A la Une

Loi électorale : le putsch de la MP

Loi électorale : le putsch de la MP

C’est la loi du plus fort qui a fini par s’imposer au parlement en ce qui concerne le projet de...

Casques bleus tués à Semiliki : l’inévitable enquête pour rétablir la vérité

Casques bleus tués à Semiliki : l’inévitable enquête pour rétablir la vérité

Plusieurs interrogations demeurent sans réponse après l’attaque meurtrière contre une base...

Déficit démocratique

Déficit démocratique

Après deux cycles démocratiques en 2006 et en 2011 en République démocratique du Congo, la...

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Imprimer

Une démocratie au rabais

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

A chaque scrutin, sa loi électorale. C’est la triste réalité de la République démocratique du Congo où le principe de respect strict des règles de jeu n’est pas admis. Ainsi, se permet-on de changer les règles de jeu électoral en plein processus sans que personne n’en soit ému.

On se rappelle qu’en 2002 à Sun City (Afrique du Sud), les forces vives de la RDC avaient convenu des règles communes pour non seulement protéger la démocratie mais surtout renforcer son ancrage dans les mœurs politiques de la RDC. C’est du consensus de Sun City qu’a été d’ailleurs tiré la Constitution du 18 février 2006.

Après avoir modifié la loi électorale en 2011, en apportant, entre autres nouveautés, l’élection du président de la République au premier tour et la proportionnelle dans l’attribution des sièges à l’Assemblée nationale, la Majorité présidentielle tente un autre coup en apportant de grandes modifications dans le projet de la loi électorale, en révision au Parlement.

Comme en 2011, la MP, fort de sa majorité au Parlement, a décidé de changer les règles de jeu en pleine compétition électorale. Comme toujours, la MP s’est servie de la Céni pour atteindre son objectif. La finalité est de fermer la porte de la présidence aux candidats gênants, notamment Moïse Katumbi, et de garantir la grande victoire du PPRD aux prochaines législatives.

A la différence de 2011, la nouvelle loi électorale en chantier va provoquer un séisme politique en consacrant la disparition des partis politiques sans assise sociologique sur le terrain. On tend désormais vers un parti unique. Le PPRD s’y prépare déjà.

Tout passe évidemment par la fixation du seuil de représentativité, fixé au départ à 3%. Finalement, ce seuil devrait être ramené à 1%. Mais, le mal restera toujours le même. Les petits partis doivent disparaitre au profit de grandes formations politiques. Il y a également la caution aux législatives, dont le plafond est un critère d’exclusion considérable.

Dans sa version finale, la loi électorale révisée clôt une page importante de l’histoire politique de la RDC ; celle qui a été écrite à Sun City.

A tout prendre, le changement de jeu électoral risque de plonger une fois la RDC dans un désordre constitutionnel. C’est la démocratie qui est en danger. Par la seule volonté de ceux qui ont décidé de prendre le pays en otage. Parce que jouissant des privilèges d’Etat.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les investisseurs étrangers ont davantage profité du boom du secteur des ressources naturelles à partir de 2007 que le gouvernement et la population de la RDC indique un rapport récent de la Banque...

Facebook FanBox