A la Une

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Soutien improductif

Soutien improductif

La République démocratique du Congo est en train de sombrer. La crise politique ne fait que...

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

La tenue d’élections étant exclue cette année, l’après-décembre 2017 reste un mystère. Raison...

Imprimer

Denis Mukwege : « Pour des élections claires, il faut que le pouvoir actuel se retire »

Écrit par Actualite.cd/LP, lundi le . Publié dans Online Dépêches

Dans une déclaration rapportée par le média belge Le Soir, Dénis Mukwege  a dressé un tableau sombre de la situation en RDC, sa méfiance du pouvoir actuel et a évoqué l’éventualité d’une transition sans Kabila.

« Pour que des élections claires, transparentes et crédibles puissent avoir lieu, il faut que le pouvoir actuel se retire. Il faudra alors mettre en place une équipe neutre qui sera chargée de mettre les choses en place et d’organiser les élections. Il faudra mettre en œuvre les principes qui permettront que désormais tous les partis politiques, après transition, puissent concourir à égalité des chances, défendre leur programme », a-t-il dit.

S’il déclare qu’il n’est candidat à rien, il précise juste après qu’il a une vision et qu’il ne serait pas indifférent de l’appel de la « base ».

« Ah…cette question…Je ne suis candidat à rien. Il faudrait que le peuple comprenne mon raisonnement : plus encore que la transition, que les élections elles-mêmes, ce qu’il faut réaliser, c’est le changement de mentalité, pour mettre l’homme au centre des préoccupations…Deux ans, ce sera juste le temps de jeter les bases pour aller vers un changement du système…C’est un rôle qu’on ne peut jouer que si le peuple le décide. Ce n’est pas moi qui dois solliciter, mais si la base me le demande, c’est qu’elle va me soutenir dans la vision qui est la mienne. Et alors je peux être sûr que cette construction va se mettre en place », a-t-il ajouté.

Pour le contexte, une dizaine d’organisations de la société civile et personnalités dont SindikaDokolo avaient exigé le 18 août 2017, à Paris, en France, une transition sans le président Kabila. A travers un manifeste dénommé « Esili », ces organisations souhaitent une transition qualifiée de “citoyenne” dont les animateurs devraient être désignés à la suite d’une concertation nationale. Avec pour mission principale d’organiser des élections crédibles, transparentes, ouvertes et libres. Elles disent s’appuyer notamment sur l’appel de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), le 23 juin 2017. Ces organisations ont reçu notamment le soutien de SindikaDokolo qui a lancé récemment son mouvement citoyen. Début septembre, le Rassemblement avait salué et soutenu l’adoption du « Manifeste Esili ».

« Le Rassemblement salue et appuie les initiatives récentes de la société civile à travers l’adoption, le 18 aout 2017 à Paris, du manifeste du citoyen et de la déclaration des intellectuels congolais sur la responsabilité sociale des universitaires, le 29 aout courant ; Le Rassemblement prend acte et demande à l’ensemble du peuple congolais de se mobiliser en conséquence », avait indiqué le Rassemblement dans un communiqué publié en septembre dernier.

Au pays comme à l’étranger, Dr Mukwege sensibilise, mobilise et se positionne. Même à Kinshasa, où se recrutent ses plus fervents opposants, l’homme s’avance en participant aux activités de sensibilisation. Sa sortie médiatique fin août à la conférence sur l’engagement des intellectuels congolais dans la résolution de la crise congolaise était particulièrement remarquée.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

S’alignant presque sur la ligne de la Majorité présidentielle (MP), la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a laissé entendre que les élections reportées « au plus tard en décembre » auront...