A la Une

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Lundi dernier, à New-York, Nikki Haley, ambassadrice des USA à l’ONU a recadré le chef de la...

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC s’est invité, encore une fois, sur la table du Conseil de sécurité des Nations...

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Contre la volonté de la Céni d’imposer par tous les moyens la machine à voter lors des scrutins...

Des zones d’ombre

Des zones d’ombre

L’arrivée des bovidés, en décembre dernier, dans les provinces du Kwilu et Kwango, continue de...

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

Après les deux marches pacifiques du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018, le Comité laïc de...

Imprimer

Alternance 2017 : « Les Congolais debout », mouvement citoyen lancé depuis Londres

Écrit par Jeune Afrique/LP, Publié vendredi 11 Aout 2017 le . Publié dans Online Dépêches

L’homme d’affaires congolais et gendre du président angolais José Eduardo dos Santos a lancé, hier jeudi, à Londres, un nouveau « mouvement citoyen » pour « sauver la RDC en 2017 ». Sa dénomination : « Les Congolais débout ». À travers ce mouvement, c’est l’axe Moïse Katumbi – Sindika Dokolo qui se met en place, avec pour principal objectif de contraindre le pouvoir en place à Kinshasa à dégager la voie qui mène à l’alternance.

Comme le général Charles de Gaulle pendant l’occupation de la France par le pouvoir nazi, c’est à Londres, ville symbole de la résistance, que Sindika Dokolo, riche homme d’affaires congolais résident en Angola, a choisi de lancer, hier jeudi 10 août, un nouveau mouvement citoyen, « Les Congolais débout ». Avec ce mouvement, Sindika Dokolo, profondément engagé dans la cause de la RDC, attend mobiliser plus de monde autour de lui en vue de susciter un nouvel espoir pour le peuple congolais et son pays, la République démocratique du Congo.

Dans une vidéo de lancement, largement diffusée sur les réseaux sociaux, Sindika Dokolo apparaît sur fond blanc, et avec une musique allant crescendo comme le rapporte Jeune Afrique. Dans cette vidéo de deux minutes taillée, Sindika Dokolo fixe les priorités de son mouvement. « Si, comme nous, vous pensez que la RDC souffre d’avoir été trahie par ses dirigeants, devenez un Congolais debout », clame-t-il encore.

« L’objectif, précise-t-il, est de créer un mouvement non-violent capable de conscientiser les Congolais, explique Cédric Mala, un de ses coordonnateurs, qui apparaît dans la vidéo. À terme, nous organiserons des manifestations pacifiques et des sit-in à Kinshasa ». Le mouvement a mis en ligne une plateforme pour recueillir les adhésions. « Nous comptons nous appuyer sur notre maîtrise des nouvelles technologies et du marketing en ligne », ajoute Cédric Mala.

Ce mouvement se veut ouvert aux membres de tous les partis politiques et à toutes les organisations de la société civile. Sur la vidéo de lancement, on peut notamment reconnaître le député d’opposition André-Claudel Lubaya ou encore l’abbé Joseph Lukelu.

L’axe Katumbi – Dokolo se précise

Très proche de Moïse Katumbi, candidat déclaré à la prochaine présidentielle, Sindika Dokolo déploie depuis un temps une grande activité pour mobiliser autant les Congolais que le monde sur le drame congolais. L’afflux des réfugiés congolais, fuyant les troubles dans le Grand Kasaï, ont servi de déclic à son engagement citoyen.

Avec le lancement de ce mouvement citoyen, Sindika Dokolo s’inscrit désormais dans la dynamique créée par d’autres mouvements citoyens, tels que Lucha (Lutte pour le changement) et Filimbi (sifflet en swahili), qui l’ont précédé sur cette voie. Pour l’instant, son entourage écarte toute motivation politique derrière l’action initiée depuis Londres. Seul compte ce jour, confirme-t-on dans ses rangs, l’engagement pour un avenir meilleur de la RDC.

Sindika Dokolo est, depuis le début de l’année 2017, ouvertement critique envers le président Joseph Kabila, dont le dernier mandat constitutionnel a expiré en décembre 2016, sans que des élections n’aient été organisées pour lui désigner un successeur.

Il est également l’époux d’Isabel dos Santos, considérée comme la femme la plus riche d’Afrique. Fille du président angolais José Eduardo dos Santos, elle dirige la société pétrolière d’Etat Sonangol. Mais Sindika Dokolo assure que son militantisme se fait indépendamment de sa famille. Il ne cache pas, en revanche, sa proximité avec l’homme d’affaire et opposant Moïse Katumbi, candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle congolaise.

Ce n’est pas la première initiative du genre en RD Congo : les mouvements citoyens Lucha, fondée à Goma, et Filimbi, créé à Kinshasa, tentent déjà de mobiliser les Congolais dans une mouvance non-partisane pour mettre la pression sur le pouvoir. Confronté à la répression des autorités, ils ont pour l’instant eu un succès limité.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’objectif est de contribuer à réduire la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de cinq ans ainsi que de subvenir aux besoins nutritionnels de 12 000 femmes enceintes et...