A la Une

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

Au Zimbabwe, l’après-Mugabe se dessine. L’heure est aux négociations entre les galonnés de...

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

Imprimer

Halte à la distraction !

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

La pression est tellement grande que ni le pouvoir en place à Kinshasa, ni la Céni (Commission électorale nationale indépendante) ne sauront geler pendant trop longtemps la tenue d’élections.

Tôt ou tard, il y aura élections en RDC. Les Etats-Unis en ont tracé le deadline, avec le dernier passage en RDC de son ambassadrice aux Nations unies. Les élections, c’est au plus tôt 2018. En tout cas, pas à la fin de l’année 2018. Car, pour Washington, chaque fois qu’il n’y a pas élections, c’est une femme qui est violée et des enfants enrôlés dans les groupes armés et autres milices qui pullulent dans la partie Est de la RDC. Le seul moyen d’arrêter ce cycle est d’amener le peuple congolais aux élections.

Pourtant, dans la Majorité, on fait semblant de ne pas y croire. Mais, dans les coulisses de la famille politique du chef de l’Etat, on s’y prépare sérieusement. Une Centrale électorale a d’ailleurs été mise en place au sein de la MP pour gérer les ambitions des uns et des autres. Qu’en est-il cependant de l’Opposition ? Jusque-là, l’Opposition qui continue de réclamer la tenue d’élections se perd encore en conjectures.

Avec la création d’un front commun de l’Opposition pour l’alternance, la distraction a gagné de la plus belle manière les rangs de l’Opposition. Certains sont allés jusqu’à remettre en cause l’option levée par l’envoyée spéciale du président Trump en RDC.

Le plus évident est qu’en RDC, il y aura élection en 2018. Tout le monde doit déjà se mettre au vert pour cet assaut final. Parce qu’il est établi que le président Kabila ne va pas se représenter à la prochaine présidentielle, il y aura certainement un dauphin qui sortira des rangs de la MP. Dans la famille politique du chef de l’Etat, ça se discute déjà. Des noms circulent encore – sous le manteau évidemment.

Dans ce décor électoral, l’Opposition politique doit s’organiser pour ne pas être pris de court. Il faut qu’elle mette de côté ses querelles intestines pour se consacrer, enfin, à l’essentiel, c’est-à-dire comment conquérir le pouvoir pour faire valoir l’alternance démocratique. La distraction dans laquelle baigne actuellement l’Opposition congolaise ne joue nullement en sa faveur.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

C’est sous le coup de 15h30’ que le stade TP Mazembe vibrera au rythme de la finale aller de la Coupe de la CAF.  Le TP Mazembe accueille Super Sport United ce dimanche 19 novembre....

Facebook FanBox