A la Une

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

La RDC est au cœur de grands enjeux au niveau mondial, notamment en ce qui concerne  le...

Savoir partir

Savoir partir

Pas de sang versé, respect de textes, certes, dans un contexte quelque peu étrange ! Le Zimbabwe...

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Pour n’avoir pas obtenu satisfaction à sa question orale avec débat adressée à Martin...

Vivement les élections

Vivement les élections

La Céni a fixé le cadre pour la tenue d’élections à la date du 23 décembre 2018.

Imprimer

Kwilu : un bus se renverse près de Kikwit, sept morts et soixante blessés

Écrit par D. Ngandu Mupompa, Publié lundi 11 Septembre 2017 le . Publié dans Provinces

L’excès de vitesse et la surcharge sont souvent à la base d’accidents de la circulation en République démocratique du Congo.

Dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 septembre 2017, vers 23h00’, un bus de transport s’est renversé au niveau du pont Kwenge, à quelques kilomètres de la ville de Kikwit, sur la route nationale N°1, dans la province du Kwilu, rapporte Radio Okapi.

Selon le premier bilan, sept personnes sont mortes et soixante autres, dont trente-quatre enfants, ont été blessées dans cet accident de la circulation.

Relatant les faits, les témoins ont fait savoir que ce bus dénommé VIP des établissements « Agence Léopard International express », provenait de Kikwit et allait à Kinshasa. Suite à l’excès de vitesse, il s’est renversé au niveau du pont Kwenge vers 23 heures. Les morts et les blessés ont été acheminés la même nuit à l’Hôpital général de référence de Kikwit 1.

« En priorité, ce sont les blessés que nous avons amenés à l’hôpital. Les ambulances ont fait des tours. La particularité de ces blessés, ce sont des enfants. Nous avons 33 enfants avec fractures, blessures, avec éviscérations. Ce sont des situations très calamiteuses. Nous avons demandé aux médecins de venir nuitamment à l’hôpital, parce que les infirmiers sont en grève », a déclaré le Dr Adu  Kabobi Aduyenji, médecin directeur de l’Hôpital de référence de Kikwit 1.

Selon la Police de circulation routière, la plupart de ces accidentés proviennent des régions du Kasaï et n’ont pas des familles à Kikwit.

La grève des infirmiers aggrave la situation

À ce sujet, le médecin directeur de l’hôpital de référence de Kikwit a déclaré que son institution n’a pas de moyens suffisants pour prendre en charge toutes ces victimes. C’est ainsi qu’il appelle les autorités et les personnes de bonne volonté à venir en aide à cet hôpital, afin de faire face à ce drame inattendu.

« On n’a pas assez de moyens. La prise en charge pose problème parce que c’est une catastrophe. Nous ne sommes pas habitués à ces genres de catastrophes. Tous ces malades doivent être soignés, nourris. Nous devons enterrer les morts. Mais nous n’avons pas de moyens qu’il faut », a déploré le docteur Adu  Kabobi Aduyenji.

Pour aller chercher les médecins en urgence, l’hôpital, qui dispose de moins d’ambulances, a recouru aux véhicules de la Mairie de Kikwit.

Le drame routier survenu dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 septembre 2017 n’est pas le premier dans cette province.

À titre illustratif, un accident de la circulation avait provoqué six morts et neuf blessés graves dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 juillet 2015 au village Mabaya-tatu, toujours sur la route nationale N°1, à 63 Km au sud-est de Kikwit. La Police de circulation routière, qui avait donné ces chiffres, avait précisé qu’un camion chargé des sacs de ciment et roulant à une vitesse excessive s’était renversé. Les blessés avaient été évacués à l’Hôpital général de référence de Kikwit 1.​

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

N’étant pas convaincue des chiffres publiés par la Céni concernant l’opération d’enrôlement des électeurs, la CASE invite la Céni à plus de responsabilité de vérité....