A la Une

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

Les USA et l’UE sont d’accord pour une transition sans Kabila. Raison, préparer en toute sérénité...

La tension monte

La tension monte

Il n’y aura pas d’élections en décembre 2017. C’est une certitude. Comme en 2016, la République...

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

C’est un travail de promotion des investissements qu’est allé mener au Canada, à l’occasion du...

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Brazzaville accueille, ce jeudi, un sommet spécial de la CIRGL (Conférence internationale sur...

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Imprimer

Baptême du livre « La saison sèche est pluvieuse. L’audace de dresser le front pour un autre Congo »

Écrit par Bienvenu Ipan, Publié lundi 25 septembre 2017 le . Publié dans Culture

Dans cet ouvrage, l’auteur s’efforce de tordre le coup à la désespérance nationale en invitant à l’action et à l’engagement pour un Congo meilleur.

Le professeur Isidore Ndaywel n’est pas seulement un historien. Il est aussi un citoyen qui s’est toujours préoccupé d’apporter sa contribution au progrès de la communauté dans laquelle il vit. Comme étudiant, il organise en 1965 et 1966 les opérations « Debout-Satan » et « Debout-Idiofa », qui étaient des actions de soutien au redressement de ces milieux particulièrement touchés par les rébellions. Il vient de publier le livre « La saison sèche est pluvieuse. L’audace de dresser le front pour un autre Congo ».

Nourri des travaux de l’historien, l’œuvre scientifique et littéraire est cependant avant tout une réflexion du citoyen sur la situation de la République démocratique du Congo et une proposition de mesures et stratégies qui pourraient contribuer à sortir ce pays « de la crise particulièrement grave à laquelle il est actuellement confronté ». Une de ses préoccupations est de renforcer l’identité et le sens de la dignité des Congolais.

Pour lui, la RD Congo d’aujourd’hui s’enracine dans un passé lointain, beaucoup plus profond que l’époque coloniale et la première caractéristique de l’héritage de ces premiers ancêtres est « la passion du progrès, la recherche du meilleur pour soi et pour les leurs ». Ce livre qui s’achève avec quelques textes fondateurs, notamment de Joseph-Albert Malula, de Patrice-Emery Lumumba et de l’Accord politique du 31 décembre 2016, se veut une invitation à l’action et à l’engagement pour un Congo meilleur.

Baptême du livre

Le président du Conseil d’administration des Instituts supérieurs, techniques et artistiques du Congo, le professeur Nestor Mpey Niango, a procédé, le samedi 23 septembre, au baptême du livre édité chez MÉDIASPAUL et préfacé par Léon de Saint Moulin.Le vernissage a eu lieu à l’hôtel Béatrice, situé à Gombe, en présence notamment du président et du vice-président du Sénat, des députés, du ministre de la Communication et des Médias, du Nonce apostolique, de l’ambassadeur du Royaume de Belgique en RDC et des représentants des organismes internationaux.

« Ce livre est non seulement le prolongement du discours contenu dans l’ouvrage Invention du Congo contemporain (du même auteur), il est également un discours plus corsé qui ne nous permet plus des hésitations. Nous sommes invités à nous lancer dans l’action. Alors si je ne suis pas encore évêque, du moins je crois avoir l’onction de procéder à son baptême. Je lui souhaite succès et une carrière fructueuse », a déclaré le représentant de Mgr Tharcisse Tshibangu Tshishiku.

Pour l’auteur, « ce livre n’a aucune prétention intellectuelle. Il ne peut pas non plus s’offrir le luxe d’être simplement intéressant pour orner les rayons des bibliothèques et servir de passe-temps à quelques lecteurs. Il se considère en réalité comme une constitution et un soutien à l’action. J’ai voulu ici tenir le langage du cœur et m’efforcer de tordre le coup à la désespérance nationale ».

Le plaidoyer de ce livre, précise-t-il, invite à renouer avec ce qu’il appelle « le code de bonne conduite du chasseur » qui consiste à prendre en toute conscience ses risques pour la recherche du bien-être de la communauté. « C’est cette dynamique précisément dont nous avons besoin pour vaincre l’inertie de manière totale. Je reste pour ma part convaincu que le développement de ce pays sera l’œuvre des inconditionnels du progrès social. Ceux qui vivent la passion de cette société, ceux qui sont hantés par le souci de son décollage et qui sont prêts à des engagements pour améliorer les conditions de vie de ce vaillant peuple. C’est pourquoi cet ouvrage s’est voulu un hommage à ceux qui se trouvent engagés dans ce combat en acte et en vérité». Ces inconditionnels, on les retrouve parmi les journalistes engagés, parlementaires debout, syndicalistes, hommes d’affaires, acteurs politiques et de la Société civile.  

Dans sa lecture d’historien rendue publique par le professeur Yoka Lye, le professeur Elikya Mbokolo affirme que « le Congo n’est pas maudit…Le Congo a besoin de connaître son histoire. Autrement dit, d’avoir des historiens nombreux, audacieux, créatifs, imaginatifs et générateurs de ces postures qui permettent de produire enfin un futur différent du passé, tel est l’ambition de notre métier et l’objectif du livre de notre collègue Isidore Ndaywel ».

Pour sa part, Joseph Ndundu Kivwila, professeur d’Art dramatique à l’Institut national des arts (INA), a retracé le parcours commun qu’il a partagé avec l’auteur du livre, notamment à Thésée, en France.

Dans une lecture sociopolitique, l’opérateur culturel et acteur de la Société civile, Jean-Marie Ntantu-Mey, a indiqué, qu’au regard de cette saison sèche (devant des situations imprévisibles, inattendues), l’auteur invite le peuple congolais à s’unir, à fédérer ses intelligences pour le développement du pays.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Trois jours après l’attaque de son domicile, à Kinshasa, le président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), Joseph Olenghankoy, s’interroge sur l’absence d’intervention de la police. Celui...