congolais à l’éthique et la considération de l'autre

L’Ong ASF invite la presse à cultiver le caractère sacré de la patrie pour « barrer la route à...

RDV du 23 décembre : la décrispation bat de l’aile

RDV du 23 décembre : la décrispation bat de l’aile

Entre l’Opposition, appuyée par les forces vives, et le pouvoir des divergences majeures...

Emboiter le pas

Emboiter le pas

Pendant qu’on l’attend sur le terrain, à côté du peuple qui réclame l’application intégrale de...

Imprimer

O. Kamitatu : « La libération des prisonniers et exilés politiques sont un des préalables à la tenue d’élections démocratiques »

Écrit par LP le .

L’on dénonce encore le rétrécissement de l’espace démocratique en RDC où le harcèlement judiciaire contre des opposants est loin de s’arrêter. Ce qui est attendu comme geste de « décrispation politique », n’a été finalement qu’une ouverture trompe l’œil. Eugène Diomi Ndongala, accusé de viol et proche du défunt opposant historique Etienne Tshisekedi, reste derrière les barreaux depuis 2013 ; et Jean-Claude Muyambo, accusé d’escroquerie et proche de Moïse Katumbi, est en prison depuis 2015…

Face à ce tableau, Olivier Kamitatu, président de l’Alliance pour le Renouveau du Congo (ARC) et porte-parole de l’opposant Moïse Katumbi Chapwe, a fait savoir mercredi 17 janvier 2018, dans son compte twitter que, pour avoir des élections démocratiques, les prisonniers et exilés politiques repris dans l’accord de la CENCO doivent être libérer et retourner librement dans leur pays. 

« Les prisonniers et exilés politiques repris dans l’accord de la Saint Sylvestre doivent être libérés sans condition et rentrer librement dans leur pays ! En réalité ils sont 358 à attendre ! Leur libération et leur retour sont un des préalables à la tenue d’élections démocratiques », a-t-il tweeté.

Rappelons que l’association Congolaise pour l’Accès à la justice (ACAJ) a recensé 358 prisonniers dits politiques ou d’opinion en RDC, soit 135 de plus qu’au 31 décembre 2016, date de la signature de l’Accord politique de la Saint-Sylvestre.

Vuemba appelle à la mobilisation

Pour sa part,Jean Claude Vuemba, président du MPCR, estime qu’il faut maintenir la pression sur le pouvoir pour obtenir l’application intégrale de l’Accord de la Saint Sylvestre.

À cet effet, il invite les Congolais à une grande mobilisation lors de la marche projetée par les laïcs catholiques mais aussi le Rassemblement, le dimanche 21 janvier prochain. L’opposant pense que la marche de l’église catholique trace le chemin de la liberté et de l’alternance. Au même moment, il soutient l’appel à manifester lancé à la même date par le trio Tshisekedi-Lumbi-Katumbi pour dire à M. Kabila non à un 3ème mandat.

À travers cette manifestation, le peuple va exiger l’alternance et la tenue des élections, explique Vuemba. Pour lui, l’Eglise catholique a été toujours progressiste. De la même façon, le Cardinal Malula, le Cardinal Etsou se sont battus pour l’instauration de la démocratie dans ce pays, c’est de la même façon aujourd’hui que le Cardinal Laurent Monsengwo prend le devant pour exiger la tenue des élections et aux médiocres de dégager.

Ainsi, le MPCR et Vuemba apportent leur appui à l’initiative de l’église catholique et du Rassemblement. L’occasion pour lui d’appeler encore à l’unité de l’opposition pour garantir cette alternance tant voulue par la population.

S’agissant des incidents de Bruxelles, Jean-Claude Vuemba estime qu’il s’est agi de quelques personnes utilisées par le régime pour tenter en vain de s’attaquer à Katumbi. « Ce sont des infiltrés mais ils ont été maîtrisés. Il n’y a pas eu caillassage comme prétendent certaines mauvaises langues du pouvoir de M. Kabila. Après la messe, Moïse Katumbi et les membres de sa délégation sont sortis sains et saufs avec des applaudissements nourris tel qu’on a vu dans les images », a-t-il indiqué.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et évêque coadjuteur de l’archidiocèse de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, revient sur la dernière déclaration de l’assemblée plénière...
More inA la Une  Société  A la Une  Sports  A la Une