A la Une

Loi électorale : le putsch de la MP

Loi électorale : le putsch de la MP

C’est la loi du plus fort qui a fini par s’imposer au parlement en ce qui concerne le projet de...

Casques bleus tués à Semiliki : l’inévitable enquête pour rétablir la vérité

Casques bleus tués à Semiliki : l’inévitable enquête pour rétablir la vérité

Plusieurs interrogations demeurent sans réponse après l’attaque meurtrière contre une base...

Déficit démocratique

Déficit démocratique

Après deux cycles démocratiques en 2006 et en 2011 en République démocratique du Congo, la...

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Imprimer

La loi du plus fort

Écrit par Stanislas Ntambwe le . Publié dans A la Une

Seuil de représentativité trop élevé, cautionnement financier énormissime, machine à voter aux contours compliqués (…), voilà la substance des concepts qui ne créent pas le consensus autour de la loi électorale révisée et adoptée, lundi, à l’Assemblée nationale. En fait d’adoption, c’était un vote à main levée de la Majorité, l’Opposition ayant boycotté le scénario préfabriqué par le pouvoir en place.

 

Que dire ? « La raison du plus fort est toujours la meilleure », disait Jean de la Fontaine. Dans cette affirmation proverbiale, ce qui est insupportable, ce n'est pas tant que le loup mange l'agneau sous le règne naturel de la « loi de la jungle », mais que le loup de la fable veuille de surcroît avoir le droit de le faire.

Concrètement, avec sa majorité au Parlement, la MP a réussi à faire passer aux biceps « sa » loi électorale révisée. Comme en 2011, la MP a mis en œuvre sa stratégie électorale pour s’assurer une majorité aux prochaines législatives. Mais quelle majorité ? Cette fois-ci, la famille politique du chef de l’État est dans la logique de la loi de la jungle ou de la sélection naturelle, où le plus fort brime les faibles. Au nom de la démocratie pour laquelle la MP fait une lecture sélective.

À y regarder de près, c’est devenu une « démocratie des riches ». Ils ont géré le pays et mis de l’argent de côté. Ils n’auront besoin ni d’alliés ni des coalitions pour siéger à l’hémicycle. Tout leur va comme une lettre à la poste !

Apparemment, les parlementaires sont influencés à soutenir une procédure dont ils ne connaissent ni les tenants ni les aboutissants. C’est comme un nain qui s’amuse à tourner une manivelle dont le retour peut lui être fatal.

En un mot comme en mille, en RDC, on est parti pour une démocratie onéreuse. Voter la loi électorale dans son format actuel, c’est consacrer une démocratie des riches.Un système où le grand poisson mange le petit ; la vérité est vaincue par la force.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les investisseurs étrangers ont davantage profité du boom du secteur des ressources naturelles à partir de 2007 que le gouvernement et la population de la RDC indique un rapport récent de la Banque...

Facebook FanBox