A la Une

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

Au Zimbabwe, l’après-Mugabe se dessine. L’heure est aux négociations entre les galonnés de...

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

Imprimer

Gestion des fonds Foner dans les provinces : l’Assemblée nationale monte au créneau

Écrit par LP., lundi le . Publié dans Economie

Après avoir perçu les financements du Foner, les gouverneurs de province prélèvent illégalement des fonds à caractère provincial sous prétexte de financer les travaux de réhabilitation des routes. Une pratique qui irrite l’Assemblée nationale qui cherche à pénétrer le mystère. Une question écrite a été initiée dans ce sens par le député UNC Mbindule.

Des détournements des fonds Foner (Fonds national d’entretien routier) destinés aux travaux des voiries sont détournés au niveau de différentes administrations provinciales. La pratique est courante. La ville de Kinshasa est également concernée. C’est notamment l’avenue Luambo Makiadi, ex-Bokasa, où la pancarte dressée sur le chantier indique « Exécutif provincial » comme maître d’ouvrage alors que les travaux sont financés par le Foner à hauteur de 2,5 millions Usd.
Dans une question écrite adressée depuis le 29 août 2017 au directeur général du Foner, le député UNC Crispin Mbindule tente de pénétrer ce mystère. Il stigmatise les contre-vérités des gouverneurs qui justifient le non-entretien des routes d’intérêt provincial et local, les voiries urbaines et les routes de desserte agricole par manque de financement.
Bien plus, ces gouverneurs prétendent qu’ils exécutent des travaux d’entretien des routes sur fonds propres. « Personne d’entre eux ne dit la vérité sur les fonds que le Foner leur rétrocède », décrie le député éclairé par les réponses documentées du Foner.
Les réponses du Dg du Foner, confortées par des précisions du ministère des ITPR et l’OVD, illustrent combien l’opacité qui caractérise la gestion des recettes produites par les provinces et la ville de Kinshasa.
Le Foner indique qu’après plusieurs missions de contrôle, un constat déplorable a été fait : l’affectation abusive des fonds rétrocédés aux provinces. Et pour tenter de sauver les rétrocessions de 2017, avec l’accord du ministère des ITPR, le Foner a opté pour l’allocation du gros de la rétrocession, sinon de la totalité, au financement du programme d’entretien routier 2017 (PER) par des agences routières gestionnaires des routes d’intérêt provincial et local. Il s’agit notamment de l’Office des voiries et drainage (OVD) et la direction des voies de desserte agricole (DVDA).

Kinshasa bénéficie de plus de 2 millions Usd mais pour quelles réhabilitations ?

Dans une moindre mesure, le Foner effectue des rétrocessions à quelques provinces lorsque leurs requêtes sont retenues par des projets éligibles à son propre financement, indique le Foner.
A cet effet, le récapitulatif des rétrocessions payées par le Foner de janvier 2017, à ce jour, s’élève à 23 millions Usd en faveur de l’OVD, la DVDA et les exécutifs provinciaux, en raison de 10,5 millions Usd pour Kinshasa, 4,3 millions pour l’ex-Province Orientale, 2,3 millions Usd pour l’ex-Katanga, 1,2 million Usd pour le Kongo Central, 1 million Usd pour l’ex-Equateur, 1 million Usd pour l’ex-Kasaï Occidental, 927 mille Usd pour l’ex-Bandundu, 796 mille Usd pour l’ex-Kasaï Oriental, 359 mille Usd pour le Maniema, 351 mille Usd pour le Nord-Kivu et 47 mille Usd pour le Sud-Kivu.
Les données du Foner précisent que pendant les neufs mois de l’année 2017, six exécutifs provinciaux ont bénéficié d’une rétrocession Foner de 3,5 millions Usd. Il s’agit de Lualaba 100 mille Usd, Haut-Katanga 400 mille Usd, Haut-Lomami 25 mille Usd, Nord-Kivu 300 mille Usd, Ituri 600 mille Usd et Kinshasa 2 millions Usd.
A la lumière de ces données, Crispin Mbindule déplore le fait que les pancartes dressées sur les chantiers routiers indiquent que les travaux sont financés par les exécutifs provinciaux alors qu’en réalité, le financement provient du Foner, sur instruction écrite du ministre des Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction (ITPR) qui, du reste, ne réserve pas copie pour information à sa hiérarchie, à savoir le Premier ministre. C’est le cas de la ville de Kinshasa où la pancarte dressée sur le chantier de l’avenue Luambo Makiadi ex-Bokasa indique : « Financement- exécutif provincial ». Alors que le Foner a financé la réhabilitation de l’axe routier à hauteur de 2,5 millions Usd.
Par ailleurs, un montant de 557 mille Usd est alloué à la réhabilitation de l’avenue Bongolo, sur son tronçon compris entre les routes Kasa-Vubu et Université. Et pourtant, les usagers de cette artère de la voirie urbaine continuent d’endurer les affres de sa dégradation.

L’opacité totale dans la gestion des rétrocessions au Nord-Kivu

En Ituri, commissaire spécial en son temps, le gouverneur avait perçu, suivant ordre de paiement de la Rawbank portant n°PA 01063671 du 28 janvier 2016, une somme de 463 millions de Fc pour financement des travaux de la voirie et il n’a jamais justifié jusqu’à ce jour, allègue le Foner. Et cette année, la province a déjà bénéficié d’une rétrocession d’1 million Usd dont le plus grand montant (600 mille Usd) est perçu par le gouverneur.
Au Nord-Kivu, l’opacité est totale. En 2017, le Foner déclare avoir mis 51 mille Usd et 300 mille Usd, respectivement à la disposition de la DVDA et de l’exécutif provincial. « Peut-on retrouver la trace de ces fonds étiquetés comme tel dans un coin de la province ? », interroge l’élu de Butembo. Des révélations sont faites dans les réponses du Foner, sur un montant de 3 millions Usd, financement de Foner pour la voirie des villes de Butembo, Beni et Goma en 2015, fonds mis à la disposition de Aaron Sefu sprl ; en 2016, le gouverneur avait sollicité auprès du Foner en faveur de Traminco la somme de 7 millions Usd pour la réhabilitation et modernisation de la RN2 Sake, tronçon entre l’entrée président et l’école Mikeno en ville de Goma. Dieu seul sait ce que la demande était devenue.
« Que dire des rétrocessions de 40% du gouvernement national et des allocations du budget d’investissement », s’exclame Crispin Mbindule qui déplore que tout cet argent prend une destination inconnue et le peuple endure les souffrances sur un réseau routier délabré.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

C’est sous le coup de 15h30’ que le stade TP Mazembe vibrera au rythme de la finale aller de la Coupe de la CAF.  Le TP Mazembe accueille Super Sport United ce dimanche 19 novembre....