A la Une

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

La RDC est au cœur de grands enjeux au niveau mondial, notamment en ce qui concerne  le...

Savoir partir

Savoir partir

Pas de sang versé, respect de textes, certes, dans un contexte quelque peu étrange ! Le Zimbabwe...

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Pour n’avoir pas obtenu satisfaction à sa question orale avec débat adressée à Martin...

Vivement les élections

Vivement les élections

La Céni a fixé le cadre pour la tenue d’élections à la date du 23 décembre 2018.

Imprimer

Appel du Rassemblement à la mobilisation

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

« Voici venu le temps de l’action pour nous libérer »

Félix Tshisekedi, président du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, ne mâche plus ses mots. Ragaillardi par le succès de son périple à Lubumbashi et réconforté par l’accueil qui lui a été réservé à son retour à Kinshasa, Félix Tshisekedi s’est raffermi dans sa position de chef de file de l’Opposition. Il reste bien droit dans ses bottes. Mardi devant la presse, il a lancé un appel à la mobilisation générale pour, dit-il, « en finir avec Joseph Kabila sans lui accorder un autre sursis ». Selon lui, le président Kabila « n’a jamais pensé à l’alternance démocratique ». Son appel s’est résumé en ces mots : le temps de l’action a sonné afin que le peuple congolais se libère.

Le président du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, Félix Tshisekedi, conforte chaque jour qui passe sa stature de chef de file de l’Opposition. Il a été, mardi, devant la presse pour rendre compte de toutes les activités déployées par le Rassemblement la semaine dernière, notamment son séjour à Lubumbashi et la rencontre que la délégation de l’Opposition a eue avec Mme Nikki Haley, représentante permanente des États-Unis aux Nations unies. Il s’agissait aussi, a-t-il indiqué, de « fixer l’opinion sur la position du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement » sur les grandes questions de l’actualité politique.

Sans user de la langue de bois, Félix Tshisekedi est revenu sur ce qui paraît désormais comme une ligne infranchissable du Rassemblement. Sur ce point précis, a-t-il dit, « la position du Rassemblement est restée inchangée : transition sans Kabila ». Il justifie cette intransigeance par le fait que « Joseph Kabila ne peut plus se mêler ou être mêlé au processus électoral, la Céni n’étant plus crédible dans sa configuration et son mode de fonctionnement actuels, elle ne peut pas conduire la RDC à des élections crédibles ».

Nouvel appel à la mobilisation

Pour toutes ces raisons, le président du Rassemblement pense que le moment est venu pour le peuple congolais dans son ensemble de s’approprier son destin. Il est convaincu de la pertinence de son action et surtout de la volonté du peuple de récupérer la démocratie qu’on tente de lui confisquer. « D’ici le 31 décembre, le peuple congolais, annonce-t-il, instituera un nouveau leadership consensuel sur pied de l’article 64 de la Constitution pour le conduire aux élections ».

À en croire Félix Tshisekedi, le Rassemblement n’accorde plus de crédit aux promesses du président Kabila. « Si Joseph Kabila s’accordait encore un an, que ferait-il encore de neuf sous le ciel de la RDC qu’il n’a pu faire en 17 ans de règne ? Sa mauvaise foi étant avérée, le peuple ne veut plus de lui. Moralité : transition sans Kabila », tranche Félix Tshisekedi.

Est-ce possible d’y arriver ? Félix Tshisekedi y croit fermement. Il fonde son espoir sur la détermination du peuple congolais à se libérer du joug de la servitude. Il l’invite ce dernier à se lever comme un seul homme pour revendiquer ses droits à une vie meilleure et à la démocratie.

L’appel du président du Rassemblement est sans équivoque : « Le temps des discours et de l’immobilisme est révolu. Voici venu le temps de l’action pour nous libérer ».

Le Rassemblement est déterminé à aller jusqu’au bout de son action. Il n’entend donc pas relâcher en si bon chemin la pression. Bien au contraire, promet son président : « Puisque Joseph Kabila entend tester jusqu’au bout la capacité des Congolais à le chasser du pouvoir, je demande à notre peuple de se mobiliser encore davantage pour répondre à l’appel du Rassemblement pour des actions pacifiques, mais résolues ».

Le passage en RDC de l’ambassadrice des États-Unis à l’ONU n’a pas ébranlé la position du Rassemblement. Il l’a plutôt raffermi dans ses convictions que les élections resteront un leurre tant que Kabila tiendra les manettes de tout le processus électoral.

L’après-décembre 2017 s’annonce plutôt chaud, très chaud.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

N’étant pas convaincue des chiffres publiés par la Céni concernant l’opération d’enrôlement des électeurs, la CASE invite la Céni à plus de responsabilité de vérité....

Facebook FanBox