A la Une

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

L’UE conditionne ses rapports avec la RDC au respect de « l’esprit de consensus de l’Accord de la Saint-Sylvestre »

L’UE conditionne ses rapports avec la RDC au respect de « l’esprit de consensus de l’Accord de la Saint-Sylvestre »

Réuni, hier lundi 11 novembre à Bruxelles, le Conseil de l'Union européenne, organe qui...

Anarchie dans la ville

Anarchie dans la ville

On n’est pas encore dans une situation d’état d’urgence. Mais, il faut reconnaître que,...

Loi électorale révisée : Grandes manœuvres politiques au Sénat

Loi électorale révisée : Grandes manœuvres politiques au Sénat

Programmé pour samedi dernier, l’examen en seconde lecture du projet de loi électorale révisée...

Les non-dits de Brazza

Les non-dits de Brazza

Brazzaville a organisé un mini-sommet, le samedi 9 décembre, qui a réuni trois présidents de la...

Imprimer

Choléra : des partenaires s’engagent à faire baisser de 90% le nombre de décès d’ici 2030

Écrit par OMS/LP, jeudi le . Publié dans Société

Une nouvelle stratégie ambitieuse visant à faire baisser de 90% le nombre de décès dus au choléra d’ici 2030 a été présentée récemment par le Groupe spécial mondial de lutte contre le choléra (GTFCC: Global Task Force on Cholera Control), un réseau qui rassemble plus d’une cinquantaine d’institutions des Nations Unies, d’organismes internationaux, d’instituts universitaires et d’ONG qui aident les pays touchés par cette maladie.

Selon les estimations, 95 000 personnes meurent chaque année du choléra et 2,9 millions contractent cette maladie. Une action urgente est nécessaire pour protéger les communautés, prévenir la transmission et enrayer les flambées.

Le nouveau plan du Groupe spécial, Ending Cholera: A Global Roadmap to 2030, (mettre fin au choléra: feuille de route mondiale jusqu’à 2030), reconnaît que le choléra se propage dans des points chauds de l’endémie où des flambées prévisibles se produisent année après année.

La feuille de route mondiale vise à aligner les ressources, partager les meilleures pratiques et renforcer les partenariats entre les pays touchés, les donateurs et les organismes internationaux. Elle souligne la nécessité d’une approche coordonnée pour lutter contre le choléra, et d’une planification au niveau des pays pour la détection précoce des flambées et la riposte rapide. En suivant cette feuille de route, près de 20 pays affectés pourraient éliminer le choléra d’ici 2030.

«L’Organisation mondiale de la Santé est fière de faire partie de cette nouvelle initiative commune pour éliminer les décès dus au choléra. Cette maladie fait payer le plus lourd tribut aux populations pauvres et vulnérables, ce qui est inacceptable. La feuille de route est le meilleur moyen d’y mettre fin», a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé.

«Chaque décès dû au choléra est évitable avec les outils à notre disposition aujourd’hui, comme le vaccin anticholérique oral et l’amélioration de l’accès à l’eau, à l’assainissement de base et à l’hygiène, ainsi que le décrit la feuille de route», a poursuivi  le Dr Tedros Adhanom Gebreyesus.

RDC : baisse de cas de choléra au Nord-Kivu

En RDC, vingt et un cas de l’épidémie de choléra sont en moyenne enregistrés par jour notamment dans les zones de santé de Goma, Karisimbi et Nyiragongo au Nord-Kivu. Au début de l’épidémie en juillet dernier, c’est entre 100 et 150 cas qui étaient enregistrés chaque jour, selon les responsables sanitaires en province. Ils indiquent que c’est grâce aux efforts conjugués dans la prise en charge que la situation s’améliore.

A l’hôpital provincial du Nord-Kivu, l’une des 8 structures où est installé le centre de traitement et de prise en charge des malades de choléra, jusqu’au  5 octobre, 7 malades seulement sont pris en charge.

Les semaines dernières, l’hôpital recevait une cinquantaine de patients par jour. Le Médecin directeur adjoint parle des cas sporadiques qui arrivent. Dr Célestin Ndaliko, chef de bureau de l’Information sanitaire à la division provinciale de la Santé au Nord-Kivu, se dit satisfait des efforts consentis dans cette lutte par tous les partenaires quant à la prise en charge. Il appelle toutefois à plus d’efforts «pour baisser encore davantage ces chiffres.»

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les commentaires de Mr. Sébastien Impeto Pengo, ancien gouverneur de lEquateur de la République démocratique du Congo sur Le Journal ont attiré l'attention du public. Une grande attention a été attirée...