A la Une

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

Les USA et l’UE sont d’accord pour une transition sans Kabila. Raison, préparer en toute sérénité...

La tension monte

La tension monte

Il n’y aura pas d’élections en décembre 2017. C’est une certitude. Comme en 2016, la République...

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

C’est un travail de promotion des investissements qu’est allé mener au Canada, à l’occasion du...

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Brazzaville accueille, ce jeudi, un sommet spécial de la CIRGL (Conférence internationale sur...

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Imprimer

Kinshasa : des étudiants de l’UPN manifestent bruyamment

Écrit par Florent N’LUNDA , publié mardi 26 septembre 2017 le . Publié dans Société

Des étudiants de l’Université pédagogique nationale (UPN) ont protesté contre le fait que leurs recours en délibération de la première session de l’examen n’aient pas été traités par le corps académique de cette université. Beaucoup de dégâts matériels sur les bus TRANSCO et d’autres véhicules privés ont été enregistrés lors de la manifestation.

Ça y est. Ce que l’on craignait est arrivé. La tension qui couvait à l’Université pédagogique nationale (UPN) a dégénéré. Cette tension fait suite au mouvement de grève du corps académique qui revendique l’indexation des salaires au taux budgétaire de 1 425 francs congolais le dollar américain. Les étudiants en ont fait les frais, précisément ceux qui ont introduit le recours en délibération de la première session de l’examen. Leurs recours n’ont pas été pris en compte par le corps académique de cette Alma Mater.

A deux reprises, la date du début de la deuxième session a été décalée, les grévistes s’y étant opposé parce que n’ayant pas encore eu gain de cause à leurs revendications.

Comme convenu par la direction de l’université et les grévistes, la date du lundi 25 septembre a été finalement retenue comme début de la deuxième session de l’examen. Seulement, les choses ne se sont pas passées comme convenu. Cela du fait de l’effervescence observée sur le site universitaire.

Les étudiants qui avaient introduit leurs recours en délibération de la première session ont manifesté bruyamment. Dépêchés sur le lieu, les éléments de la Police nationale congolaise (PNC) ont dispersé les manifestants à coup de gaz lacrymogènes. La manifestation a perturbé momentanément la circulation sur la Route de Matadi qui longe le site universitaire, renseigne Radio Okapi.

Selon les étudiants contactés par la radio onusienne, les manifestants protestaient contre le fait que leurs recours en délibération de la première session n’aient pas été traités par le corps académique, alors que les épreuves de la deuxième session viennent de débuter. «Certains professeurs ont la bonne foi de commencer la deuxième session, mais pas d’autres », a déploré un manifestant.

La police rapporte que ces étudiants en colère sont sortis de leur campus et ont barricadé la route. Ils ont caillassé plusieurs véhicules, dont des bus TRANSCO (société des transports du Congo), affirme la même source.

La police est intervenue avec des gaz lacrymogènes pour contenir les étudiants à l’intérieur de leur campus. Le commissaire provincial de la police de Kinshasa, le général Sylvano Kasongo, indique que la situation est sous contrôle : « Les étudiants ont leurs problèmes internes. Mais, au lieu de rester à l’intérieur de leur site, ils ont sortis, ils ont barré la route, ils ont caillassé des véhicules. Il y a beaucoup de dégâts matériels sur les bus TRANSCO et d’autres véhicules privés. La police est intervenue. Nous avons rétabli l’ordre public».

Dans un autre registre, Radio Okapi signale que les étudiants de l’Institut supérieur pédagogique (ISP)/Bukavu (Sud-Kivu) ont organisé dimanche 24 septembre un sit-in devant le bâtiment occupé par certains professeurs de cette institution dans la commune d’Ibanda. 

Selon le porte-parole des étudiants de l’ISP/Bukavu, ils manifestent pour dénoncer la spoliation de cet bâtiment, patrimoine de l’ISP/Bukavu, par un particulier qui menace de déguerpir les occupants.

La même source précise que sept familles de leurs professeurs habitent actuellement cet appartement acheté depuis 1981.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Trois jours après l’attaque de son domicile, à Kinshasa, le président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), Joseph Olenghankoy, s’interroge sur l’absence d’intervention de la police. Celui...