A la Une

Loi électorale : le putsch de la MP

Loi électorale : le putsch de la MP

C’est la loi du plus fort qui a fini par s’imposer au parlement en ce qui concerne le projet de...

Casques bleus tués à Semiliki : l’inévitable enquête pour rétablir la vérité

Casques bleus tués à Semiliki : l’inévitable enquête pour rétablir la vérité

Plusieurs interrogations demeurent sans réponse après l’attaque meurtrière contre une base...

Déficit démocratique

Déficit démocratique

Après deux cycles démocratiques en 2006 et en 2011 en République démocratique du Congo, la...

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Imprimer

Mémorandum du Rassemblement au chef de bureau de la Monusco à Lubumbashi

Écrit par Gabriel KYUNGU WA KU-MWANZA le . Publié dans A la Une

L’occasion faisant le larron, nous profitons de l’audience que vous avez daigné nous accorder ce jour pour vous adresser le présent mémo, reprenant l’essentiel de la situation politique qui prévaut au Grand Katanga en ce moment crucial du processus électoral dans notre pays. Nous vous en souhaitons bonne réception et bonne exploitation.

 

 1.           DE LA PERSECUTION DU RASSOP DANS LE GRAND KATANGA

         Le climat politique réel qui est celui du Grand Katanga à ce jour reste marqué par la persécution impitoyable du RASSOP se traduisant par :

·               L’imposition de la pensée unique, à sens unique par le pouvoir fini en place ;

·                   L’interdiction permanente de toutes les activités du RASSOP, même les réunions de salon, par Messieurs Jean Oscar SAUNGUZA MUTUNDA, Richard MUYEJ MANGEZ MANS, Ali SIMUKINDJI, et les généraux Paulin KYUNGU BANZA (PNC) et Philémon YAV (22ème Région Militaire FARDC) ;

·  Le feu vert permanent à toutes les activités des partis de la MP ;

·Des arrestations et des détentions arbitraires des membres du RASSOP et des membres de la Société civile ;

·Des atteintes graves aux libertés fondamentaux des membres du RASSOP, telles que la liberté d’opinions, d’expression, de réunion pacifique de manifestation, y compris la liberté de presse ;

·Des procès à motivation politique, suivis de condamnations arbitraires et d’emprisonnement d’innocents membres du RASSOP et des défenseurs des droits de l’Homme : Cas du Professeur Ordinaire Huit Mulanga Kalonda Ba-Mpeta, du Maître Timothée Mbuya et ses compagnon d’infortune ;

·  La fermeture des sièges des partis du RASSOP ; cas de celui de l’UNAFEC à la commune de Kenya, depuis plus d’une année ;

·Le dédoublement des partis du RASSOP, particulièrement ceux de la plateforme G7 ;

·   La privation de la justice par la coalition au pouvoir ;

·  La fermeture des chaînes de radions et de télévisions proches du RASSOP, à Lubumbashi : VKAT, RTL Jua, RT Nyota, RT Mapendo ;

·  La confiscation de la RTNC par la MP et ses alliés ainsi que celle des biens des Opposants : cas du camion de l’honorable Antoine Gabriel Kyungu wa Ku-Mwanza confisqué par l’ANR ;

·La séquestration des leaders du RASSOP Katanga, cas du Coordonnateur interprovincial, l’Honorable Antoine Gabriel Kyungu wa Ku-Mwanza ;

·La militarisation à outrance du Grand Katanga, cas du quartier Matshipisha à Lubumbashi, où vient d’être installé l’Eta major provincial de la PNC.

2.   DU CALENDRIER ELECTORAL

Le RASSOP Katanga se réjouit de déterminant concours de la Communauté internationale dans le fléchissement de la position partisane de la CENI, concours qui a contribué à contraindre cette dernière à publier, malgré elle, le calendrier électoral en date du 05 novembre courant.

Cependant, marqué au sceau de la précipitation, ce calendrier pèche par son caractère son consensuel, son élasticité en termes de temps et par la non prise en compte de la décrispation politique, comme contrainte capitale dans la voie conduisant à l’organisation des élections dans notre pays.

Pour le RASSOP Katanga, cette décrispation politique, du reste convenue dans l’Accord politique global et inclusif, passe par :

v    Le retour sans condition des leaders politiques forcés à l’exil : Cas de Moise Katumbi Chapwe

La Libération de tous les prisonniers politiques et d’opinion, ainsi que les prisonniers emblématiques suivants :

-   Jean Claude MUYAMBO KYASSA

-    EUGENE DIOMI NDONGALA

-    Huit MULONGO KALONDA BA-MPETA

-   Franck DIONGO

La Libération de l’espace politique avec :

 - la fin de toutes les entraves aux activités du RASSOP ;

- La réouverture des sièges des partis politiques du RASSOP scellés arbitrairement ;

- La fin de toutes arrestations arbitraires et détentions illégales.

La Libération de l’espace médiatique avec :

-  La réouverture, sans délai, des chaînes de télévisions et de radios des proches du RASSOP : V/KAT, RTL Jua, RT Nyota, RT Mapendo ;

-  La garantie d’accès du RASSOP aux médias publics, dont la RTNC et l’ACP.

La cessation de toutes poursuites judiciaires à motivation politique exercées contre le Coordonnateur du RASSOP Grand Katanga, l’honorable Antoine Gabriel Kyungu wa Ku-Mwanza ;

La refonte de l’actuelle CENI partisane pour celle réellement neutre et indépendante ;

La mise en application intégrale de l’Accord de la Saint Sylvestre, comme seule feuille de route crédible pour la tenue des élections dans le délai imparti.

La fin de toutes les entraves aux activités du RASSOP, avec le retrait, sans délai, de la liberticide décision du maire de Lubumbashi, Monsieur Jean Oscar SANGUZA MUTUNDA du 21 avril 2016.

La fin du dédoublement de partis du RASSOP : Cas de l’UNAFEC, MSR, l’UNADEF, ARC, PDC, etc.

La fin de toutes arrestations arbitraires et détentions illégales d’opposants et d’activistes des droits de l’homme.

La non-ingérence de la 122ème Région militaire dans les affaires politiques.

La non-instrumentalisation politique des forces de l’ordre et de sécurité, ainsi que des services de renseignements.

La cessation de déploiements des troupes et engins de guerres aux alentours de la résidence du Coordonnateur du RASSOP KATANGA, l’Honorable Antoine Gabriel Kyungu wa Ku- Mwanza.

La réouverture des antennes  de la Monusco dans le Lualaba et le renforcement des effectifs dans le Haut Lomami.

Bref, au Katanga c’est l’imposition de la pensée unique et à sens unique, avec le rejet du débat libre d’idées et de la libre expression d’opinions, par un pouvoir fini, qui a comme pyramide, d’un côté, l’argent volé des caisses de l’Etat, pour acheter les consciences, et de l’autre, les fusils pour faire taire les Opposants.

Le Grand Katanga est à ce jour hyper militarisé pour maintenir les paisibles citoyens dans la peur d’une manière permanente, tout en leur faisant vivre instamment des situations qui s’apparenteraient à un état d’urgence ou de sièges, avec des violations massives et impitoyables de leurs libertés et droits fondamentaux.

Vous êtes entrain de vivre vous-même, de visu, cette situation malheureuse, qui vient de culminer avec l’étouffement de notre marche du 30 novembre passé.

Comment le désir ardent du RASSOP Katanga de voir la MONUSCO remplir pleinement sa mission, eu égard à ses priorités stratégiques, qui sont de contribuer, entre autres, « à assurer la protection efficace et évolutive des civils se trouvant sous la menace de violence physiques, notamment en dissuadant et en empêchant tous les hommes en armes de commettre des violences contre la population », comme ressort clairement de toutes les Résolutions et Déclaration du Président du Conseil de sécurité de l’ONU, en particulier les Résolutions 2098, 2136, 2147, 2211, 2217, 2293 et récemment 2348.

3. DE LA REFORME DE CERTAINES LOIS IMPORTANTES

Le RASSOP Katanga rejette avec la toute dernière énergie la réforme en cours de la loi électorale qui viole la constitution de la RD Congo et renferme des germes conflictogènes. 

Il en est de même de la révision de la loi portant organisation et fonctionnement des Associations sans But Lucratif (ASBL) et des Etablissements d’utilité publique.

4. LISTE DES BOURREAUX DE LA DEMOCRATIE ET OBSTACLES AUX ELECTIOPNS AU GRAND KATANGA

1. Jean Oscar SANGUZA MUTUNDA: Maire de la ville de Lubumbashi

2. Général Paulin KYUNGU BANZA    : Commissaire Supérieur Provincial de la Police du Haut – Katanga

3. Général Philémon YAV                      : Commandant 22ème Région Militaire FARDC

4. Pascal MUKONKOLE KATAMBWE          : Procureur Général (Cour d’Appel Lubumbashi)

5. Paulin ILUNGA NTANDA                  : 1er Président de la Cour d’Appel Lubumbashi

6. NZITA                                                  : REDOC ANR Haut – Katanga

7. Ali SIMUKINDJI                                   : Vice Gouverneur du Tanganyika

8. Richard MUYEJ MANGEZ MANS              : Gouverneur du Lualaba

 

NB : Avec ces hommes, la possibilité de vivre la démocratie et d’avoir des élections libres, jutes, crédibles, ouvertes, transparentes et apaisées au Grand Katanga devient tout bonnement un pari perdu d’avance.

 

                   Fait à Lubumbashi, le 05 décembre 2017

                     Antoine Gabriel KYUNGU WA KU-MWANZA

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les investisseurs étrangers ont davantage profité du boom du secteur des ressources naturelles à partir de 2007 que le gouvernement et la population de la RDC indique un rapport récent de la Banque...

Facebook FanBox