A la Une

Contentieux Dispromalt – Stade des Martyrs : Le règne de l’arbitraire

Contentieux Dispromalt – Stade des Martyrs : Le règne de l’arbitraire

Le torchon brûle entre la société Dispromalt, spécialisée dans l’affichage publicitaire, et le...

Les humeurs

Les humeurs

On ne cessera jamais de le dénoncer. La gestion opaque des deniers publics reste une...

Le président Kabila intervient ce samedi devant l’Assemblée générale de l’ONU

Le président Kabila intervient ce samedi devant l’Assemblée générale de l’ONU

Après Kananga où il a inauguré mardi dernier le forum sur la paix et le développement dans...

Transition sans Kabila : HRW pousse l’ONU à l’action

Transition sans Kabila : HRW pousse l’ONU à l’action

L’hypothèse d’une transition sans le président Kabila gagne de plus en plus du terrain. Elle a...

Laissés pour compte

Laissés pour compte

La République démocratique du Congo traverse l’une des crises la plus dangereuse de son...

Imprimer

Vient de paraitre : « Ma foi de théologien africain aujourd’hui » de Kä Mana

Écrit par Stanislas Ntambwe, publié mercredi 13 Septembre 2017. Publié dans Online Dépêches

Le livre « Ma foi de théologien africain aujourd’hui » du professeur Kä Mana, trace la voie d’un christianisme global africain comme projet à l’intention du monde d’aujourd’hui, dans une perspective d’inter-fécondation des confessions chrétiennes de foi ouvertes aux dynamiques culturelles de différentes matrices spirituelles de l’humanité.

L’auteur affirme que dans le contexte actuel de quête d’une « altermondialisation » à la hauteur de grands rêves et de grandes espérances des peuples, « cette voie fait partie de nouveaux enjeux de la mission des communautés chrétiennes du continent africain ».

« J’entreprends de la penser ici à partir de mon propre itinéraire de chrétien et de ma propre expérience de vie comme théologien africain », précise Kä Mana. Avant d’ajouter qu’ « il s’agit de l’expérience et de l’itinéraire d’un homme qui a quitté son pays, la République Démocratique du Congo, et son Eglise-mère, l’Eglise catholique, sans rompre les amarres, dans le but de se mettre sur les routes du vaste monde des civilisations, des nations, des cultures et des confessions religieuses, avant d’entreprendre un retour progressif vers sa terre natale et son Eglise d’origine, le cœur plein de richesses récoltées au cours d’un voyage qu’il a considéré comme un voyage initiatique au sein de quêtes spirituelles essentielles de l’humanité ».

Appel à une mission

Dans ce livre, le philosophe Kä Mana se concentré sur le monde des christianismes et les horizons chrétiens de la foi dont il sent qu’ils ne peuvent être aujourd’hui pour l’Afrique, qu’un « appel à une mission mondiale des communautés chrétiennes africaines ». Cette mission, explique-t-il, « c’est de proposer à l’ensemble de l’humanité la vision d’un christianisme global ouvert à toutes les forces spirituelles et religieuses des peuples, à partir de l’expérience africaine de la vie dans les vicissitudes de l’histoire ». Surtout l’histoire du monde moderne qui a été pour notre continent, un vrai destin initiatique dont les chrétiens devraient maintenant saisir et vivre le sens profond.

« Quand on a subi ce que nous avons subi, nous Africains, dans le monde moderne, après avoir été ce que nous avons été dans la construction de l’idée d’humanité dans l’histoire, on porte des valeurs, on possède des espérances et on nourrit des rêves qui sont essentiels pour de nouvelles perspectives spirituelles au service du monde comme celui où nous vivons : ce monde à transformer par une nouvelle énergie de foi que désigne le terme d’altermondialisation », croit savoir.

Convaincu que cette énergie a besoin de la contribution de tous ceux qui croient que le monde peut être changé en communauté de destinée et transformé en limon du bonheur partagé, Kä Mana propose ici, ce que son itinéraire initiatique lui appris concernant l’exigence d’inter-fécondation des communautés chrétiennes pour l’émergence d’un christianisme global au cœur du monde global.

Ferment d’avenir

« Je vois ce christianisme comme un espace de regard, de vitalité nouvelle et d’interrogation critique sur ce que sont et vivent les chrétiens et les chrétiennes d’Afrique dans les profondeurs de leur foi. Avec toutes leurs richesses et toutes leurs limites, dans toutes leurs splendeurs et toutes leurs faiblesses », pense-t-il. Tout cela, selon la perspective d’enrichir et de se laisser enrichir par les innombrables imaginaires spirituels où Dieu deviendrait un ferment d’avenir, si l’humanité décide de devenir suffisamment lucide pour rompre avec toutes les pathologies où les religions qui se sont enfermées et ont enfermé le monde tout au long de leur histoire tourmentée et tumultueuse.

« L’Afrique peut-elle assumer aujourd’hui cette mission ? », s’interroge l’auteur. « Sans aucun doute », répond-t-il. Il faudra pour cela, « une vision forte d’un panafricanisme spirituel que mon itinéraire dans les christianismes africains me fait sentir comme une possibilité de nouvelle vitalité humaine et de nouvelle saveur d’avenir, avec des hommes et des femmes de foi, avec des peuples et des nations décidés véritablement à changer le destin de la planète sur la base du courage de croire aux possibilités d’un autre monde possible qu’offrent la ferveur de Dieu en l’homme et l’espérance de l’homme en Dieu », croit-il savoir.

Par ailleurs, Kä Mana croit fermement à cet horizon et il a écrit ce livre, confie-t-il, « pour dire comment l’Afrique pourra l’ouvrir et s’y engager à travers le ferment de ses christianismes ». « Ma foi de théologien africain aujourd’hui » est publié dans la collection « Souffles », aux Editions de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs (ULPGL) à Bukavu.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le 21 septembre de chaque année, le monde entier célèbre la Journée mondiale de la paix. Au-delà de plusieurs activités prévues, en marge de cette journée, une cérémonie officielle a été organisée, le...