A la Une

Contentieux Dispromalt – Stade des Martyrs : Le règne de l’arbitraire

Contentieux Dispromalt – Stade des Martyrs : Le règne de l’arbitraire

Le torchon brûle entre la société Dispromalt, spécialisée dans l’affichage publicitaire, et le...

Les humeurs

Les humeurs

On ne cessera jamais de le dénoncer. La gestion opaque des deniers publics reste une...

Le président Kabila intervient ce samedi devant l’Assemblée générale de l’ONU

Le président Kabila intervient ce samedi devant l’Assemblée générale de l’ONU

Après Kananga où il a inauguré mardi dernier le forum sur la paix et le développement dans...

Transition sans Kabila : HRW pousse l’ONU à l’action

Transition sans Kabila : HRW pousse l’ONU à l’action

L’hypothèse d’une transition sans le président Kabila gagne de plus en plus du terrain. Elle a...

Laissés pour compte

Laissés pour compte

La République démocratique du Congo traverse l’une des crises la plus dangereuse de son...

Imprimer

Dicophobie

Écrit par Ben-Clet, Publié lundi 11 Septembre 2017. Publié dans Apostrophe

Dicophobie. Le mot n’est peut-être pas encore répertorié dans le Petit Robert ou le Petit Larousse. Mais les érudits, eux, savent, en décomposant le substantif, lui trouver le sens. Quant aux non-initiés, ils retiendront désormais que «dico» signifie «dictionnaire» et que «phobie» (φοβία, en grec) renvoie à «crainte excessive».

Le néologisme veut tout simplement décrire des gens qui ont une peur bleue de consulter un dictionnaire. Est-ce parce qu’ils se sentiraient capables de trouver, par eux-mêmes, l’orthographe de tous les mots ou le sens de toutes les expressions ? Et même si c’était le cas, ces dicophobes méritent-ils, pour cet exploit, dénonciation ou ovation ?

En vérité, en vérité, je vous le confie : les jeunes d’aujourd’hui, -élèves, étudiants ou ex-étudiants - plus scotchés sur WhatsApp, Facebook, YouTube, expriment, dans leur attitude une corrosive antipathie envers Robert et Larousse. Résultat : soumis à une dictée, ils crachent tout ce qui sort de leurs tripes. C’est-à-dire des conneries ayant quelque ressemblance avec des mots français !

Ce méga-péché de la jeunesse numérisée s’invite également, sans pudeur, dans les salles de rédaction. Qu’un stagiaire en SIC vous soit recommandé par son université pour des travaux pratiques, soyez calme : votre vieux dictionnaire ne sera ni violenté ni violé une seule fois par votre hôte. En revanche, ses «articles» dans un français approximatif–sorte de langue d’oïl ou langue d’oc - vous donneront le tournis.

Stop à nos illustres dicophobes ! Ils poussent leur idolâtrie jusqu’à renier Maurice Grevisse, l’auteur de la grammaire (grand’mère) de leurs parents. Ô quelle génération !

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le 21 septembre de chaque année, le monde entier célèbre la Journée mondiale de la paix. Au-delà de plusieurs activités prévues, en marge de cette journée, une cérémonie officielle a été organisée, le...