A la Une

Prenant ses distances avec la MP : Gizenga dénonce des « tueries barbares » lors des marches

Prenant ses distances avec la MP : Gizenga dénonce des « tueries barbares » lors des marches

* Des mesures de décrispation doivent être appliquées * le Palu est engagé en faveur de...

La rupture

La rupture

La scène politique congolaise est en ébullition. Les acteurs politiques congolais retrouvent...

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Imprimer

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de renseignements en état d’alerte maximale. Dans les rangs de ceux-ci, on imaginerait des scenarii pour faire échec à cette initiative des chrétiens catholiques. Un projet d’infiltration des paroisses catholiques serait concocté pour imputer aux chrétiens tous les possibles débordements de la journée du 31 décembre 2017. Sans désemparer, le CLC vient de recevoir un soutien unanime de deux grandes plateformes de l’Opposition, à savoir le G7 et le Front pour le respect de la Constitution.

Le Comité laïc de coordination (CLC) a confirmé, par une mise au point datant du 25 décembre 2017, sa marche du 31 décembre 2017. Le CLC n’entend donc pas baisser les bras. S’il a pris le devant dans cette initiative, il pense néanmoins que « tout le peuple congolais doit se l’approprier ».  S’inscrivant dans le schéma de la non-violence, le CLC rappelle que « cette marche doit être soumise aux règles strictes de la non-violence ». Aussi note-t-elle, « Ce jour-là, des femmes et des hommes de la République démocratique du Congo vont marcher pacifiquement en priant et en entonnant des cantiques ; les chrétiens avec leurs chapelets, bibles, crucifix…, et les autres avec des rameaux de paix ».

En clair, CLC invite « la population à n’accepter aucune forme de violence ; pas de pneus brûlés, pas de sacrifices, pas de propos violents, pas d’injures, pas de jets des pierres et autres projectiles, pas d’actes de vandalisme ».

Si la marche s’inscrit dans le cadre de la non-violence, dans les rangs du pouvoir, les stratèges sont à pied d’œuvre pour saboter ou, à défaut, détourner cette initiative de son objectif initial. Dans ces milieux, la cote d’alerte est maximale. Tous les phares sont braqués sur la journée dominicale du 31 décembre 2017.

A quelques jours de cette journée de tous les enjeux, des informations commencent déjà à filtrer. Selon des sources généralement bien informées dans les chancelleries, l’on apprend que tout est mis en œuvre pour infiltrer dès la journée de jeudi les paroisses catholiques en y injectant de faux chrétiens qui, en réalité, seraient des agents dont la mission serait de créer ou susciter des actions de violence verbale ou physique de manière à trouver des raisons d’incriminer les initiateurs.

Dans tous les cas, le 31 décembre, quelque chose pourrait se passer à Kinshasa et sur l’ensemble du territoire national à moins qu’une initiative allant dans le sens de l’apaisement n’intervienne dans l’entretemps. Toutefois, du côté du CLC il se dit que les menaces et intimidations ne pourraient en rien réduire sa détermination à aller jusqu’au bout. 

Le G7 et le FRC s’allient au CLC

Dans cette détermination, le CLC peut désormais compter sur le soutien de deux grandes plateformes de l’Opposition, à savoir le G7et le Front pour le respect de la Constitution. Sans détours, ces deux plateformes ont unanimement apporté leur soutien à l’appel du CLC. Elles pensent communier, le 31 décembre 2017, avec tout le peuple congolais pour faire entendre la voix d’une population en détresse.

Entre-temps, les services de sécurité travaillent pour soit saboter cette marche, soit la détourner de son objectif initial. Dans ses rangs, des jeunes, généralement drogués, pourraient être recrutés pour infiltrer les paroisses catholiques. Avec pour mission de perpétrer des actes de sabotage en faisant usage des jets de pierres, en brulant des pneus, tout en proférant des injures hostiles au pouvoir pour charger davantage le CLC.

Quoiqu’il en soit, le 31 décembre 2017, promettent les initiateurs de la marche, Kinshasa et les grandes villes de la RDC vont vibrer aux sons de la trompette et des cantiques religieux pour faire tomber les murs de la dictature.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

La libération des prisonniers et le retour libre au pays des exilés politiques repris dans l’Accord du 31 décembre 2016 est la condition pour avoir les élections démocratiques en RDC. Ce propos est d’Olivier...

Facebook FanBox