A la Une

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

La RDC est au cœur de grands enjeux au niveau mondial, notamment en ce qui concerne  le...

Savoir partir

Savoir partir

Pas de sang versé, respect de textes, certes, dans un contexte quelque peu étrange ! Le Zimbabwe...

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Pour n’avoir pas obtenu satisfaction à sa question orale avec débat adressée à Martin...

Vivement les élections

Vivement les élections

La Céni a fixé le cadre pour la tenue d’élections à la date du 23 décembre 2018.

Imprimer

L’Intersyndicale de l’Administration publique lance un dernier ultimatum au gouvernement

Écrit par Florent N’Lunda N’Silu, publié jeudi 10 aout 2017 le . Publié dans Société

La vérification de l’application du taux budgétaire de 1450 Fc le dollar américain se fera au travers les listings de paie des agents et fonctionnaires de l’Etat du mois d’août, promet l’Intersyndicale nationale de l’Administration publique (INAP).

L’Intersyndicale nationale de l’Administration publique (INAP) lance au gouvernement un délai jusqu’au 15 août 2017 pour vérifier s’il a appliqué ou non le taux budgétaire de 1 450 francs congolais le dollar américain lors de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat le même mois. La vérification se fera au travers les listings de paie des agents et fonctionnaires de l’Etat du mois d’août.

Au cas où les listings de paie ne mentionneraient pas le taux budgétaire en question, à l’expiration de cette date, l’INAP va convoquer une assemblée plénière à l’attention de la base. Cette rencontre, qui va se tenir à la « Place Golgotha » située devant le bâtiment administratif de la Fonction publique, va être déterminant pour la suite à donner à l’acte posé par l’Exécutif national ; c’est-à-dire la base va décider s’il y a lieu ou non de décréter la grève.

« L’INAP a décidé de ne plus s’asseoir à la table de négociation avec le gouvernement pour examiner l’application du taux budgétaire de 1450 francs congolais lors de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat », a hurlé le président de l’INAP qui s’appuie sur la décision du parlement allouant le taux de 1450 francs congolais le dollar américain lors de la paix des agents et fonctionnaires de l’Etat.

Les relations s’annoncent orageuses

Le président de l’INAP rappelle que l’Assemblée nationale a fixé le taux budgétaire à 1450 Fc le dollar américain lors de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat, lequel n’est pas négociable. C’est-à-dire il doit tout simplement être appliqué, surtout que la loi de finances pour l’exercice 2017 a été promulguée par le président de la République.

Comme on peut s’en rendre compte, les relations entre le gouvernement et l’INAP s’annoncent orageuses. Et l’on craint que l’Administration publique soit paralysée au cas où les agents et fonctionnaires de l’Etat mettraient à exécution leur menace de grève.

En juillet dernier, avait annoncé le Premier ministre Bruno Tshibala, le taux budgétaire de 1450 Fc le dollar américain devait être inclus lors de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat. Mais, a-t-on constaté, rien n’a été fait dans ce sens lors de la paie du mois. Cela a suscité des remous parmi les bénéficiaires qui avaient été calmés par l’INAP. Celle-ci privilégiait le dialogue avec le gouvernement pour trouver une solution à ce problème.

De son côté, le Collectif des syndicats de l’Administration publique a donné un mot d’ordre de grève qui avait été suivi par certains agents et fonctionnaires de l’Etat. Le mot d’ordre a fini par être suspendu pour privilégier, à l’instar de l’INAP, le dialogue avec le gouvernement. Lequel s’est terminé sans qu’il ait une décision coulée par écrit par les deux parties. On a assisté simplement à un chapelet de bonnes intentions, c’est-à-dire voir le taux budgétaire de 1 450 Fc le dollar américain être appliqué à partir de la paie du mois d’août 2017.

L’Intersyndicale de l’Administration publique lance un dernier ultimatum au gouvernement

La vérification de l’application du taux budgétaire de 1450 Fc le dollar américain se fera au travers les listings de paie des agents et fonctionnaires de l’Etat du mois d’août, promet l’Intersyndicale nationale de l’Administration publique (INAP).

Florent N’Lunda N’Silu

L’Intersyndicale nationale de l’Administration publique (INAP) lance au gouvernement un délai jusqu’au 15 août 2017 pour vérifier s’il a appliqué ou non le taux budgétaire de 1 450 francs congolais le dollar américain lors de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat le même mois. La vérification se fera au travers les listings de paie des agents et fonctionnaires de l’Etat du mois d’août.

Au cas où les listings de paie ne mentionneraient pas le taux budgétaire en question, à l’expiration de cette date, l’INAP va convoquer une assemblée plénière à l’attention de la base. Cette rencontre, qui va se tenir à la « Place Golgotha » située devant le bâtiment administratif de la Fonction publique, va être déterminant pour la suite à donner à l’acte posé par l’Exécutif national ; c’est-à-dire la base va décider s’il y a lieu ou non de décréter la grève.

« L’INAP a décidé de ne plus s’asseoir à la table de négociation avec le gouvernement pour examiner l’application du taux budgétaire de 1450 francs congolais lors de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat », a hurlé le président de l’INAP qui s’appuie sur la décision du parlement allouant le taux de 1450 francs congolais le dollar américain lors de la paix des agents et fonctionnaires de l’Etat.

Les relations s’annoncent orageuses

Le président de l’INAP rappelle que l’Assemblée nationale a fixé le taux budgétaire à 1450 Fc le dollar américain lors de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat, lequel n’est pas négociable. C’est-à-dire il doit tout simplement être appliqué, surtout que la loi de finances pour l’exercice 2017 a été promulguée par le président de la République.

Comme on peut s’en rendre compte, les relations entre le gouvernement et l’INAP s’annoncent orageuses. Et l’on craint que l’Administration publique soit paralysée au cas où les agents et fonctionnaires de l’Etat mettraient à exécution leur menace de grève.

En juillet dernier, avait annoncé le Premier ministre Bruno Tshibala, le taux budgétaire de 1450 Fc le dollar américain devait être inclus lors de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat. Mais, a-t-on constaté, rien n’a été fait dans ce sens lors de la paie du mois. Cela a suscité des remous parmi les bénéficiaires qui avaient été calmés par l’INAP. Celle-ci privilégiait le dialogue avec le gouvernement pour trouver une solution à ce problème.

De son côté, le Collectif des syndicats de l’Administration publique a donné un mot d’ordre de grève qui avait été suivi par certains agents et fonctionnaires de l’Etat. Le mot d’ordre a fini par être suspendu pour privilégier, à l’instar de l’INAP, le dialogue avec le gouvernement. Lequel s’est terminé sans qu’il ait une décision coulée par écrit par les deux parties. On a assisté simplement à un chapelet de bonnes intentions, c’est-à-dire voir le taux budgétaire de 1 450 Fc le dollar américain être appliqué à partir de la paie du mois d’août 2017.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

N’étant pas convaincue des chiffres publiés par la Céni concernant l’opération d’enrôlement des électeurs, la CASE invite la Céni à plus de responsabilité de vérité....