A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Olivier Kamitatu accusé de détournement de riz et de ciment

Écrit par L.P le . Publié dans Online Dépêches

Sale temps pour des opposants du G7. L épée de Damoclès est suspendu sur la tête de chacun d eux. Après Claude Muyambo, Diomi Ndongala, Franck Diongo, Huit Mulongo, .... Moïse Katumbi et Sindika Dokolo, dans le viseur de la majorité c'est Olivier Kamitatu Etsu. Un dossier créé de toutes pièces est dévoilé 800 jours après avoir été révoqué du gouvernement.

C'est dire qu’il était laborieux de trouver des charges contre cet ex-ministre du Plan. L’histoire sonne tellement faux qu’il ne faut pas faire des études de droit pour découvrir ce mensonge cousu de fil blanc.

« Après avoir été nommé ministre du Plan en décembre 2014, dix mois plus tard, en septembre 2016, Olivier Kamitatu a été révoqué du gouvernement par Kabila pour avoir signé avec 6 autres leaders plusieurs courriers exigeant du Chef de l’Etat le respect de la Constitution, la tenue des élections et l’alternance politique en 2016.

A l’époque, de multiples enquêtes avaient été diligentées par les services de Kabila pour salir la réputation du ministre rebelle. Ces enquêtes s’étaient multipliées les uns aux autres. Sans résultat !

800 jours après sa révocation et tout juste après une interview sur TV5, le ministre Kamitatu est aujourd’hui accusé de détournement de riz, de 10 voitures et d’un loyer...

Non sans humour, on constate qu’il aura fallu beaucoup moins de temps à d’autres enquêteurs pour découvrir les comptes du président sortant, de sa sœur et des membres de sa famille à Panama ou Paradise Papers. Ou encore dévoiler le circuit de l’argent volé à chaque Congolais lors de l’achat des passeports biométriques qui aboutit sur le compte d’une sœur du président. Ou encore les détournements de fonds de la CENI à la BGFI dirigée par un frère du chef de l Etat selon des médias occidentaux.

Une cargaison de riz dit-on ? Aucune cargaison de riz n’a été réceptionnée par le ministère du Plan lors des 10 mois en fonction du ministre Kamitatu, rétorque son entourage. Ce riz serait donc arrivé en 2011, il y a... 6 ans, lors du premier passage de Kamitatu au Plan ! 

Cargaison détournée ? Difficile de l affirmer sans que le gouvernement japonais qui en est l’expéditeur et qui contrôle chaque cargaison ne se saisisse du dossier ou que les nombreux successeurs de Kamitatu  à la tête de ministère du Plan ne saisissent la justice ? Cargaison détournée sans que les agents et fonctionnaires du ministère du Plan et ceux de l’ANR qui y scrutent chaque mouvement ne le dénoncent ? Sans que les commerçants qui vendent le riz sur le marché et qui connaissent chaque cargaison des fonds japonais n’accusent le Ministère du Plan ? Le ministre Kokonyangi qui allègue ces choses ferait mieux de se taire, arrêter la distraction et justifier la spoliation de 968 parcelles de l’Onatra qu’il vend avec ses amis à 30.000 Usd/pièce, contrattaque l’entourage de Kamitatu Olivier.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.