A la Une

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Soutien improductif

Soutien improductif

La République démocratique du Congo est en train de sombrer. La crise politique ne fait que...

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

La tenue d’élections étant exclue cette année, l’après-décembre 2017 reste un mystère. Raison...

Imprimer

Un zèle trompeur

Écrit par Ben-Clet, publié mercredi 06 Septembre 2017 le . Publié dans Apostrophe

Les news en provenance de Lubumbashi ne sont pas réconfortantes. Surtout quand elles touchent à la politique. Preuve : les Droits-de-l’hommistes ne cessent de dénoncer les interdictions intempestives des manifestations initiées par les animateurs du Rassemblement de l’opposition.

En témoignent les fréquents déploiements des policiers suffisamment armés pour «protéger», en l’isolant, le domicile de Gabriel Kyungu wa Kumuanza. Mais aussi pour «escorter» celui-ci - sans l’avoir sollicité - chaque fois qu’il se déplace, dimanche, aux fins de rendre grâce à Dieu dans une église de Lubumbashi. Le même manège est observable quand la base de son parti tente de le joindre pour s’abreuver dévotement à sa bible.

Ces insolites «encadrements policiers» ne sont pas réservés qu’à «bába» Kyungu. Le député national Christian Mwando Nsimba, fils d’un autre patriarche disparu, subit les mêmes harcèlements, imaginés pour l’empêcher, lui aussi, de communier avec ses militants.

Constat : quoi que fassent policiers et autres agents de sécurité pour les intimider, Kyunguistes et Mwandistes aspirent déjà à la radicalisation. Ils n’entendent pas fléchir un jour. Et quand les autorités civiles et militaires de Lubumbashi manifestent un zèle peu ordinaire dans la traque musclée du Rassemblement, le pays entier rit sous cape. «L’intolérance politique entre Katangais a exceptionnellement dépassé les bornes à Lubumbashi», ironise-t-on dans les 25 autres provinces.

Au fait, quel dividende gagnerait Joseph Kabila en entretenant une division politique artificielle de la société katangaise ? Les initiatives du gouvernement local travaillent-elles en sa faveur ? Pardon ! Le «chien de garde» a aboyé.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

S’alignant presque sur la ligne de la Majorité présidentielle (MP), la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a laissé entendre que les élections reportées « au plus tard en décembre » auront...