A la Une

Mgr Ambongo : « L’interdiction des marches est anticonstitutionnelle »

Mgr Ambongo : « L’interdiction des marches est anticonstitutionnelle »

Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et évêque coadjuteur...

Cuisine interne

Cuisine interne

Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), parti phare de la Majorité...

ASF-RDC appelle les congolais à l’éthique et la considération de l'autre

ASF-RDC appelle les congolais à l’éthique et la considération de l'autre

L’Ong ASF invite la presse à cultiver le caractère sacré de la patrie pour « barrer la route à...

RDV du 23 décembre : la décrispation bat de l’aile

RDV du 23 décembre : la décrispation bat de l’aile

Entre l’Opposition, appuyée par les forces vives, et le pouvoir des divergences majeures...

Emboiter le pas

Emboiter le pas

Pendant qu’on l’attend sur le terrain, à côté du peuple qui réclame l’application intégrale de...

Imprimer

Le SMIG passe de 1 680 à 7 075 Fc/jour à partir 1er janvier 2018

Écrit par LP le . Publié dans Economie

Le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) passe en RDC de 1 680 à 7 075 Fc/ jour, soit 5 Usd au taux de 1 415 Fc, à partir du 1er janvier 2018, ont convenu les membres du Conseil national du travail (CNT), à l’issue de leurs travaux qui ont été clôturés à l’Institut national de préparation professionnelle (INPP) par le ministre d’Etat à l’Emploi, Travail et Prévoyance sociale, Lambert Matuku Memas.

Le nouveau SMIG sera appliqué en 4 paliers tous les 6 mois, en raison de 25% par palier, notamment dans le secteur agro-industriel et pastoral. Il est conditionné par la prise des mesures d’allégement.

Le CNT a aussi recommandé la création d’une commission tripartite ad hoc chargée d’examiner et de statuer sur le taux journalier des allocations familiales par enfant, de la quotité saisissable par l’employeur de contrevaleur du logement et d’annuité, avant la prise de l’ordonnance présidentielle sur le SMIG qui incorporera les trois taux sus-indiqués. Des moyens devront être dotés  à la commission nationale tripartite chargée de l’application et de suivi du SMIG.

Il a été recommandé la création d’une autre commission tripartite ad hoc chargée de lobbying auprès du gouvernement pour la réduction des Impôts professionnels sur les revenus (IPR).

Par ailleurs, une commission technique tripartite ad hoc sera mise en place pour procéder au toilettage du document sur la liste des maladies  professionnelles pour étudier les mécanismes de fonctionnement du nouveau cadre permanent du dialogue social dont les conclusions seront soumises aux travaux du prochain CNT.

Applicabilité du SMIG

Le ministre d’Etat Lambert Matuku a affirmé, dans son mot de clôture, que le gouvernement mettra tout en œuvre pour faciliter l’accès aux mesures d’accompagnement pour une applicabilité efficace  et efficiente du SMIG. Il a ajouté que les conclusions issues des travaux du CNT témoignent de l’intérêt que tous les Congolais portent sur l’amélioration des conditions de travail en général et surtout sur le pouvoir d’achat de la masse laborieuse.

Lambert Matuku s’est engagé à mettre tous les moyens à la disposition de la commission nationale tripartite chargée du suivi et de l’application du SMIG de manière à mener les enquêtes et les études pouvant concourir à l’ajustement du SMIG.

La représentante du BIT/Kinshasa, Mme Aminata Maiga, le banc travailleur représenté par Guy Kuku et le banc employeur représenté par Christian Kalonda se sont réjoui des résultats auxquels sont parvenus les membres du CNT lors de leur 33ème session.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et évêque coadjuteur de l’archidiocèse de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, revient sur la dernière déclaration de l’assemblée plénière...
More inA la Une  Société  A la Une  Sports  A la Une