A la Une

Prenant ses distances avec la MP : Gizenga dénonce des « tueries barbares » lors des marches

Prenant ses distances avec la MP : Gizenga dénonce des « tueries barbares » lors des marches

* Des mesures de décrispation doivent être appliquées * le Palu est engagé en faveur de...

La rupture

La rupture

La scène politique congolaise est en ébullition. Les acteurs politiques congolais retrouvent...

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Imprimer

Plaidoyer pour la délocalisation du Batteur de tam-tam placé à la Fikin

Écrit par Delphin Bateko Moyikoli le . Publié dans Culture

Dans sa lettre signée le 4 décembre 2017 et adressée au chancelier de la République démocratique du Congo, le professeur Ntita Bashibaya Ntuite sollicite la réhabilitation du batteur de tam-tam, ce monument placé à la Foire internationale de Kinshasa(FIKIN), situé dans la commune de Limete. Cet art exceptionnel est le travail de titan de maître André Lufua qui, à l’époque, était devenu l’endroit de référence de la ville de Kinshasa. Hélas! La disparition à petit feu de la Fikin a eu pour conséquence l’infréquantabilité à la statue « Le batteur de tam-tam » par la population.

Selon le professeur, « Le batteur de tam-tam est une œuvre d’art plastique. L’art désigne toute production de la beauté par les œuvres d’un être conscient. La beauté artistique de cette œuvre n’est-t-elle pas tout simplement l’image, l’expression de la beauté naturelle par des techniques humaines ? En d’autres termes, le batteur est une belle expression de la virilité ; regardez ses formes, ses lignes, sa présence ».

À en croire ce professeur de l’UPN, «Papa Lufua s’est rapproché des artistes dits classiques qui avaient le plus souvent choisi de représenter dans leurs œuvres ce qui est beau, c’est-à-dire sain et agréable dans la nature. Dans le monde, on connait Phidias, Praxitèle et le plus tard Vinci, Raphaël ; Michel-Ange ; voire Rodin, ont représenté ces types supérieurs des athlètes ou des femmes superbes.La sculpture tout particulièrement s’est presque attachée à représenter des modèles beaux par eux-mêmes. La grande statue de la Foire internationale de Kinshasa(FIKIN), Le batteur de Tam-tam, est un chef d’œuvre incontesté de l’art. Il se veut au-delà du discours et de la raison, il nous éblouit sans nous laisser la possibilité de dévisager et de scruter ».

Me Lufua mérite une reconnaissance

Le professeur Ntita Bashibaya Ntuite fait savoir au chancelier qu’avant tout, l’œuvre d’art demeure l’œuvre d’un homme, les psychanalystes ont montré que les pulsions qui s’esthétisent en image sont celles qui, refoulées, n’ont pu se traduire en acte. Le créateur de cette œuvre est maître André Lufua. Il a transposé ses passions sur un plan supérieur, une sublimation.

Pour lui, cette œuvre ne peut-être comparée à aucune autre actuellement dans la ville. Ce patrimoine artistique est au même pied d’égalité que le Mannequin-pisse de Bruxelles, la Sirène de Copenhague, la statue de la liberté à New-York…

Vu la grandeur de l’œuvre, le professeur Ntita demande la réhabilitation de ce monument, qu’il soit délocalisé de la Fikin vers le Palais du peuple où tout le monde pourrait l’admirer. Ceci, a-t-il soutenu, en vertu de l’article 46 de notre Constitution, et où il pourrait faire venir des milliers de touristes de passage à Kinshasa. « Ne laissez pas moisir ce chef-d’œuvre là où il est actuellement. Et aussi, maître Lufua mérite une reconnaissance, donc une décoration par vos services », a demandé avec insistance cette élite congolaise au chancelier.   

Le professeur Ntita Bashibaya Ntuite enseigne l’économie à l’Université pédagogique nationale (UPN). 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

La libération des prisonniers et le retour libre au pays des exilés politiques repris dans l’Accord du 31 décembre 2016 est la condition pour avoir les élections démocratiques en RDC. Ce propos est d’Olivier...