A la Une

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

Les USA et l’UE sont d’accord pour une transition sans Kabila. Raison, préparer en toute sérénité...

La tension monte

La tension monte

Il n’y aura pas d’élections en décembre 2017. C’est une certitude. Comme en 2016, la République...

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

C’est un travail de promotion des investissements qu’est allé mener au Canada, à l’occasion du...

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Brazzaville accueille, ce jeudi, un sommet spécial de la CIRGL (Conférence internationale sur...

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Imprimer

La Regideso élabore un schéma directeur de gestion intégrée des eaux urbaines

Écrit par Bienvenu Ipan, vendredi le . Publié dans Economie

L’atelier organisé, jeudi 28 septembre 2017 à l’espace Roméo Golf, a aussi procédé à l’étude de faisabilité de la desserte en eau potable à Kinshasa Ouest.

 

Le ministre de l’Énergie et Ressources hydrauliques, Ingele Ifoto, a procédé, hier jeudi 28 septembre, à la clôture solennelle des travaux de l’atelier de démarrage du projet « Élaboration du schéma directeur de gestion intégrée des eaux urbaines de la ville de Kinshasa et l’étude de faisabilité de l’approvisionnement en eau potable de Kinshasa Ouest ».

Le ministre de tutelle a salué les travaux de l’atelier qu’il juge d’intéressant, instructif, de par la qualité des exposés : « Vous conviendrez avec moi que les maladies d’origine hydriques comme le cholera autrefois éradiquées réapparaissent. La solution à ce problème est venue de vous (consultants), car nous associons l’eau et l’assainissement ».

Le ministre s’est aussi félicité de la réussite de l’étude de faisabilité en ce qui concerne l’alimentation en eau potable dans la ville de Kinshasa. « La méthodologie appliquée est passée par le diagnostic, l’analyse et la validation du schéma directeur. Je crois que cet atelier a été d’une grande réussite », a déclaré le ministre de l’Énergie et des Ressources hydrauliques, Ingele Ifoto.

D’après les exposés faits par les consultants, plusieurs problèmes affectent la gestion des eaux urbaines dans la ville de Kinshasa. Il y a entre autres, le manque de vision globale et une fragmentation du cadre institutionnel impliquant une multitude d’acteurs de plusieurs secteurs ; la structure obsolète des réseaux d’alimentation en eau potable (AEP) couplés des fuites, le non fonctionnement du vestige de réseau d’égouts datant de l’époque coloniale.

Nécessité de la GIEU

D’où la nécessité de recourir à d’autres stratégies de planification comme celle de la gestion intégrée des eaux urbaines (GIEU). La GIEU considère l’ensemble du système urbain des eaux en incorporant toutes les ses parties (AEP, assainissement, eaux usées, eaux pluviales) et les reconnaissant comme un système intégré. L’objectif de la GIEU est de développer et gérer le système urbain des eaux en tenant compte des intérêts techniques, sociaux, économiques et environnementaux en assurant la sécurité de l’eau et la durabilité.

La GIEU a ses principes, à savoir la gouvernance (l’implication de la politique gouvernementale, du cadre opérationnel et des personnes concernées) ; le service (qui comprend les réseaux d’assainissement et d’eau potable, la gestion des eaux pluviales, l’exploitation et l’entretien du réseau et la qualité de l’eau) ; les ressources en eau (l’utilisation des eaux usées, eaux de pluie, eaux de surface, eaux noires, eaux grises,…) ; les villes offrent beaucoup d’opportunités (l’urbanisation permet de mettre en place une gestion efficace et apporter l’eau potable et l’assainissement au plus grand nombre, les villes sont génératrices de richesses, d’emplois, d’innovations et de créativité pour augmenter les revenus des ménages).

Les composantes de ce projet financé par la BAD sont l’élaboration du schéma directeur-GIEU de Kinshasa et l’Étude de faisabilité de l’alimentation en eau potable pour Kinshasa Ouest, le renforcement des capacités et la gestion du projet.

Le projet aura un coût total de 2.459.000euros et une durée de 24 mois. Il vise à accroître les capacités de planification stratégique, de mobilisation et de gestion des investissements à court, moyen et long terme pour l’AEPA de Kinshasa-Ouest.

Prochaines étapes

À la fin de ce projet de GIEU, la RDC devra définir un cadre institutionnel propice à une gestion intégrée de l’AEPA en vue d’assurer une meilleure planification, coordination, implication des communautés, harmonisation des interventions ; établissement de l’état des lieux des eaux urbaines et de l’environnement ; analyse des scénarios de gestion : conventionnelle, gestion intégrée, mixte ; élaboration de la GIEU et du plan d’investissement à l’horizon 2035 décliné en un ensemble de projets ; élaboration de la notice d’impacts et des mesures ; élaboration des indicateurs et de la stratégie de mise en œuvre.

Les résultats attendus par l’étude de faisabilité de l’AEP pour Kinshasa-Ouest sont l’analyse du besoin en eau ; la modélisation hydraulique du réseau ; l’établissement du schéma des extensions et renforcement des réseaux de distribution d’eau ; la restructuration et la sectorisation du réseau ; l’élaboration du plan d’investissement prioritaires ; l’élaboration de la notice d’impacts ; l’élaboration de la stratégie de mise en œuvre, et du plan de financement.

À ce niveau, les consultants ont insisté sur le fait que toutes les parties prenantes, à tous les niveaux, devront être sensibilisées à travailler ensemble, à casser les barrières politiques et institutionnelles pour un but commun, à savoir l’eau potable pour tous !

Les prochaines étapes seront notamment la mise en place des structures de pilotage, de gestion et de suivi du projet, le lancement du projet, le recrutement et signature du contrat avec les consultants, le démarrage des études en cours, l’élaboration et la validation du SD-GIEU de Kinshasa et de l’étude de faisabilité de la desserte en eau potable de Kinshasa Ouest, la sensibilisation pour l’appropriation par les autorités responsables et acteurs clés du SD-GIEU de Kinshasa ainsi que de l’étude de faisabilité et documents de projets bancables pour Kinshasa Ouest, le renforcement des capacités nationales de gestion et de suivi du secteur au profit des cadres de la REGIDESO, de la DNA et de la ville. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Trois jours après l’attaque de son domicile, à Kinshasa, le président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), Joseph Olenghankoy, s’interroge sur l’absence d’intervention de la police. Celui...