A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Des experts en atelier de conception d’outils d’autoformation sur l’enseignement bilingue

Écrit par Bienvenu Ipan le .

La République démocratique du Congo se prépare à rendre effective la mise en œuvre de l’enseignement bilingue dans le programme national. C’est dans ce contexte que se tient depuis le 5 janvier 2018, l’atelier national de conception d’outils d’autoformation. L’atelier a été organisé par l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), à travers son Campus numérique francophone de Kinshasa (CNFK). Les travaux se déroulent en trois étapes (modules).

Au cours de la première phase, organisée du 5 au 8 décembre 2017, les experts ont eu comme tâche la production des modules pour l’enseignement de la lecture et de l’écriture. Ce qui va faciliter la tâche aux instituteurs à enseigner simultanément le français et l’une des quatre langues nationales (swahili, lingala, kikongo, tshiluba), selon la contrée. Question de joindre au français l’une de ces quatre langues nationales.

« Nous avions commencé par déterminer les thématiques voire les différentes parties de ces thématiques ; mieux comprendre chaque partie de ces thématiques ; et essayer d’inventorier des ouvrages qui pouvaient nous aider à l’élaboration de ce travail », a déclaré l’inspecteur général adjoint chargé de l’enseignement spécial au ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel, Joseph Kawole, coordonnateur des travaux de cet atelier.

La deuxième phase de cet atelier a commencé, hier jeudi 11 janvier. Elle se déroule dans l’enceinte du Campus numérique francophone de Kinshasa (CNFK), situé à Gombe.

« Maintenant, nous sommes en train de continuer le travail en essayant d’habiller chaque fréquence de ces modules (outils) dans ses différentes parties. Donc nous devons, par exemple, lorsque nous parlons de la démarche méthodologique, savoir de quoi il va s’agir. Nous devons réfléchir ensemble par rapport au thème que nous sommes en train de développer », a déclaré le coordonnateur des travaux.

Contexte

Selon le concepteur Joseph Kawole, tous les trois modules seront prêts au mois de février. Il va alors rester comme travail, l’impression en quantité suffisante de ces outils, la formation des formateurs, pour arriver à former des enseignants. Ce, après validation du rapport de tous ces trois modules par le ministre de l’EPSP.

Cet atelier national se justifie par le fait que le nouvel Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation (IFEF) a proposé à quatre États (RDC, Madagascar, Mali et Niger) de co-construire un dispositif hybride de formation destiné aux instituteurs du bilinguisme en s’appuyant sur l’expertise d’IFADEM et sur les acquis d’Élan (École et langues nationales). Ce, dans le domaine de la formation à l’enseignement dans le cadre du bilinguisme français-langues africaines. Ce projet est soutenu par un financement de l’Agence française du développement.

La dimension inter-pays s’est révélée très utile à partir des réflexions engagées sur les thématiques des contenus de formation lors des séminaires précédents. Cependant, la nécessité d’une contextualisation de certaines séquences des thématiques proposées a été relevée. C’est pourquoi, après avoir identifié les thématiques transversales, il a été laissé aux équipes nationales de développer les thématiques réservées aux pays en tenant compte des spécificités des langues nationales des pays.

Ce travail est suivi par deux experts, Élan et Ifadem. Les thématiques des trois modules transversaux ainsi que leur structuration ont été validés au niveau de l’atelier transversal. Elles se présentent comme suit : pourquoi enseigner la langue ; comprendre le fonctionnement des deux langues et développer des compétences dans les deux langues ; aller de la langue 1 vers la langue 2 (développer les compétences écrites).

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.