A la Une

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Soutien improductif

Soutien improductif

La République démocratique du Congo est en train de sombrer. La crise politique ne fait que...

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

La tenue d’élections étant exclue cette année, l’après-décembre 2017 reste un mystère. Raison...

Imprimer

Retrait ou non de l’invalidation des passeports : la réponse de She Okitundu attendue ce jeudi

Écrit par LP, jeudi le .

« Je ne fléchirai pas devant des palliatifs...Nous nous attendons au retrait de cette mesure du vice-ministre », a-t-il vivement indiqué sur son compte tweeter, à la suite des mesures d’assouplissement présentées par le vice-Premier ministre She Okitundu. Ce dernier revient à l’hémicycle du Palais du peuple ce jeudi 5 octobre pour rencontrer les préoccupations soulevées par la représentation nationale.

Au cours de l’acte 1, devant les députés, Léonard She Okitundu avait annoncé des mesures d’assouplissement. Il révélait que pour le détenteur de l’ancien passeport semi-biométrique dont la date d’expiration arrive à échéance vers les années 2019 et 2020, l’acquisition du nouveau passeport se fera moyennant paiement d’un forfait de 100 $ au lieu de 185 $.

Les anciens passeports contenant un ou plusieurs visa à court de validité restent valables avec l’obligation de se procurer un passeport biométrique afin de bénéficier d’un fêlé consulaire qui lui permettra de circuler librement jusqu’à l’expiration de son visa, à l’embarquement comme au débarquement, le cachet de service de migration ne sera apposé que sur le passeport biométrique.

Pour She Okitundu, la décision prise est dictée par les considérations sécuritaires doublées du devoir de protéger l’image du pays et dans le souci d’uniformiser les documents de voyage et d’identification des Congolais. « Le passeport doit être une pièce qui ne peut souffrir d’aucun soupçon de fiabilité », a déclaré le vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères.

Selon lui, ce n’est pas le cas avec les passeports semi-biométriques dont un nombre impressionnant provient des réseaux maffieux représentant un danger permanent pour la sécurité internationale. À cet argumentaire, She Okitundu ajoute sa perception sur les recommandations de l’OACI ou encore la nécessité d’identifier les Congolais résidant à l’étranger en perspective du processus électoral.

Au niveau de l’Assemblée nationale, le programme de ce jeudi 5 octobre reste chargé. Suivant le communiqué officiel du bureau de la Chambre basse du Parlement, les députés nationaux devront suivre les réponses du vice-Premier ministre, ministre des Affaires Étrangères et Intégration régionale aux préoccupations soulevées lors de la plénière consacrée à la question orale avec débat en rapport avec les passeports semi-biométriques.

Après cette étape, les élus du peuple vont examiner la motion de défiance initiée par l’Udps Fabien Mutomb contre Monsieur le vice-Premier ministre, ministre en charge de l'Intérieur et Sécurité et la motion de défiance initiée par le MSR Muhindo Nzangi contre le ministre d'État en charge de la Justice et Garde des Sceaux.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

S’alignant presque sur la ligne de la Majorité présidentielle (MP), la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a laissé entendre que les élections reportées « au plus tard en décembre » auront...