A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Goma: au moins quatre personnes dont un policier tuées dans les affrontements avec la Police

Écrit par Donatien Ngandu Mupompa le . Publié dans Provinces

Dans une communication faite lundi 30 octobre, le porte-parole du Commissariat général de la Police nationale congolaise a brossé la situation des opérations de maintien d’ordre à travers la République en cette journée.

Le lundi 30 octobre 2017, le porte-parole du Commissariat général de la Police nationale congolaise, le commissaire supérieur Mwanamputu Empung a, dans une communication, fait savoir que consécutivement au mot d’ordre lancé par les mouvements citoyens consistant en l’observance d’une journée ville morte sur toute l’étendue de la République, il a été remarqué des troubles à l’ordre public dans les provinces du Nord-Kivu et de la Tshopo.

Le cas de Goma dans la province du Nord-Kivu mérite d’être épinglé. En effet, il a été fait état qu’il y a eu vers 5h00’ du matin des affrontements entre les manifestants et la police sur l’axe Marché Kisoko-Majengo, et l’axe Mutonga-Katoyi.

Au titre du bilan officiel provisoire. En termes de perte en vies humaines, il est déploré le meurtre par balle et lynchage par les manifestants de l’agent de police principal Kapalata Munganga et du décès par balle d’un civil.

Pour ce qui est des dégâts corporels, deux policiers ont été grièvement blessés par jet de pierres et ont été admis aux soins intensifs dans une formation hospitalière de la place. Il s’agit du commissaire adjoint Kashola et de l’agent de police principal Kakombe Biseka.

Au titre des dégâts matériels, il est signalé l’incendie du sous-commissariat de police et du bureau de quartier Majengo. Actuellement, la police s’emploie au dégagement des avenues par l’évacuation des barricades enflammées pour rétablir la libre circulation des biens et des personnes.

Situation calme dans d’autres villes

Dans la province de la Tshopo. Aux environs de 4h00’ du matin, la police ayant déjà occupé le terrain, toutes les tentatives visant à la pose des barricades par les manifestants pour empêcher la population de descendre en ville ont été découragées par les forces de l’ordre. Celles-ci ont par ce fait procédé à la saisie de sept pneus et de deux jerricanes d’essence entre les mains des manifestants.

Hormis ces deux provinces, jusque-là la situation demeure relativement calme sur les autres parties de la République en passant par Bukavu, Lubumbashi, Mbujimayi, Matadi, Kinshasa où la population vaque librement à ses occupations.

La Police nationale congolaise fustige avec la dernière énergie l’instrumentalisation de notre jeunesse par certains opérateurs politiques qui poussent ainsi nos enfants à donner la mort à autrui.

Le cas d’espèce, celui de cet agent de police en plein exercice de ses fonctions abattu et lynché par les manifestants d’un mouvement dit citoyen. Qu’il soit entendu que les auteurs, coauteurs et commanditaires de tels actes macabres seront traduits en justice pour répondre des griefs portés à leurs charges.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.