A la Une

Mgr Ambongo : « L’interdiction des marches est anticonstitutionnelle »

Mgr Ambongo : « L’interdiction des marches est anticonstitutionnelle »

Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et évêque coadjuteur...

Cuisine interne

Cuisine interne

Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), parti phare de la Majorité...

ASF-RDC appelle les congolais à l’éthique et la considération de l'autre

ASF-RDC appelle les congolais à l’éthique et la considération de l'autre

L’Ong ASF invite la presse à cultiver le caractère sacré de la patrie pour « barrer la route à...

RDV du 23 décembre : la décrispation bat de l’aile

RDV du 23 décembre : la décrispation bat de l’aile

Entre l’Opposition, appuyée par les forces vives, et le pouvoir des divergences majeures...

Emboiter le pas

Emboiter le pas

Pendant qu’on l’attend sur le terrain, à côté du peuple qui réclame l’application intégrale de...

Imprimer

La disette gagne la primature

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

Incroyable mais vrai. La primature fait figure de parent pauvre. Son personnel, surtout les travailleurs d’appoint, broie du noir. Certains n’ont jamais vu leurs salaires, se contentant des primes. De même, les conditions de travail se sont sensiblement dégradées à l’Hôtel du gouvernement. Du personnel sans salaire convenable, insuffisance de fournitures de bureau, carence de produits d’entretien dans les toilettes, des infrastructures en dégradation faute de maintenance, autant de signes qui prouvent que la disette a gagné la primature.

La situation est préoccupante à la primature, bureau du Premier ministre Bruno Tshibala. La situation est telle que le personnel ne sait plus cacher son malaise. L’on savait déjà que les différents ministères, sous l’ère Tshibala, n’étaient pas mieux logés en termes de frais de fonctionnement et autres subsides nécessaires au bon traitement du personnel. Selon plusieurs observateurs, travailler aujourd’hui dans un cabinet ministériel n’est plus synonyme de mieux gagner sa vie. Certains travailleurs dans les ministères ont même du mal à nouer les deux bouts du mois.

Cependant, cette dure réalité est aussi vécue à l’Hôtel du gouvernement. Déjà, il s’observe que les conditions de travail se sont sensiblement détériorées à la primature. Plusieurs bureaux aujourd’hui n’ont plus de climatisation, seulement parce que le service de maintenance n’effectue plus régulièrement le service. Outre le défaut de climatisation dans certains bureaux, certaines portes électroniques ne fonctionnent plus. Des témoignages concordants signalent que même les produits de nettoyage font défaut dans les installations sanitaires. 

La situation salariale n’est pas non plus enviable. Plusieurs travailleurs d’appoint n’ont toujours pas touché leur salaire. Jusque-là, ils ne se contentent que des primes. Ce qui ne leur permet pas de faire face aux charges domestiques. Le malaise est de plus en plus perceptible chez le personnel d’appoint qui ne voit toujours pas le bon traitement cinq mois après l’entrée en fonction du Premier ministre Tshibala.

Vraisemblablement, les difficultés financières qui s’observent dans tous les ministères du gouvernement sont dues au manque de ressources suffisantes. Ces difficultés financières, avec des frais de fonctionnent qui tombent à compte gouttes voire de manière insuffisante, sont la preuve que le gouvernement n’est pas en mesure de mobiliser suffisamment de recettes en vue de faire face aux dépenses publiques.

Le gouvernement Tshibala a, entre autres missions, d’améliorer le social des Congolais. Le constat est qu’après cinq mois de fonction, le Premier ministre n’est même pas en mesure de répondre convenablement aux doléances de son propre personnel. Un signe qui ne rassure pas à moins de deux mois de la fin de l’année.

La primature est la vitrine du gouvernement. L’état du bureau du Premier ministre détermine la situation de l’ensemble de l’Exécutif. Avec le déficit de fonctionnement observé à la primature tant dans la maintenance des infrastructures que dans le traitement du personnel, c’est le signe que la disette a gagné la primature.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et évêque coadjuteur de l’archidiocèse de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, revient sur la dernière déclaration de l’assemblée plénière...
More inA la Une  Société  A la Une  Sports  A la Une  

Facebook FanBox