A la Une

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

Les USA et l’UE sont d’accord pour une transition sans Kabila. Raison, préparer en toute sérénité...

La tension monte

La tension monte

Il n’y aura pas d’élections en décembre 2017. C’est une certitude. Comme en 2016, la République...

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

C’est un travail de promotion des investissements qu’est allé mener au Canada, à l’occasion du...

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Brazzaville accueille, ce jeudi, un sommet spécial de la CIRGL (Conférence internationale sur...

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Imprimer

Fisc : le gouvernement demande aux opérateurs économiques de payer en monnaie de transaction

Écrit par Rich Ngapi, jeudi le . Publié dans Economie

Afin de permettre à l'État de disposer des devises étrangères, les opérateurs économiques sont appelés à payer les FISC en monnaie de transaction. Les directives leur ont été données, hier, par le ministre d’État en charge de l’Économie nationale.

Le ministre d'État, ministre  de l'Économie nationale, Joseph Kapika, a présidé hier mercredi 27 septembre 2017, la réunion du comité de suivi des prix des produits de première nécessité qui a réuni les experts des régies financières, d'une part, et les opérateurs économiques membres de la FEC (Fédération des Entreprises du Congo), COPEMECO (Confédération des petites et moyennes entreprises congolaises) et la FENAPEC (Fédération Nationale des Artisans, Petites et Moyennes Entreprises du Congo), d'autre part. Il était question, pour le ministre de l'Economie, de leur communiquer la redynamisation des activités de ce comité au regard des enjeux de l'heure.

Concrètement, le ministre d’État leur a transmis une nouvelle disposition, sur ordre de la hiérarchie. En effet, dans le souci de permettre à l'État de disposer des moyens de paiement en devises étrangères, il est demandé à tous les opérateurs économiques de s'acquitter des droits, impôts, taxes et redevances dus au Trésor public dans la monnaie ayant fait l'objet de la transaction.

« À l'issue des contrôles des prix lancés il y a peu, il a été constaté que  des opérateurs économiques détiennent deux livres de caisse et deux livres de Banque. Ils perçoivent l'argent soit en monnaie locale ou en devise. À l'occasion de ces transactions, il y a des impôts et taxes de l'État qui sont compris dans le coût de la facture, qu'il s'agisse des ventes en FC ou en devise. Ainsi, je demande à tous les opérateurs économiques de verser pour le compte du trésor public ce qui revient à l'État en monnaie de transaction », a annoncé M. Kapika, tout en indiquant qu'il est prévu d'autres contrôles économiques à partir du 30 novembre 2017 pour veiller au respect de cette nouvelle disposition.

Il convient de rappeler que cette commission qui avait déjà été mise en place depuis quelques années, mais qui a connu certaines léthargies par rapport à ces activités, a un rôle important à jouer dans les stratégies de la baisse des prix des produits de première nécessité pour maintenir la stabilité du pouvoir d'achat des consommateurs.

Il doit veiller et mettre en place les mesures nécessaires pour baisser les prix des produits de première nécessité en RDC et de dénicher ceux qui coûtent cher par rapport au pouvoir d'achat de la population.

 

Par ailleurs, Joseph Kapika a échangé avec ses interlocuteurs sur la stabilisation du taux de change, les efforts du gouvernement pour faire revenir à la normale les prix sur le marché et sur les mesures à prendre à l'approche des festivités de fin d'année pour qu'il n'y ait pas rupture de stocks des produits de première nécessité ni surenchère en ce qui concerne les prix parce que  ledit comité s'est engagé dans la voie de les surveiller et de les maîtriser .                        

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Trois jours après l’attaque de son domicile, à Kinshasa, le président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), Joseph Olenghankoy, s’interroge sur l’absence d’intervention de la police. Celui...