A la Une

Loi électorale : le putsch de la MP

Loi électorale : le putsch de la MP

C’est la loi du plus fort qui a fini par s’imposer au parlement en ce qui concerne le projet de...

Casques bleus tués à Semiliki : l’inévitable enquête pour rétablir la vérité

Casques bleus tués à Semiliki : l’inévitable enquête pour rétablir la vérité

Plusieurs interrogations demeurent sans réponse après l’attaque meurtrière contre une base...

Déficit démocratique

Déficit démocratique

Après deux cycles démocratiques en 2006 et en 2011 en République démocratique du Congo, la...

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Imprimer

Le pays va mal

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

Une fois de plus, la République démocratique du Congo a brillé par son absence en Côte d’Ivoire où des pays africains se sont concertés avec l’Union européenne pour bâtir un nouveau partenariat.

La plupart de chefs d’État africains se sont donc rendus à Abidjan pour discuter de vive voix avec les leaders européens. Sauf la RDC qui s’est fait représenter par le chef de sa diplomatie. Le chef de l’État a préféré rester au pays pour suivre l’évolution politique qui va de mal en pis.

Ainsi va le Congo de Lumumba dont le peuple se bat bec et ongles pour retrouver sa dignité perdue. Simplement du fait de la volonté délibérée de ses dirigeants qui ont décidé de lui priver de son droit le plus légitime, c’est-à-dire celui de se choisir librement ses dirigeants.

En décembre 2016, on lui a privé des élections. Dans les prochains mois, on tente par divers stratagèmes conçus dans les hauts rangs de la Majorité au pouvoir de lui voler sa démocratie.

Le pays va mal. C’est le moins que l’on puisse dire. Le peuple congolais, désemparé et brimé par toutes les voies, implore la providence pour lui venir en aide.

Dans leur dernier message à la nation, les évêques membres de la Cenco (Conférence épiscopale nationale du Congo) ont lancé leur cri de cœur : « Le peuple congolais crie sa souffrance ». Jusques à quand le monde restera-t-il sourd et insensible au cri du peuple congolais ?

Certes, la Céni a publié un calendrier électoral qui prévoit la tenue des élections, le 23 décembre 2018. C’est tout aussi vrai que l’Assemblée nationale a jugé « recevable » les innovations apportées dans le projet de la révision de la loi électorale. Mais, dans le fond, le problème du pays n’a pas été résolu. Il reste entier.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les investisseurs étrangers ont davantage profité du boom du secteur des ressources naturelles à partir de 2007 que le gouvernement et la population de la RDC indique un rapport récent de la Banque...

Facebook FanBox