A la Une

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

Les USA et l’UE sont d’accord pour une transition sans Kabila. Raison, préparer en toute sérénité...

La tension monte

La tension monte

Il n’y aura pas d’élections en décembre 2017. C’est une certitude. Comme en 2016, la République...

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

C’est un travail de promotion des investissements qu’est allé mener au Canada, à l’occasion du...

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Brazzaville accueille, ce jeudi, un sommet spécial de la CIRGL (Conférence internationale sur...

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Imprimer

Crise politique en RDC : les États-Unis en colère

Écrit par Le Potentiel, lundi le . Publié dans A la Une

La gestion de la crise politique en RDC a provoqué la colère des États-Unis. Le pays de Trump ne met plus de gangs pour accuser l'ONU de complaisance envers les autorités de Kinshasa qui ne se gênent pas de brimer les droits de l'Homme, tout en se livrant à des manœuvres éhontées de déstabilisation de leur propre pays pour se maintenir au pouvoir en dehors des élections et des prescrits de la Constitution.

Ayant compris que l'ONU, à travers ses structures spécialisées, cède au chantage, les États-Unis ont dénoncé de la manière la plus claire, par deux fois, cet état des choses. Washington veut qu'un ton ferme et des actions déterminées soient amorcées en RDC pour contraindre les tenants des violations permanentes des accords, voire la Constitution, de s’aligner sur le schéma de l’alternance.

 

 


Le représentant des États-Unis à Genève (Suisse) au siège du haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a exprimé à voix audible le mécontentement de Washington sur le traitement de faveur réservé aux autorités de Kinshasa qui sont la cause de la grave crise politico-économico-sécuritaire que traverse le pays. Par des stratagèmes, ces autorités ont multiplié à souhait des entraves au processus électoral en cours afin de permettre au chef de l'État Joseph Kabila de rester au pouvoir malgré la fin de son mandat, le 19 décmbre 2016, tel que prescrit dans la Constitution.

À travers des manœuvres dilatoires, dans les limites de l'acceptable, la ruse mise en place touche à la politique, à l'économique et à la sécurité. Sur le plan politique, c'est le ballonnement par la répression brutale de toute voix discordante. Ainsi, toutes les manifestations politiques pacifiques sont interdites afin de priver la vraie opposition de toute possibilité de mobilisation de la population.

Même la société civile est poussée au silence, particulièrement lorsqu'il s'agit des revendications liées à l'organisation des élections, spécialement la présidentielle. Ainsi, par la force, le régime compte demeurer au pouvoir jusqu'à se remplir pleinement les poches. Tout est fait pour que le président Kabila demeure le maître absolu de l'échéance et l'horloge en RDC.

Les arrestations massives et des tueries lors des manifestations sont la face visible de cette stratégie politique.

Sur le plan économique, la corruption et la mauvaise affectation des ressources publiques sont des éléments qui sont mis à contribution afin d'atteindre cet objectif. Les nominations de Samy Badibanga et, actuellement, de Bruno Tshibala découlent d'une volonté de doter le gouvernement d'un animateur politiquement faible, parce que sans base réelle ou coupé de sa base et le manipuler quitte à le jeter après usage.

Mais la surchauffe que cette gestion approximative cause à la population peut être considérée comme des crimes graves contre le peuple. Le nombre de morts causés par cette stratégie silencieuse d'extermination d'une population pour des fins politiques est difficilement perceptible et quantifié.

Sur le plan sécuritaire, le régime pèche par action et à certaines circonstances par omission, en laissant faire. Le cas de la milice Yakutumba est éloquent tout comme la déstabilisation du Kasaï.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Trois jours après l’attaque de son domicile, à Kinshasa, le président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), Joseph Olenghankoy, s’interroge sur l’absence d’intervention de la police. Celui...

Facebook FanBox