A la Une

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

15 novembre 2017: La Police menace, la Monusco appelle à la retenue

15 novembre 2017: La Police menace, la Monusco appelle à la retenue

La journée de mercredi 15 novembre 2017 s’annonce très tendue. Des mouvements citoyens tels que...

Imprimer

Lemba : travaux de curage des caniveaux et collecteurs pour assainir le milieu

Écrit par FL NL-NS le . Publié dans Faits divers

À sa création aux années 1960, la commune de Lemba était coquète. Les maisons étaient construites par l’Etat congolais, à travers l’Office national de logement (ONL). Leurs premiers occupants, mieux leurs premiers propriétaires étaient des intellectuels, dont des enseignants frais émoulus des écoles secondaires. D’où l’appellation « la commune des intellectuels » collée à Lemba.

Au fil du temps, cette municipalité a tronqué sa belle image contre celle hideuse. Cela pour plusieurs raisons, parmi lesquelles le changement de mentalité des habitants venus, pour la plupart, de divers horizons et familles, chacune avec son éducation. Et ce que l’on craignait est arrivé : les caniveaux et les collecteurs étaient progressivement transformés en dépotoirs par des ménagères sans scrupules qui y jetaient notamment des déchets ménagers. Conséquence : à la tombée des pluies diluviennes, les caniveaux et collecteurs n’étaient plus en mesure de drainer les eaux de pluies. Celles-ci se répandaient partout et causaient des dégâts, parfois importants, en se frayant une issue. D’où la nécessité de curer les caniveaux et collecteurs de cette municipalité.

Ce à quoi a pensé l’Office des voiries et drainage (OVD) qui a décidé de démarrer, hier mercredi 1er novembre, les travaux de curage des caniveaux et d’assainissement à Lemba. Les agents de l’OVD, vêtus de combinaisons frappés du logo de cet office et commis à cette tâche, étaient visibles sur le terrain. Ils étaient munis notamment de bêches, pèles et brouettes.  

Financés par le FONER (Fonds national d’entretien routier), les travaux sont exécutés sous la supervision du service communal de Lemba en charge de l’environnement. Ils rentrent dans le cadre du programme d’assainissement que l’Hôtel de ville de Kinshasa a lancé en janvier dernier dans les vingt-quatre communes, en vue de prévenir certaines maladies et catastrophes naturelles liées à l’insalubrité.

Selon l’Agence congolaise de presse (ACP), les travaux consistent essentiellement, pour la première phase, au curage des caniveaux et de grands collecteurs des avenues Lubefu, Bakali, Vemba, Elila, Mwioa et Itimbiri.

Dans une communication au Conseil des ministres du gouvernement provincial de Kinshasa, le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango, a déploré la dégradation de l’état d’insalubrité dans la capitale. Une situation qu’il a qualifiée « d’inacceptable », rappelle-t-on.

Au sujet de cette situation, le gouverneur Kimbuta a noté que les responsabilités sont partagées à tous les niveaux alors que les textes règlementaires existants peuvent permettre aux différents acteurs de mettre en place une politique de proximité en place.

Dans le même registre, l’autorité urbaine a également insisté sur le fait qu’au-delà du travail administratif exigé des bourgmestres, une attention particulière et soutenue devra être réservée à l’assainissement et à la protection de l’environnement de la ville de Kinshasa, siège des institutions nationales et internationales.

Le plan local d’assainissement est une stratégie de gestion de proximité comprenant un dispositif structurel et opérationnel placé sous la supervision du bourgmestre, indique-t-on.

 

Articles récents

À la surprise générale, Shark XI FC n’est pas revenu à sa décision. Par la voix de son secrétaire général, il confirme sa non-participation à la 23ème édition de la Ligue nationale de football...
More inSports  Politique  Economie  A la Une