A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Identification et enrôlement des électeurs : Symocel rend public son rapport d’observation

Écrit par Florent N’LUNDA N’SILU le . Publié dans Online Dépêches

Au total 276 observateurs, dont 170 hommes (61,39 %) et 106 femmes (38,40 %) ont été déployés par la Synergie des missions d’observations citoyenne des élections (Symocel) pour observer les opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs en République démocratique du Congo, du 31 juillet 2016 au 8 décembre 2017.

La mission d’observation s’est rendue dans les aires opérationnelles 1 et 2, 3 et 4 et dans l’aire opérationnelle 5 de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Le rapport final de ces opérations a été rendu public lundi 18 décembre à l’hôtel Memling, à Kinshasa, par Me Sylvain Lumu, au nom de la coordination nationale de la Symocel. C’était lors d’une conférence de presse.

Ces opérations se sont déroulées dans un contexte politique difficile, marqué par les tensions autour de l’incertitude sur l’organisation prochaine des élections générales, la gestion des institutions pendant la transition politique née de la non-tenue de celles-ci dans les délais constitutionnels et les violences armées dans les zone du Kasaï à la suite des activités  armées en marge du phénomène Kamuina Nsapu, indique le rapport.

En dépit de cet état des lieux, relève le rapport, la MOE-Symocel a noté la poursuite des opérations par la CENI sans aucun calendrier ni chronogramme officiel, y compris actuellement dans les zones du Kasaï. Cependant, la mission a déploré une gestion non-rationnelle du temps dévolu à cette opération au point qu’elle se poursuit jusqu’au 18 janvier 2018.

Il ressort de l’évaluation globale faite par la MOE-Symocel, ces opérations ont été très bien menées dans 19 % des centres d’inscription; bien menées dans 73 % et menée de manière préoccupante dans 8 % des cas.

La MOE-Symocel déplore que les opérations se soient déroulées de manière peu satisfaisante dans 8 % des centres d’inscription visitées. Elle est d’avis qu’une telle perception n’est ps de nature à garantir l’adhésion de tous aux efforts ainsi consentis par l’administration électorale.

Le rapport note que l’observation des opérations dans les aires opérationnelles 1 et 2 avait soulevé de nombreux questionnements et inquiétudes sur la maîtrise des opérations par la CENI. La stratégie adoptée par cet organe de gestion des élections dans la conduite des opérations devait normalement lui permettre de corriger progressivement les ratés constatés, même si une telle démarche a eu un  impact quant au respect des termes de l’Accord de la Saint-Sylvestre, interpelle le rapport qui soutient que les failles constatées dans la zone pilote devaient servir de leçons pour une meilleure conduite des opérations dans les aires opérationnelles 1 et 2 et les erreurs dans celles-ci devaient à leur tour servir de leçons pur les aires 3 et 4.

Au-delà de quelques améliorations saluées par la MOE-Symocel, portant notamment sur la stabilité des kits, le professionnalisme en général des membres des centres d’inscriptions, la mission a noté une faible prise en compte des recommandations formulées dans les rapports précédents des missions d’observation électorale, à l’exception de la décision de dédier prioritairement un  jour de la semaine aux hommes afin de favoriser leur participation, fait remarquer le document.

La conduite des opérations suivant les principes directeurs de légalité et de transparence a pour vocation de renforcer la crédibilité du fichier électoral à venir et la confiance des parties prenantes au processus électoral, poursuit le rapport qui suggère de ce fait que des mesures correctives soient prises dans les meilleurs délais afin d’éviter ou prévenir toute contestation de la crédibilité du fichier électoral attendu.

Enfin, le rapport invite en particulier la CENI à envisager des consultations avec des organisations de la diaspora congolaise sur la nécessité de l’identification et l’enrôlement des Congolais vivant à l’étranger, les modalités de leur réalisation ainsi que l’impact que ces opérations peuvent avoir sur l’ensemble du processus électoral et l’attente citoyenne de la tenue des élection s le 23 décembre 2018.

Le Procec  (Projet de renforcement de l’observation citoyenne des élections au Congo) a appuyé le déploiement de la mission d’observation des opérations.  La MOE-Symocel  bénéficie de l’assistance technique de ce projet, lequel est mis en œuvre par Electoral institute for sustainable democracy in Africa (EISA) et Democracy reportinInterntional (DRI) avec l’appui financier de l’Union européenne et OSISA.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.