A la Une

Loi électorale : le putsch de la MP

Loi électorale : le putsch de la MP

C’est la loi du plus fort qui a fini par s’imposer au parlement en ce qui concerne le projet de...

Casques bleus tués à Semiliki : l’inévitable enquête pour rétablir la vérité

Casques bleus tués à Semiliki : l’inévitable enquête pour rétablir la vérité

Plusieurs interrogations demeurent sans réponse après l’attaque meurtrière contre une base...

Déficit démocratique

Déficit démocratique

Après deux cycles démocratiques en 2006 et en 2011 en République démocratique du Congo, la...

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Imprimer

Crise humanitaire au Kasaï : MSF garantit une assistance médicale à la population affectée

Écrit par L.N. le . Publié dans Société

Un an après l’éclatement du conflit dans la région du Kasaï, au centre du pays, le pic de violence s'est éteint et la région est maintenant confrontée aux conséquences d’une des pires crises humanitaires.

L’organisation médicale  humanitaire indépendante Médecins Sans Frontières (MSF) intervient  dans les provinces du Kasaï et du Kasaï Central pour garantir une assistance médicale à la population.

Dans la province du Kasaï, MSF soutient un hôpital et trois centres de santé dans la ville de Tshikapa, capitale de la province, et a mis en place une dizaine de centres nutritionnels thérapeutiques dans les zones rurales. Entre juin et septembre 2017, plus de 200 interventions chirurgicales et 5 000 consultations pédiatriques ont été réalisées, 155 personnes ont été traitées pour des blessures liées aux tensions et combats, et 30 victimes de violences sexuelles ont été soignées par le personnel MSF.  Près de 1 000 enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aiguë ou sévère ont été soignés par MSF entre juin et septembre derniers dans les centres nutritionnels de Tshikapa et dans les zones rurales environnantes.

Dans les zones rurales de la province du Kasaï, suite à la vague de violences qui a écrasé la région durant les mois écoulés, de nombreux centres de santé sont à peine fonctionnels. « La moitié des centres que nous avons visités ces trois derniers mois ont été pillés, brûlés ou détruits », a expliqué Gabriel Sanchez, responsable des programmes MSF en RDC.

Et d’ajouter : « Ils reprennent lentement leurs activités mais manquent désespérément de personnel qualifié, de médicaments et de matériel ». Les équipes mobiles MSF se sont rendues dans les villages dans des zones rurales pour traiter les gens ayant besoin de soins médicaux, en particulier les enfants malnutris. Egalement,  pour réapprovisionner les centres de santé en médicaments et matériel médical.

L’accès aux soins compromis par les violences

« Lorsque l'accès aux soins médicaux est compromis à cause des violences, MSF intervient pour offrir son support à la  population qui a besoin d'une assistance médicale, sans distinction de sexe, de religion ou d'appartenance politique. Les besoins humanitaires sont énormes dans cette région et nous  adressons notre action aux populations les plus vulnérables, aux personnes qui se trouvent en détresse, qui n’ont pas accès aux structures sanitaires  et aux soins primaires», a expliqué Emmanuel  Lampaert, chef de Mission MSF.

A partir d’avril 2017, MSF a supporté l'hôpital provincial de Kananga, dans le Kasaï Central et  l'équipe a créé un bloc opératoire  temporaire et a géré le service de traumatologie avec 72 lits, offrant des soins gratuits aux victimes de traumatismes violents et accidentels. Dans l'aile de traumatologie, entre les mois de mai et septembre, les équipes MSF ont dispensé 1 242 consultations d'urgence, admis 361 patients en hospitalisation et effectué 468 interventions chirurgicales.

A travers les cliniques mobiles à Kananga et dans les  zones aux environs de la ville, les équipes MSF ont également fourni 14 100 consultations médicales. Les cliniques mobiles menées dans la commune de Ndesha à Kananga, ont montré, auprès des populations déplacées, une grande vulnérabilité aux maladies hydriques et des taux de malnutritions au-delà des seuils d’urgence parmi les enfants de moins de 5 ans. Dans les zones rurales, à travers les cliniques mobiles venues en support des Centre de Santé existant et détruits sur les axes de Demba, Dimbelenge et Matamba, les équipes MSF ont également apporté une aide pour la reprise de l’activité de ces centres.

Dans les derniers mois, les conditions difficiles de la population hors de Kananga et la réduction progressive des patients affectés par le conflit reçus à l’hôpital provincial ont poussé les équipes MSF à reconvertir les activités vers les zones rurales de la région, où l’urgence des besoins de la population et la nécessité d’assistance médicale primaire rendent l’intervention de MSF nécessaire.

Dans la ville de Kananga, l’équipe MSF continue à garantir un service d’assistance aux victimes de violence sexuelle. Démarré en Juin 2017 dans l’hôpital provincial, ce service fournit des soins médicaux gratuits et un soutien psychologique aux survivants de violences sexuelles : le staff MSF a déjà aidé plus de 150 personnes qui ont subi des violences sexuelles.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les investisseurs étrangers ont davantage profité du boom du secteur des ressources naturelles à partir de 2007 que le gouvernement et la population de la RDC indique un rapport récent de la Banque...