A la Une

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

L’UE conditionne ses rapports avec la RDC au respect de « l’esprit de consensus de l’Accord de la Saint-Sylvestre »

L’UE conditionne ses rapports avec la RDC au respect de « l’esprit de consensus de l’Accord de la Saint-Sylvestre »

Réuni, hier lundi 11 novembre à Bruxelles, le Conseil de l'Union européenne, organe qui...

Anarchie dans la ville

Anarchie dans la ville

On n’est pas encore dans une situation d’état d’urgence. Mais, il faut reconnaître que,...

Loi électorale révisée : Grandes manœuvres politiques au Sénat

Loi électorale révisée : Grandes manœuvres politiques au Sénat

Programmé pour samedi dernier, l’examen en seconde lecture du projet de loi électorale révisée...

Les non-dits de Brazza

Les non-dits de Brazza

Brazzaville a organisé un mini-sommet, le samedi 9 décembre, qui a réuni trois présidents de la...

Imprimer

Tshopo : pas d’inscription des élèves sans bulletin unique sécurisé à Kisangani

Écrit par Florent N’LUNDA N’SILU, Publié lundi 28 aout 2017 le . Publié dans Provinces

Plusieurs élèves tant de la maternelle, du primaire que du secondaire sont allés en vacances sans avoir obtenu leurs bulletins scolaires. C’est le constat qui a été fait par Dieudonné Lufunisabo Bundoki, alors secrétaire général à l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP). Il a dénoncé cette situation voulue par certains chefs d’établissements scolaires. Entre autres raisons invoquées : le non-paiement ou paiement partiel des frais scolaires par des élèves à la fin de l’année scolaire.

Interrogés, les chefs d’établissements scolaires justifient cette situation pour contraindre les parents à payer la totalité des frais scolaires des élèves débiteurs avant la prochaine rentrée scolaire.

Le ministre de l’EPSP a décidé que, désormais, seuls les bulletins uniques sécurisés imprimés par le gouvernement, à travers l’Inspection générale de l’EPSP, sont autorisés dans tous les établissements scolaires tant publics que privés agréés basés sur le territoire national. Cela pour lutter notamment contre le trafic de points dans les établissements scolaires.

Aujourd’hui, des chefs d’établissements qui ont foulé aux pieds l’instruction du ministre de l’EPSP sont rattrapés et devront se justifier pour leur comportement frisant le manque de respect à l’endroit de l’autorité.

C’est dans ce contexte que s’inscrit l’interdiction formelle aux responsables d’écoles tant publiques que privées agréées de la ville de Kisangani (province de la Tshopo) d’inscrire les élèves sans le bulletin unique sécurisé du ministère national de l’EPSP.

Le ministre provincial de l’Education de la Tshopo, Florent Ponde Lisuma, qui a pris cette décision, explique que celle-ci vise à limiter les fraudes qui ont élu domicile dans certaines écoles de Kisangani, rapporte l’Agence congolaise de presse (ACP). Le ministre a fait remarquer que les élèves changent des écoles en faisant usage de faux bulletins.

Selon la source, les parents se sont plaints du manque de bulletins sécurisés dans certaines écoles. Les responsables d’établissements scolaires ont rétorqué que ces bulletins n’étaient pas en nombre suffisant pour couvrir l’ensemble d’écoles de la ville.

Pour rappel, les participants aux travaux de la promotion scolaire nationale, édition 2017, ont adopté un certain nombre de recommandations lors de la cérémonie de clôture des travaux qui se sont déroulés du 10 au 14 août 2017 à l’Institut Mgr Bokeleale situé dans la commune de la Gombe, à Kinshasa.

S’agissant de la problématique du bulletin scolaire, les participants ont recommandé de  prendre une circulaire modifiant la dernière circulaire en précisant que les frais de bulletin concernent tous les élèves sans distinction. Mais aussi de faire parvenir les bulletins en province au mois d’octobre 2017 au plus tard et de mettre tout en œuvre pour recouvrer tous les frais des bulletins non encore perçus et les verser à la commission nationale avant le 20 septembre 2017. Pour ce faire, il faut déclencher le contrôle de dossier de tous les élèves de la maternelle, du primaire et du secondaire en mettant l’accent sur les bulletins de 2016-2017 et cela du 4 au 20 septembre 2017.

Il faudra retenir les quotités rétrocédées sur la base de 1 000 francs congolais et non sur 250 francs congolais, précise-t-on.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les commentaires de Mr. Sébastien Impeto Pengo, ancien gouverneur de lEquateur de la République démocratique du Congo sur Le Journal ont attiré l'attention du public. Une grande attention a été attirée...