A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Le ton se durcit

Écrit par Le Potentiel, publié samedi 12 aout 2017 le . Publié dans A la Une

Des mesures de représailles contre des individus en République démocratique du Congo, il y en a eu et il y en aura encore. Le décor tel que planté dans la politique nationale traduit incontestablement la volonté du pouvoir de ne pas permettre à la machine électorale d’aller droit au but.

Pourtant, la multiplication dénoncée et démontrée des stratagèmes destinés à éloigner les élections et en lieu et place imposer le chaos, enclenche des réactions aussi bien au niveau national qu’international. Mais est-ce qu’on y prend garde en interne dès lors que des conséquences directes touchent sur la gestion de l’État ? La question demeure.

Et pourtant, c’est sans loupe, qu’on peut voir que la communauté internationale n’entend pas desserrer l’étau autour des hommes forts de Kinshasa.

Avec la récente lettre du Congressman américain, Edward Royce, adressée au secrétaire d’État Rex W. Tillerson, c’est le ton qui se durcit contre les autorités de Kinshasa avec une énième demande de sanctions, parce que, c’est inacceptable, le refus d’organiser les élections.

C’est dire que toute personne qui entrave le processus démocratique est dans le viseur. La pression des USA sur la RDC tend à ramener à la raison une classe politique visiblement incapable de respecter les lois qu’elle a elle-même rédigées, adoptées et qui ont permis le fonctionnement, malgré d’énormes difficultés, des institutions de la République pendant plus de dix années. Comme qui dirait les autorités congolaises scient la planche sur laquelle elles sont assises.

Étant donné le danger qui profile à l’horizon, le salut ne passera que par le balisage de la voie de l’alternance qui est attendue par l’ensemble de Congolais. Ne pas comprendre cette réalité, c’est se ranger dans le camp de l’embrasement. Une erreur à éviter.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...

Facebook FanBox