A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Décrispation à tout prix

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

La Commission électorale nationale indépendante a publié, le 5 novembre, le calendrier global de tous les scrutins.

Avec la publication de ce chronogramme, le processus électoral est donc relancé. Au moins, tout le monde connait désormais les dates auxquelles les différentes élections auront lieu. Ceci pousse toutes les parties prenantes au processus à se préparer en connaissance de cause pour participer aux joutes électorales.

Cependant, depuis que la Céni a publié son calendrier électoral, on ne voit aucun geste du gouvernement pour décrisper la scène politique. Des politiciens arrêtés pour leurs opinions croupissent toujours dans les différentes prisons du pays. Même ceux qui ont été amnistiés par le président de la République continuent d’être gardés en prison. De même, certains acteurs politiques sont toujours interdits de regagner la RDC.

Le cas de Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle, est éloquent. La Majorité au pouvoir n’a toujours pas autorisé le retour dans son pays pour participer aux élections. Ce cas  restera le baromètre de la décrispation politique en RDC. Tant que l’ancien gouverneur du Katanga ne sera pas autorisé à rentrer en homme « libre » dans son pays pour participer aux élections, comme l’a d’ailleurs réclamé un rapport des évêques de la Cénco, c’est que le pouvoir de Kinshasa continue de bloquer le processus.  

Tout aussi, Kinshasa ne fait aucun geste pour garantir à tous les acteurs politiques leurs droits d’organiser des manifestations publiques conformément à la Constitution. Dans toutes les provinces du pays, les gouverneurs ont pris des arrêtés pour interdire des manifestations publiques des partis politiques. Certains politiciens sont même privés de leur droit de circulation.

L’actuel processus électoral est voulu apaisé. Dès lors, on ne peut pas concevoir des élections apaisées, en mettant de coté l’impératif de la décrispation politique. Il est impérieux d’ouvrir le processus électoral à tous les acteurs. La communauté internationale qui a salué le calendrier de la Céni doit maintenant faire pression sur Kinshasa afin d’ouvrir le processus électoral à tout le monde.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.

Facebook FanBox