A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

État civil : seulement 55% d’enfants enregistrés en 2017 à Kinshasa

Écrit par L.P le . Publié dans Société

Selon la division urbaine de l’Intérieur,55% de naissances ont été enregistrés en 2017 à l’état civil dans la ville de Kinshasa. C’est le chef de la division urbaine de l’Intérieur et de la Sécurité, Noël Luenda, qui a livré cette information  lors de la présentation des résultats des activités réalisées en 2017 au cours d’un atelier tenu à Maluku, renseigne l’ACP.

Noël Luenda a souligné que des efforts  vont être conjugués dans les années à venir pour atteindre le taux de 100%. Cela avant de noter une amélioration du taux de réalisation d’enregistrement des naissances qui est passé de 39% en 2010 à 55% en 2017, soit une augmentation de 16%.

Plus de 11 000 mariages en 2017

Par ailleurs, 11 151 mariages contre 114 divorces ont été enregistrés dans la ville de Kinshasa et plus de 75% d’actes de l’état civil ont été émis au cours de la même année dans la capitale congolaise, a également fait savoir le chef de division. Il sollicite, pour plus de performance, l’implication de l’autorité de tutelle, l’appui du ministère de la Justice ainsi que des partenaires dont l’Unicef.

Comme faiblesses majeures, il a été relevé le retard dans la délivrance des actes, la sous-information de certains parents et le défaut d’archivage de données. Aussi parmi les défis à relever en 2018, les participants à l’atelier se sont fixés, entre autres objectifs, d’améliorer le taux d’enregistrement de naissances qui doit atteindre 70%, soit 250 000 naissances à enregistrer, de rendre un service de qualité aux requérants d’actes et de tenir à jour les bases de données de l’état civil et population.

Cet atelier visait, selon le directeur à la sous-division urbaine de l’Intérieur, Matthieu Mafwankisa, une évaluation sans complaisance des activités de l’état civil dans la ville de Kinshasa et projeter de bonnes perspectives pour l’an 2018.

Pour sa part, l’administrateur chargé de la justice pour enfant, Innocent Bugandwa, a indiqué que l’Unicef sera toujours aux côtés du gouvernement de la RDC. Cela en vertu de son mandat au sein des Nations unies, pour trouver des solutions aux problèmes qui touchent à la vie des enfants. Il est question, a-t-il souligné, de relever ensemble les défis à mettre en évidence à ces échanges directs de manière à évaluer les activités réalisées en 2017, afin de mieux entrevoir celles planifiées en 2018.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.