A la Une

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

Au Zimbabwe, l’après-Mugabe se dessine. L’heure est aux négociations entre les galonnés de...

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

Imprimer

Violences au Kasaï : l’Église catholique s’inquiète de nombre de morts

Écrit par Le Potentiel, Publié dimanche 10 Septembre 2017 le . Publié dans Online Dépêches

Séjournant depuis la semaine dernière à Kananga pour une visite de consolation, la commission de communication du nonce apostolique révèle un bilan lourd dans le Kasaï, près de 4 000 morts.

Représentée par Mgr Montemayor Mariano, la Commission de communication du nonce apostolique  a révélé les réalités d’une note technique datant du 19 juin, où le nombre de « décès signalés » est de 3 383 dans la région du Kasaï, depuis le début des violences, en octobre 2016.

Selon l’Eglise catholique, il s’agit d’un bilan plus alarmant que les annonces précédentes de l’Organisation des Nations unies (ONU), faisant état de 4 000 morts.

À ce bilan macabre revu à la hausse, l’ambassadeur a ajouté les découvertes de 30 fosses communes (42 pour l’ONU) et 20 villages entièrement détruits. Depuis octobre 2017, il sied de noter que les violences dans le Kasaï ont touché également les provinces limitrophes du Kasaï Central, Kasaï Oriental et Lomami. Cela a entraîné l’insécurité grandissante au centre du pays.

À l’origine, l’assassinat par les forces de l’ordre du chef coutumier Kamuina Nsapu. « Nous tenons ces chiffres de sources sûres », a déclaré un  proche du nonce apostolique. « Dès le début du conflit, nous avons mis en place un dispositif pour répertorier de manière immédiate les violences perpétrées », a-t-il renchéri. Selon lui, ce dispositif s’appuie sur des structures dans différents diocèses dont les informations sont regroupées par une commission diocésaine.

Etant présente dans tous les villages, l’Église catholique a ainsi accès à des zones non couvertes par l’ONU. Raison pour laquelle cette Eglise a payé un lourd tribut de ces violences : 60 paroisses et 34 maisons religieuses ont été endommagées en quelques mois ainsi qu’une trentaine de structures sanitaires et 141 écoles catholiques, rapporte la commission de communication du nonce  apostolique sur le site 7sur7.cd.

Cinq séminaires, dont deux grands séminaires, ont également été contraints à la fermeture, comme le grand séminaire de Malole de Kananga qui a été  saccagé par des miliciens avant d’être délogés par les forces de l’ordre.

Pour rappel,  Mgr Mariano Montemayor et le président de la Commission épiscopale nationale du Congo (Cenco), Marcel Utembi Tapa, séjournent depuis jeudi à  Kananga pour une visite de consolation. Pendant son séjour, il  officiera des messes à Kananga tout comme à Luiza. Son programme prévoit également des visites aux centres nutritionnels.

 

Eu égard à cette violence au Kasaï, l’Eglise catholique plaide pour une justice internationale. Ce, en vue de condamner les responsables des crimes perpétrés dans cette partie de la République.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Un millier de personnes ont manifesté samedi 18 novembre 2017 à Paris contre des cas d'esclavage en Libye dénoncés dans un documentaire choc de la chaîne américaine CNN....