A la Une

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

L’UE conditionne ses rapports avec la RDC au respect de « l’esprit de consensus de l’Accord de la Saint-Sylvestre »

L’UE conditionne ses rapports avec la RDC au respect de « l’esprit de consensus de l’Accord de la Saint-Sylvestre »

Réuni, hier lundi 11 novembre à Bruxelles, le Conseil de l'Union européenne, organe qui...

Anarchie dans la ville

Anarchie dans la ville

On n’est pas encore dans une situation d’état d’urgence. Mais, il faut reconnaître que,...

Loi électorale révisée : Grandes manœuvres politiques au Sénat

Loi électorale révisée : Grandes manœuvres politiques au Sénat

Programmé pour samedi dernier, l’examen en seconde lecture du projet de loi électorale révisée...

Les non-dits de Brazza

Les non-dits de Brazza

Brazzaville a organisé un mini-sommet, le samedi 9 décembre, qui a réuni trois présidents de la...

Imprimer

La Chine se donne la « vocation de devenir un stabilisateur de la situation internationale »

Écrit par Matshi, lundi le . Publié dans Internationale

L’affirmation est de l’ambassadeur de Chine en RDC, Wang Tongqing, lors d’une réception qu’il a donnée vendredi 29 septembre au Grand Hôtel/Kinshasa à l’occasion de la célébration du 68ème anniversaire de la Fondation de la République populaire de Chine.

Dans son allocution de circonstance au cours de cette réception à laquelle avaient pris part les membres de la communauté chinoise à Kinshasa, des membres du Parlement et du gouvernement congolais, des membres et chefs des missions diplomatiques accrédités à Kinshasa ainsi que plusieurs autres invités, l’ambassadeur Wang a fait un bref historique de la fondation de la Chine, son évolution, ses perspectives médiates et à long terme ainsi que ses relations avec l’Afrique et la RDC.

Après les souhaits de bienvenus à ses invités, qu’il a répétés dans une langue locale, en l’occurrence le Lingala (Boyei bolamu),  l’Ambassadeur Wang Tongqing a rappelé que la République populaire de Chine a été fondée le 1er octobre 1949.

À partir de cette date-phare, devait-il ajouter,  « le Parti communiste chinois a pris le leadership de la nation chinoise et a conduit le peuple chinois avec courage et détermination vers un destin de grandeur, de puissance et de prospérité ».Déjà deuxième économie du monde, avait-il poursuivi, « la Chine continue à grands pas sa réalisation du ‘’Rêve chinois’’, celui du renouveau complet de la nation chinoise ». 

Au cours des cinq dernières années, sous la conduite du Comité central du PCC rassemblé autour du camarade XI Jinping, le peuple chinois a fonctionné, conformément à la stratégie en quatre volets, qui vise à accomplir la construction in extenso d’une société de moyenne aisance, à approfondir la réforme, à promouvoir l’État de droit et à renforcer la gouvernance stricte du Parti, afin de faire progresser le développement économique, politique, culturel, social et écologique du pays.

Selon le diplomate, la Chine a obtenu ainsi des résultats remarquables dans tous ces domaines. Elle a maintenu une croissance économique moyennement rapide, perfectionné la démocratie et l’État de droit et garanti des droits et de la dignité sans précédent au peuple chinois. 

S’agissant des perspectives médiates, l’ambassadeur Wang a révélé que le 18 octobre en cours, le PCC organisera son 19ème Congrès national,  pour dresser le bilan des cinq années écoulées, et en même temps pour mieux planifier le développement pour les cinq ans à venir. 

Pour l’ambassadeur Wang Tongqing, la Chine croit fermement en une communauté de destin pour toute  l’humanité, « elle demeure attachée et fidèle à sa voie de développement pacifique, et promeut en conséquence l’avènement d’un nouveau type de relations internationales caractérisées par la coopération gagnant-gagnant ».« Elle a vocation à devenir un stabilisateur de la situation internationale, un moteur de la croissance mondiale, une énergie positive de la paix et du  développement ainsi qu’une nouvelle force motrice de la gouvernance mondiale », a soutenu le diplomate chinois.

Pour lui, c’est compte tenu de cette vision qu’il faut comprendre l’organisation par la Chine, successivement en mai et en septembre de cette année, du Sommet sur la coopération internationale «une ceinture et une route» et du Sommet des BRICS, apportant une contribution importante à la paix et au développement du monde ainsi qu’à la prospérité et au progrès de l’humanité.

Relations sino-africaines et congolaises

En évoquant les relations entre le continent africain et la Chine d’une part, et entre celle-ci et la République démocratique du Congo, l’ambassadeur  chinois a d’abord relevé que l’attention de la Chine pour la marche du monde va aussi de pair avec sa sollicitude pour l’Afrique et pour la République démocratique du Congo. 

Ces dernières années, a-t-il dit, les relations sino-africaines ont connu un progrès considérable sur la base de l’amitié traditionnelle. « Les deux parties ont établi un partenariat stratégique global, inaugurant ainsi une nouvelle ère dans la coopération gagnant-gagnant et le développement partagé entre la Chine et l’Afrique ».

C’est ainsi que, grâce aux efforts conjoints des deux parties, la mise en œuvre des acquis du Sommet de Johannesburg du Forum sur la Coopération sino-africaine avance dans d’heureuses conditions.

Parlant particulièrement de la RDC, M. Wang a expliqué : « S’agissant de la République démocratique du Congo, nous ne nous lasserons jamais de rappeler qu’il s’agit à la fois d’un bon frère et un bon partenaire de la Chine en Afrique ». « L’amitié entre nos deux peuples remonte loin dans l’histoire. La Chine a donné d’importantes assistances désintéressées au développement socio-économique du Congo ». 

Il a fait remarquer que « L’immeuble du gouvernement qui vient d’être construit deviendra, tout comme le Palais du Peuple et le Stade des Martyrs, un symbole de la coopération amicale sino-congolaise. L’agriculture, la santé, l’éducation, la jeunesse, la promotion de la femme et d’autres domaines concernant le bien-être de la population sont les priorités dans le développement de notre coopération ».

En ce qui concerne les projets en cours, le diplomate chinois a révélé que « depuis le début de cette année, les études de faisabilité du Centre pilote agricole à Lubumbashi et du Centre de formation professionnelle à Kolwezi, ont été finalisées ».

Il a, de même, ajouté que le Centre culturel et artistique de l’Afrique centrale à Kinshasa est en conception. Les matériels agricoles, météorologiques et les instruments de musique offerts par la Chine ont été remis à leurs bénéficiaires congolais.

Et ce n’est pas tout. La Chine a d’ailleurs donné des aides d’urgence en devises à la RDC après la déclaration des épidémies de la fièvre jaune et d’Ébola, et les glissements de terrains dans la province de l’Ituri.

« Je voudrais profiter de cette occasion pour vous annoncer que le gouvernement chinois vient de décider d’accorder une aide en devises de (quelques centaines de) milliers de dollars américains à la RDC dans sa lutte contre le choléra qui fait maintenant des ravages dans ce pays ».

Dans le domaine de l’éducation, l’ambassadeur Wang a indiqué que cette année, plus de 50 étudiants congolais,boursiers du gouvernement chinois, sont déjà partis faire leurs études en Chine. Ce qui fait que plus de 1.500 Congolais ont reçu des formations en Chine.

Outre des étudiants boursiers, des représentants congolais de divers milieux, notamment de la sculpture, de la danse, des arts martiaux, du sport, de la jeunesse, de la femme, des médias et des chercheurs ont été invités à effectuer des visites en Chine.

Au regard de tous ces mouvements, il y a lieu d’affirmer que la base sociale des relations sino-congolaises a été consolidée et l’amitié entre les deux pays s’est enracinée dans les esprits, a fait remarquer l’ambassadeur Wang, avant d’évoquer le modèle de contrat sino-congolais signé entre les deux pays.

« Le modèle de la coopération mutuellement avantageuse entre la Chine et la RDC, représenté par le contrat sino-congolais, a connu d’importants progrès. L’investissement chinois en RDC a enregistré une forte augmentation, apportant une contribution positive à l’augmentation des recettes fiscales et à la création d’emplois du pays », a-t-il précisé.

Comme le dit un proverbe chinois, «avec le bon vent, il est grand temps de hisser les voiles à la rencontre de la mer immense». Tel est son souhait pour le futur des relations sino-congolaises.

Il n’a pas manqué de mettre l’accent sur les potentialités de la RDC. « La RDC, qui occupe en Afrique la deuxième position de par sa superficie et la quatrième de par sa population, possède en plus des atouts considérables de par sa position géographique privilégiée au cœur de l’Afrique et en termes de ressources naturelles et de dividende démographique. Elle s’offre d’emblée comme un nœud important dans la perspective de l’extension «une ceinture et une route» vers l’Afrique centrale et occidentale ».

Ainsi pour lui, « La coopération sino-congolaise a devant elle de belles perspectives et renferme un énorme potentiel de développement ». Sans doute pour tous ces facteurs, pourrait-on dire que la a Chine est prête à travailler ensemble avec la RDC pour approfondir, sur tous les plans, leur coopération dans l’intérêt de leurs deux peuples.

Mais le diplomate chinois n’ignore pas la situation politique difficile que connaît actuellement la RDC, reconnaissant, cependant la capacité du peuple congolais à se surpasser et arriver à y mettre fin.

« Nous savons que la République démocratique du Congo traverse une situation difficile, mais nous demeurons optimistes sur la capacité qu’a le peuple congolais de surmonter ces difficultés temporaires et embrasser un avenir prometteur », a-t-il indiqué.

« Autant nous militons pour la paix et la stabilité dans le monde, autant nous sommes tous appelés à soutenir les efforts de paix et de stabilité en République démocratique du Congo, gages de prospérité et de développement pour toute l’Afrique », s’est-il engagé, avant de souhaiter « prospérité à la République démocratique du Congo et à la République populaire de Chine et meilleur avenir aux relations sino-congolaises ».

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les commentaires de Mr. Sébastien Impeto Pengo, ancien gouverneur de lEquateur de la République démocratique du Congo sur Le Journal ont attiré l'attention du public. Une grande attention a été attirée...