A la Une

Prenant ses distances avec la MP : Gizenga dénonce des « tueries barbares » lors des marches

Prenant ses distances avec la MP : Gizenga dénonce des « tueries barbares » lors des marches

* Des mesures de décrispation doivent être appliquées * le Palu est engagé en faveur de...

La rupture

La rupture

La scène politique congolaise est en ébullition. Les acteurs politiques congolais retrouvent...

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Imprimer

Incidents au Nord-Kivu : MSF s’inquiète d’être pris encore pour cible

Écrit par Lucie Ngusi le . Publié dans Faits divers

« C’est la troisième fois en moins de deux semaines que les structures et personnels de MSF soient victimes d’incidents graves », a déploré le chef de mission de Médecins sans frontières (MSF) au Nord-Kivu, Anna Halford. Cette dernière a rappelé que sa structure a également connu un braquage d’une de ses ambulances près de Rubaya quelques jours plus tôt. Et, suite à la dégradation de la situation sécuritaire dans  la région, MSF a dû réduire l’effectif de son staff dans certains de ses projets.

D’après le communiqué parvenu à la rédaction du journal Le Potentiel, le 5 décembre dernier, les équipes de MSF ont été victimes d’une nouvelle attaque par des hommes armés qui ont procédé à l’enlèvement de deux membres de l’organisation à Bambu, en territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu. Cette attaque est intervenue au lendemain d’un braquage de Médecins sans frontières à Mweso, au cours duquel des hommes armés ont fait irruption dans la base. Ils ont violenté et menacé le personnel d’enlèvement avant d’emporter de l’argent et des équipements.

Les deux personnes enlevées à Bambu ont été retrouvées saines et sauves après quelques heures grâce à la mobilisation de la communauté. Mais l’organisation s’inquiète d’être encore prise pour cible.

Rappelons qu’en décembre 2015,  MSF était forcée de suspendre une partie de ses activités après l’enlèvement de deux membres de son personnel, laissant 450 000 personnes sans des soins médicaux gratuits. Le retour de MSF, quatre mois après, a été conditionné par l’engagement de la communauté et différents acteurs au respect des structures et des équipes et avec la compréhension par les autorités et la communauté que de tels incidents ne peuvent pas être tolérés.

Il faut noter que MSF est extrêmement touché par l’implication de la communauté locale et les autorités qui se sont mobilisées suite à ces récents incidents. « Mais nous sommes indignés qu’il semble encore acceptable pour certains d’attaquer MSF », a déploré Chantal Gamba, coordinatrice médicale de MSF à Goma.

MSF vient en aide gratuitement à plus de deux millions de personnes chaque année dans le pays. Au Nord-Kivu, l’organisation travaille avec des projets dans les territoires de Rutshuru, Masisi, Walikale et Nyiragongo. Ses projets ont supporté en 2016 plus de 15 000 hospitalisations et plus de  400 000 consultations gratuites à des personnes qui, autrement n’y auraient pas eu accès.

Articles récents

La libération des prisonniers et le retour libre au pays des exilés politiques repris dans l’Accord du 31 décembre 2016 est la condition pour avoir les élections démocratiques en RDC. Ce propos est d’Olivier...

Facebook FanBox