A la Une

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

Au Zimbabwe, l’après-Mugabe se dessine. L’heure est aux négociations entre les galonnés de...

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

Imprimer

Évaluation à mi-parcours de la réforme du guichet unique du commerce extérieur

Écrit par Bienvenu Ipan le . Publié dans Economie

Mise en place par le gouvernement de la République, la réforme du guichet unique intégral du commerce extérieur engrange des avancées notables mais, elle est également butée à des contraintes qui freinent son déploiement.

Le ministre d’État, ministre du Commerce extérieur, Jean-Lucien Busa, a convoqué, le jeudi 26 octobre, la 19ème réunion du comité directeur du guichet unique intégral du commerce extérieur. Ce, dans le but «d’évaluer sans complaisance des actions entreprises, relever des contraintes, et proposer des solutions concrètes et adéquates qui correspondent au besoin de cette réforme».

«Le gouvernement, qui fait de la réforme du guichet unique intégral du commerce extérieur une question essentielle, suit de très près cette réforme et l’appuie à 100%. Nous attendons donc de cette réunion du comité directeur une évaluation sans complaisance mais aussi des propositions concrètes qui nous permettent finalement d’aller très vite dans la direction de l’aboutissement de la réforme qui soit utile pour le pays», a fait savoir le ministre d’État, ministre en charge du Commerce extérieur.

Jean-Lucien Busa a annoncé son implication personnelle pour booster cette réforme : «La RDC est aujourd’hui l’un des rares pays cités en exemple par rapport à la réforme du guichet unique du commerce extérieur. Il faut que l’exemple  soit le meilleur. Il y a l’implication du gouvernement à travers le ministère du Commerce extérieur et celui des Finances. Notre responsabilité à nous deux sera assumée. Je me suis  porté garant pour qu’avec le ministère des Finances, nous puissions booster cette réforme dans l’intérêt de tout le monde».

Traçabilité des marchandises

Au cours de cette réunion, le ministre d’État a rappelé à l’ensemble des acteurs économiques, des administrations, services publics et privés que cette réforme est aujourd’hui une direction vers laquelle tout le monde doit se tourner. Il a invité tout le monde à «concentrer les efforts pour que cette réforme aboutisse, conformément au mandat qui a été confié à nous tous et non seulement à Seguce».

Selon le directeur général de Seguce, M. Fernando Barbosa, le guichet unique intégral du commerce extérieur est une réforme majeure de l’État congolais. Il a pour but de faciliter et d’accélérer le processus du traitement des marchandises et d’en assurer la traçabilité tout en assurant une optimisation dans la mobilisation des recettes de l’Etat. En somme, faciliter et donner une certaine transparence aux flux transfrontaliers.

Engagé dans cette réforme, Seguce bénéficie de tout le soutien du gouvernement pour que cette réforme soit la priorité de toutes les administrations et partenaires concernés, et qu’elle aboutisse dans le délai le plus contraint qu’il soit. Il a indiqué qu’actuellement, la réforme du guichet unique est opérationnelle sur l’ensemble du territoire dans son module pré-dédouanement. La mise en place des modules logistiques, les modules dédouanement, c’est-à-dire l’interconnexion avec la douane, le traitement, les déclarations, le traitement de la marchandise au sens propre du terme est aujourd’hui automatisé dans un certain nombre de portions de territoire, elle est en cours de généralisation. Il a tout de même relevé  quelques contraintes rencontrées sur le chemin : «nous sommes aujourd’hui en proie à quelques difficultés avec des acteurs réfractaires parce que c’est une réforme qui implique une révolution technologique, une révolution réglementaire, une révolution dans les modes de travail».

Le directeur général de Seguce a dégagé les avantages de cette réforme et pour le gouvernement et pour les  opérateurs économiques : «C’est un système qui est un levier accélérateur du traitement des marchandises et des flux transfrontaliers. C’est actuellement une plateforme électronique d’échanges des données préalables à l’importation, pendant la période de dédouanement et post-dédouanement pour assurer une traçabilité maximum des flux. C’est, en somme, tout ce qu’on faisait avant avec la démarche physique est devenu aujourd’hui possible à partir de chez soi, avec une connexion Internet. C’est un univers qui tends vers le zéro papier, avec un objectif de réduction des coûts et du temps de traitement».

Plusieurs points ont figuré à l’ordre du jour de la réunion du comité directeur, à savoir le suivi des actions, le point d’avancement du projet, le bilan des opérations, l’évolution des opérations logistiques, et le calendrier de la prochaine réunion prévue en décembre 2017.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

C’est sous le coup de 15h30’ que le stade TP Mazembe vibrera au rythme de la finale aller de la Coupe de la CAF.  Le TP Mazembe accueille Super Sport United ce dimanche 19 novembre....