A la Une

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

L’UE conditionne ses rapports avec la RDC au respect de « l’esprit de consensus de l’Accord de la Saint-Sylvestre »

L’UE conditionne ses rapports avec la RDC au respect de « l’esprit de consensus de l’Accord de la Saint-Sylvestre »

Réuni, hier lundi 11 novembre à Bruxelles, le Conseil de l'Union européenne, organe qui...

Anarchie dans la ville

Anarchie dans la ville

On n’est pas encore dans une situation d’état d’urgence. Mais, il faut reconnaître que,...

Loi électorale révisée : Grandes manœuvres politiques au Sénat

Loi électorale révisée : Grandes manœuvres politiques au Sénat

Programmé pour samedi dernier, l’examen en seconde lecture du projet de loi électorale révisée...

Les non-dits de Brazza

Les non-dits de Brazza

Brazzaville a organisé un mini-sommet, le samedi 9 décembre, qui a réuni trois présidents de la...

Imprimer

Internet coupé

Écrit par Ben-Clet, mercredi le . Publié dans Apostrophe

Que rapportent au trésor public les coupures d’internet décidées par les gouvernements africains ? Rien. Mais que gagnent les initiateurs de ce type de vexations ? Juste l’impression de plonger la tête dans une illusoire quiétude face à la pression des évènements.

Une étude conduite par Cipesa - Organisation de promotion des TIC en Afrique orientale et australe, basée à Kampala (Ouganda) - a publié, le 29 septembre 2017, les résultats de son enquête sur l’impact économique des coupures d’internet depuis 2015.

L'Éthiopie, la RDC et le Cameroun arrivent en tête du palmarès, avec des dizaines de millions de dollars de manque à gagner. Kinshasa, selon Cipesa, a été l’un des premiers gouvernements à mettre en place ces pratiques restrictives en Afrique subsaharienne. Et il a enregistré un manque à gagner de l’ordre de 46 millions USD au minimum.

Si la palme revient à l’Éthiopie, où les 36 jours d’interruption totale de tous les réseaux et les 7 jours de coupure des réseaux sociaux ont fait perdre 132,1 millions USD au pays, il faut également noter les 93 jours consécutifs de black-out imposé aux régions anglophones du Cameroun à compter du 16 janvier, qui auraient occasionné 38,8 millions USD de pertes.

Les dernières coupures concernent le Togo, en proie depuis plusieurs semaines à des manifestations de grande ampleur réclamant des réformes politiques et le départ du président Gnassingbé. Dans ce pays, chaque journée de black-out est évaluée à 243 507 USD par le Cipesa.

Cipesa, sachons-le, veut mettre en garde les gouvernements démocraticides contre les impacts de telles décisions «sur la vie de leurs citoyens, le profit de leurs entreprises, le PIB et la compétitivité de leurs pays».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les commentaires de Mr. Sébastien Impeto Pengo, ancien gouverneur de lEquateur de la République démocratique du Congo sur Le Journal ont attiré l'attention du public. Une grande attention a été attirée...